L’onomastique des premières Julio-Claudiennes chez les auteurs des Ier et IIe siècles après J.-C. Un outil discursif sur le pouvoir au féminin

DOI : 10.54563/eugesta.1273

Abstract

Cet article analyse l’usage qui est fait par les auteurs anciens de l’onomastique de deux femmes impériales : Livie et Julie, respectivement épouse et fille d’Auguste. Si l’onomastique féminine des femmes impériales se complexifie au fil des dynasties, force est de constater que la plupart des auteurs anciens ne recourent qu’à un seul nom pour les désigner. Reflètent-ils en cela les usages en vigueur parmi les aristocrates romaines, ou encore le discours impérial délivré au sujet des femmes de la domus Augusta ? Il est clair que l’usage de l’onomastique féminine n’est jamais neutre dans leurs écrits, tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’évoquer le pouvoir de certaines femmes impériales. À ce titre, étudier l’usage de l’onomastique fluctuante de la première impératrice et de celle, fort simple, de sa belle-fille, révèle la reconnaissance, la critique ou encore l’oubli de ce même pouvoir.

Outline

Text

Le 3 ou 4 septembre 14 après J.-C., Livie, épouse bien-aimée d’Auguste, prend connaissance du testament de son défunt époux1. Par la volonté de ce dernier, elle est adoptée dans la gens Iulia et reçoit en outre le titre d’Augusta2. Selon Tacite, Iulia Augusta reçoit également des honneurs de la part du Sénat, lequel propose de mentionner dans la titulature de Tibère, le nouveau prince, et fils de l’impératrice, le lien de parenté l’unissant à cette dernière3. Mais l’ombrageux Tibère rappelle alors fermement à l’assemblée la retenue nécessaire dans la concession d’honneurs aux femmes4. Il semble que le Prince ne vise pas la seule Iulia Augusta par cet avertissement. Pense-t-il alors, dans l’esprit de Tacite, à Iulia, fille de son prédécesseur et sa deuxième épouse, qui se morfond à Rhegium ? Cette dernière n’avait-elle pas exprimé, au temps de leur mariage, son plus profond mépris vis-à-vis de son époux, quand ses propres fils avaient été adoptés par leur grand-père sous les noms de Caius et de Lucius César5 ?

Les événements narrés par Tacite révèlent, d’une part, l’importance de l’onomastique féminine au moment de la première succession impériale, d’autre part, l’usage qui est fait de cette dernière dans le cadre d’un discours visant à dénoncer la morgue de certaines femmes impériales. L’importance de l’onomastique féminine est notamment confirmée par les bases des statues, l’inscription du nom des femmes impériales dans l’espace public et son apparition progressive sur le monnayage provincial et impérial.

La société romaine exprime de bien des façons la différence de statut entre femmes et hommes, notamment par l’onomastique. Face aux citoyens romains qui exhibent fièrement leurs tria nomina, les Romaines portent uniquement un nomen, parfois suivi d’un cognomen6. Le nomen, reçu à la naissance, est presque automatiquement celui du père, sous sa forme féminisée. La Romaine le conserve jusqu’à sa mort, à moins qu’elle ne soit adoptée, comme dans le cas de Livie, ce qui implique le port d’un nouveau nom. Si la Romaine ne transmet guère, en général, son nomen à sa descendance, cette dernière peut néanmoins l’adopter sous la forme d’un cognomen, à l’instar de l’une des filles de Julie, Vipsania Iulia7. C’est dire l’importance que revêt l’onomastique féminine au sein d’une famille qui choisit ses successeurs parmi les descendants de Julie et de Livie, importance dont les sources épigraphiques et numismatiques se font l’écho. Comme l’a montré Tuomo Nuorluoto, à partir de l’Empire, nombre de Romaines commencent à arborer un cognomen ; ce dernier semble avoir été plus volontiers usité dans la vie courante que le nomen8. Outre le nomen et le cognomen, il est fort courant d’identifier la Romaine en précisant sa filiation paternelle et, dans le cas des femmes mariées, en indiquant le nom de leur époux9.

Quel usage les auteurs anciens ont-ils fait de cette onomastique féminine ? Si les inscriptions et monnaies émanant du pouvoir ou des cités de l’Empire reflètent généralement le discours impérial en vigueur à ce sujet, il n’en va pas toujours ainsi des sources littéraires. Contemporains ou non de la femme évoquée, les auteurs font un choix mûrement réfléchi en la nommant, choix contribuant au discours tenu sur la femme en question. Qu’expriment-ils alors par la simple mention du nomen et/ou du cognomen ? De quelle manière l’usage de l’onomastique féminine contribue-t-il au portrait d’une femme impériale et confirme-t-il son importance dans l’histoire de Rome ? Nous avons choisi d’analyser deux figures pour répondre à ces questions : celles de Livie et de Julie l’Aînée, autrement dit, deux des premières femmes impériales. Notre choix est motivé par le rôle qu’elles jouèrent toutes deux au début de l’Empire : non contentes d’avoir incarné par la volonté du Prince la matrone idéale, elles ont néanmoins été distinguées des autres femmes de la domus Augusta en incarnant tour à tour la figure de la genetrix, dans des proportions certes différentes, mais suffisantes pour justifier cette étude sur l’usage de leur onomastique, dans le cadre du discours impérial puis dans les récits des auteurs anciens. Afin de clarifier la suite de nos propos, nous désignerons la fille d’Auguste sous le seul nom de Julie et sa propre fille sous celui de Julie la Jeune.

Nombre d’auteurs mentionnent Livie et Julie, aussi était-il nécessaire d’opérer un choix : en ce qui concerne Livie-Julia Augusta, nous avons analysé l’œuvre poétique de son contemporain Ovide puis les Annales de Tacite ; quant à Julie, nous nous sommes appuyée sur l’Histoire romaine de Velleius Paterculus puis sur les Vies d’ Auguste et de Caligula de Suétone. L’étude des quatre auteurs choisis nous permet ainsi de discerner, d’une part, la restitution fidèle ou pas du nom que les deux femmes portent, au premier siècle après J.-C. ; d’autre part, la réception qui est faite de leur onomastique, à partir de la dynastie antonine. Toutefois, pour déceler les stratégies discursives à l’œuvre chez chacun de ces auteurs, nous confronterons leur version à celle d’autres auteurs, contemporains ou non des quatre sélectionnés, puis à celle des sources épigraphiques et numismatiques. Cet examen nous amènera à interroger la valeur symbolique des nomina Iulia et Liuia au premier siècle, puis la réception faite de ces mêmes noms à partir de la dynastie antonine10. La première partie est consacrée à Livie, dont l’onomastique complexe est savamment utilisée par Ovide et Tacite afin d’exprimer leur point de vue sur le pouvoir au féminin. La seconde partie concerne l’étude de l’onomastique, en comparaison, fort simple, de Julie : l’analyse de l’ Histoire romaine nous permet d’interroger l’usage qui est fait de son nom deux décennies après sa disgrâce et les conséquences de sa condamnation ; l’œuvre de Suétone révèle quant à elle une association funeste entre Iulia et débauche.

1. Comment nommer Livie au début de la dynastie julio-claudienne ?

Pourquoi avoir choisi d’étudier l’usage de l’onomastique de Livie en premier ? Après tout, Julie n’est-elle pas la mère des héritiers d’Auguste et honorée comme telle avant sa belle-mère ? Certes, mais Livie occupe elle aussi une place importante au sein de la domus Caesaris, y compris au moment de la faveur de Julie11. En outre, la complexité de son onomastique et le vif intérêt que lui accorde un auteur tel qu’Ovide à ce sujet offrent un point de départ plus satisfaisant pour notre étude.

1.1. Le nom de Livie dans l’œuvre d’Ovide

1.1.1. La puissance évocatrice de son nomen

L’œuvre poétique d’Ovide est particulièrement précieuse en ce qui concerne le rapport entre onomastique féminine et pouvoir12. Contemporain du premier couple impérial, le poète subit les foudres du Prince en raison d’une « erreur » encore mal éclaircie aujourd’hui13. Exilé à Tomes, Ovide s’empresse de solliciter la bienveillance de Livie, d’abord par l’intermédiaire de son épouse, Fabia, puis en s’adressant directement à l’impératrice. Or, la manière de nommer cette dernière a une grande importance dans ces sollicitations : sous son calame, l’aura liée au nom Liuia est clairement exprimée, avant de personnifier les vertus matronales. Puis, la même impératrice prend place dans l’histoire de la gens Iulia sous le nom de Iulia Augusta. À la lecture de l’ Art d’aimer, des Fastes et des poèmes de l’exil, la puissance évocatrice de son nomen est perceptible. En premier lieu, il convient de nommer l’épouse d’Auguste, ce qui ne va pas de soi car aucun poète avant Ovide n’a cité le nom de Livie dans ses écrits. Par exemple, le poète Horace, contemporain de l’impératrice mais plus âgé qu’Ovide, s’abstient de la nommer et préfère recourir au terme mulier, la condamnant à l’anonymat face à « César » : unica gaudens mulier marito / prodeat (« que son épouse, qui se complaît uniquement auprès de son mari, s’avance »)14. Ovide est ainsi le premier contemporain de Livie à la nommer dans ses écrits15.

Tout d’abord, considérons le rapport du poète aux autres membres féminins de la famille impériale. Il ne mentionne ni Octavie, ni Julie. Nul doute que leur absence soit volontaire16. Le poète « ignore » également Antonia, fille d’Octavie, belle-fille de Livie, et mère de Germanicus, le fils adoptif de Tibère, pourtant évoquée par ses contemporains17. Seules deux femmes impériales sont évoquées aux côtés de Livie dans les poèmes de l’exil, mais sans être nommées : Agrippine l’Aînée et Claudia Livia Julia, désignées le plus souvent comme les nurus de l’impératrice18. Un poème en particulier illustre nos propos : en Trist. IV. 2, Ovide imagine depuis Tomes le triomphe de Tibère (fils de Livie mais également d’Auguste depuis son adoption en l’an 4 après J.-C.) et le sacrifice offert aux dieux auquel participe la composante féminine de la société romaine derrière Livie : cumque bonis nuribus pro sospite Liuia nato / munera det meritis saepe datura deis / et pariter matres et quae sine crimine castos / perpetua seruant uirginitate focos (« qu’avec les épouses vertueuses de ses petits-fils, Livie, pour le salut de son fils, offre les présents qui reviennent aux dieux, suivie des mères et de celles qui, sans tache, veillent, dans une virginité perpétuelle, sur le feu sacré »)19. À Liuia sont subordonnées les bonis nuribus, les matres ainsi que les Vestales, groupes féminins prestigieux mais dont les membres sont anonymes. Ajoutons que dans ce même poème, Ovide désigne Auguste et Tibère sous le terme de « Césars » (uictores Caesar uterque : « les deux Césars vainqueurs »)20 et Germanicus et Drusus sous celui de iuuenes (et qui Caesaro iuuenes sub nomine crescunt : « et les deux jeunes gens qui grandissent sous le nom de César »)21. Seule Livie est par conséquent nommément désignée parmi les membres de la famille impériale, ce qui contribue à la présenter comme la figure centrale de cette scène puisque c’est autour d’elle que les épouses de ses petits-fils, les matrones et les Vestales se réunissent pour accomplir un sacrifice ; c’est également à elle que sont apparentés Tibère, Germanicus et Drusus, respectivement fils et petits-fils adoptifs d’Auguste.

Peut-on juger le comportement d’Ovide téméraire parce qu’il nomme Livie ? Certes, ceci est une grande nouveauté. Cependant, il est fort probable que le poète ait été influencé par ce qu’il a vu à Rome : l’inscription et la célébration de l’onomastique de Livie sur les monuments qu’elle a entrepris de restaurer ou d’édifier. Le monument le plus intéressant à cet égard est le portique qui porte son nom22. Le poète le mentionne à deux reprises dans son œuvre. La première citation se trouve dans l’Art d’aimer, dans un passage présentant les lieux propices aux rencontres amoureuses : nec tibi uitetur quae, priseis sparsa tabellis / porticus auctoris Liuia nomen habet (« ne dédaigne pas non plus ce portique orné de tableaux très anciens, fondé par Livie et dont il porte le nom »)23. La seconde est située dans les Fastes, œuvre remaniée pendant l’exil : disce tamen, ueniens aetas : ubi Liuia nunc est / porticus, immensae tecta fuere domus (« apprenez cependant la chose suivante, générations à venir : là où se dresse actuellement le portique de Livie, se trouvait une maison à la taille démesurée »)24. L’évocation du portique de Livie révèle que ce lieu était célèbre à Rome et faisait désormais partie, dans l’imaginaire romain, de la topographie de la Ville, à l’instar du portique d’Octavie25. Selon nous, il est en outre probable que le nom de l’impératrice ait été inscrit au sein du monument. Nous prenons appui en cela sur la dédicace du temple de Fortuna Muliebris. À l’instar de son époux, Livie a restauré grâce à son immense fortune certains temples romains ancestraux. Parmi eux, le temple de Fortuna Muliebris sur lequel elle a soigneusement inscrit son nom : LIVIA [D]RUSI F(ILIA) VXSOR [CAESARIS AVGVSTI - - -] (« Livie, fille de Drusus, épouse de César Auguste »)26. En effet, l’inscription était gravée sur du marbre, et les lettres suffisamment grandes et nettes pour être facilement lisibles. Livie a inscrit d’une manière grandiose son nom sur l’un des monuments les plus anciens de Rome et lié à deux noms célèbres, ceux de Véturie et de Volumnie. Elle se situe par conséquent dans la lignée de ces matrones qui intervinrent opportunément en faveur de Rome27. Dès lors, il est probable que l’impératrice ait inscrit son nom sur le portique élevé à l’emplacement de la maison fastueuse de Vedius Pollion dans des termes similaires à ceux inscrits sur le temple de Fortuna Muliebris28. Les propos de Cassius Dion, contemporain des Sévères, confortent notre opinion puisque cet auteur affirme que le nom de Livie fut inscrit sur le portique : […] περίστῳον ᾠκοδομήσατο, καὶ οὐ τὸ ὄνομα τὸ τοῦ Πωλίωνος ἀλλὰ τὸ τῆς Λιουίας ἐπέγραψεν (« [Auguste] construisit un portique et y inscrivit, au lieu du nom de Pollion, celui de Livie »)29. Si la dédicace du portique est la même que celle du temple de Fortuna Muliebris, alors l’impératrice met en valeur son nomen (Liuia), son lignage paternel (Drusi filia) et son statut d’épouse du Prince (uxor Caesaris Augusti)30. En ce sens, Ovide retranscrit en partie dans ses poèmes le discours impérial au sujet de l’onomastique de Livie en citant son nomen, Liuia, et en rappelant incessamment son mariage avec Auguste ; mais il s’éloigne cependant des usages en omettant sa filiation paternelle.

1.1.2. Liuia, un nom associé aux vertus matronales

Jusqu’à l’avènement de Tibère, Ovide désigne l’impératrice sous le nom Liuia. Autrement dit, il écarte sciemment son cognomen, Drusilla. Fantaisie de poète ? Nous ne le pensons pas ; si nous nous référons à la dédicace du temple de Fortuna Muliebris et aux autres inscriptions latines parvenues jusqu’à nous, il est probable que l’impératrice a choisi de se présenter comme Liuia Drusi filia ou simplement comme Livie, épouse d’Auguste, au sein de Rome31. Si nous nous fions à Cornelius Nepos, son contemporain, elle était volontiers appelée Drusilla avant Actium : hanc Caesar uix anniculam Ti. Claudio Neroni, Drusilla nato, priuigno suo, despondit (« César fiança [Vipsania Agrippina] alors qu’elle était âgée d’un an à peine, à Tiberius Claudius Nero, fils de Drusilla et son beau-fils »)32. Dans un second temps, et pour des raisons inconnues, nous pouvons penser que Livie préféra utiliser son seul nomen, ce dont témoigne son œuvre édilitaire. C’est ce nomen qu’Ovide met particulièrement en valeur dans ses poèmes en l’associant à des vertus, des personnifications et des divinités romaines étroitement liées à la sphère féminine. L’activité édilitaire de Livie a justement été mise en relation avec ces vertus féminines et Ovide est un guide précieux en la matière33. Dans ses Fastes, il rappelle en premier lieu la restauration du temple de Bona Dea par Livie : dedicat haec ueteris Clausorum nominis heres / uirgineo nullum corpore passa uirum / Liuia restituit, ne non imitata maritum / esset et ex omni parte secuta uirum (« il fut dédié par une héritière de l’antique nom des Clausus, dont le corps virginal ne subit jamais le contact d’un homme. Livie l’a restauré, pour imiter son mari, et elle a suivi en toute choses les traces de son époux »)34. Puis il évoque dans le sixième livre l’édification d’un autel à la Concorde au sein du portique précédemment évoqué : te quoque magnifica, Concordia, dedicat aede / Liuia, quam caro praestitit ipsa uiro (« à toi aussi, Concorde, Livie a dédié un magnifique temple, en l’honneur de la concorde qui a présidé à son union avec un époux chéri »)35. Tout d’abord, le poète rappelle que les hommes ne peuvent assister aux rites en l’honneur de Bona Dea36. Puis il précise que c’est une Vestale qui dédia le temple37. Livie est par conséquent associée à une femme au nom illustre (Clausorum nominis heres : « une héritière de l’antique nom des Clausus ») doublée d’une Vestale, caractérisée par ses mœurs pures (uirgineo nullum corpore passa uirum : « dont le corps virginal ne subit jamais le contact d’un homme »)38. En second lieu, l’édification de l’autel de la Concorde est elle aussi symbolique : Ovide interpelle Concordia (te quoque […] Concordia : « à toi aussi […] Concorde »), rappelle l’œuvre de Livie (dedicat aede Liuia : « Livie a dédié un temple »), et les raisons pour lesquelles elle a voulu honorer cette déesse. Livie a tenu à célébrer publiquement la concorde maritale qu’elle entretenait au sein de son couple et qui fit défaut à Marc Antoine et Octavie, mais également à Julie et Tibère39. En tant qu’épouse, c’est à l’impératrice que revient la tâche d’assurer la concorde maritale et familiale. Malgré l’absence d’une descendance, elle n’a jamais été répudiée par Auguste, eu égard à sa conduite, symbolisée par cette concorde maritale qu’elle exprima aux yeux de la société romaine toute entière.

Ovide va plus loin encore en associant l’impératrice à trois déesses du panthéon romain : Junon, Vénus, et Vesta. Cette attitude n’est guère surprenante pour un poète qui a comparé Auguste à Jupiter à quelques reprises40. Puisque Livie est son épouse, n’est-il pas logique de l’associer à Junon, la reine des dieux mais également la déesse du mariage, caractérisée par ses chastes mœurs ? L’impératrice est à son image : épouse de César, elle se caractérise par des mœurs sans tache (uirtute sua : « sa vertu » ; mores Iunonis habendo : « elle qui possède les mœurs de Junon »)41 et l’occupation du lit impérial (sola est caelesti digna reperta toro : « elle qui fut la seule à être trouvée digne de la couche d’un dieu » ; sola toro magni digna reperta Iouis : « la seule jugée digne de la couche du grand Jupiter »)42. Majestueuse43, elle est honorée et implorée telle la reine des dieux : Caesaris est coniunx ore precanda tuo (« ta bouche doit supplier l’épouse de César ») ; tum lacrimis demenda mora est submissaque terra / ad non mortalis brachia tende pedes (« alors ne retiens plus tes larmes outre mesure, prosterne-toi et étends tes bras vers les pieds de cette immortelle »)44. Toutefois, le poète n’est pas à l’origine de cette divine assimilation et a pu être influencé par les nombreuses manifestations du monde grec à ce sujet45. L’association de Livie à Vénus est tout aussi glorieuse : quae Veneris formam habendo (« elle qui possède la beauté de Vénus »)46. Déesse de l’amour et de la beauté, elle est surtout, aux yeux d’Ovide, l’illustre ancêtre de la gens Iulia et honorée comme telle depuis Jules César47. Une fois encore, le poète est peut-être influencé par le monde grec qui se plut à assimiler l’impératrice à Aphrodite48. La troisième divinité, Vesta, déesse du foyer, est étroitement liée aux origines de Rome. À travers cette glorieuse assimilation, ce sont les mœurs exemplaires de Livie que le poète a voulu souligner une fois de plus : [nam… docui] esse pudicarum te Vestam, Liuia, matrum (« en effet, j’ai appris [aux Gètes] que tu es, Livie, la Vesta des chastes matrones »)49. Dès l’avènement de Tibère, Ovide glorifie sa mère d’une manière somme toute assez traditionnelle en mettant en avant la pureté de ses mœurs50. Mais, par le biais de cette assimilation divine, Livie surpasse à nouveau toutes les Romaines, y compris les autres femmes impériales : si les matrones se caractérisent par leur chasteté (pudicarum matrum : « les chastes matrones »), l’impératrice personnifie quant à elle Vesta.

Le nomen Liuia est par conséquent intrinsèquement relié aux vertus féminines, au modèle de la matrone remis à l’honneur par Auguste. Ce visage rassurant de l’impératrice lui permet d’inscrire ce nom, symbole de l’exemplarité féminine, au sein de l’espace romain. Ovide en est le témoin privilégié et relaie ce discours jusqu’aux confins de l’Empire, comme il le rappelle dans ses poèmes51.

1.1.3. Iulia Augusta, la genetrix

Le 19 août 14 après J.-C., Auguste, fondateur de la dynastie julio-claudienne, rend l’âme dans les bras de son épouse : Liuia, nostri coniugii memor uiue, ac uale ! (« Livie, souviens-toi toute ta vie de notre union, adieu »)52. L’ouverture de son testament révèle sa volonté d’adopter son épouse et de lui concéder le titre d’Augusta. Ovide ne fait aucune allusion à cette décision fort surprenante dans son œuvre poétique mais il relaie toutefois le discours impérial en utilisant la nouvelle onomastique de Livie dans le premier livre de ses Fastes : utque ego perpetuis olim sacrabor in aris / sic Augusta nouum Iulia numen erit (« de même que moi je serai un jour honorée pour toujours sur les autels, de même Julia Augusta deviendra une nouvelle divinité »)53. La nouvelle du changement de nom de Livie parvient rapidement jusqu’à Tomes et dans la plupart des provinces de l’Empire comme l’attestent quelques inscriptions et monnaies54. Nulle mieux que l’œuvre poétique d’Ovide ne témoigne des répercussions de ce changement onomastique. La dernière mention du nom Liuia est survenue en Pont. IV. 13, un poème écrit après la mort d’Auguste55. Tout nous porte à croire qu’Ovide est instruit de la nouvelle onomastique de l’épouse d’Auguste puisqu’il mentionne dans le même poème le refus de Tibère d’accepter le pouvoir au lendemain de la disparition de son père adoptif56. Le poète aurait donc dû la désigner sous le nom de Iulia Augusta. Pourquoi reprend-il son ancien nom ? Dans ce passage, l’impératrice est présentée à un public gète sous les traits de Vesta, une déesse caractérisée par sa chasteté : cela justifie-t-il l’emploi de Liuia et non de Iulia Augusta ? Précisons que l’auteur a souligné auparavant la grossièreté de ce public57. S’adapte-t-il alors aux connaissances de ce dernier ? Selon nous, le poète est embarrassé pour s’adresser à son intercesseuse58. Doit-il l’interpeller dès maintenant par son nouveau nom, ou continuer à utiliser l’ancien ?

C’est dans les Fastes qu’Ovide emploie pour la première fois la nouvelle onomastique de l’impératrice mère : utque ego perpetuis olim sacrabor in aris / sic Augusta nouum Iulia numen erit (« de même que moi je serai un jour honorée pour toujours sur les autels, de même Julia Augusta deviendra une nouvelle divinité »)59. Toutefois, le nom Liuia est également usité aux cinquième et sixième livres dans la même œuvre. Cet usage n’est nullement erroné : au moment où le temple de Bona Dea et l’autel de la Concorde étaient, l’un restauré, l’autre édifié, l’impératrice s’appelait encore Liuia, comme l’atteste le nom du portique abritant l’autel de la Concorde. Dans ces deux passages, le poète associe ce nom aux vertus matronales, suivant son habitude : dans l’un, il évoque la fête de Bona Dea qui avait lieu le 1er mai ; dans l’autre, il fait allusion au jour choisi par Livie pour la dédicace de l’autel de la Concorde, le 11 juin, lequel coïncidait également avec les Matralia, fête célébrée par les matrones en l’honneur de Mater Matuta60. L’unique mention de Iulia Augusta est quant à elle liée à la place de l’impératrice mère au sein de la domus Augusta, d’abord en tant que mère, puis en tant que grand-mère de successeurs. Rappelons qu’Ovide a dédié cette œuvre à Germanicus, le petit-fils de Iulia Augusta, qui semble promis à l’Empire et est à même d’influencer Tibère en sa faveur61. Aussi mentionne-t-il la grand-mère de son dédicataire dès le premier livre, dans un passage essentiel : évoquant les Carmentalia, fêtes célébrées en l’honneur de la prophétesse Carmenta, mère d’Évandre, il rapporte les paroles de cette divinité au moment où son fils et elle touchent le sol de l’Italie62. Après avoir annoncé l’avènement d’Auguste et de Tibère63, la prophétesse prédit la divinisation de Iulia Augusta64. Ovide rappelle en termes poétiques mais très clairs sa position au sein de la domus du même nom en cette période cruciale qui correspond aux débuts du principat de Tibère. C’est par l’entremise de Liuia que son fils Tibère et ses petits-fils Drusus et Germanicus sont entrés dans la gens Iulia65. Elle-même reçoit le nom Iulia par la volonté de son époux, renforçant davantage les liens unissant Tibère et ses fils au prince défunt. Dans ce passage, Iulia Augusta n’est plus associée à Junon et à Vesta mais à la prophétesse Carmenta, déesse et mère d’un héros, puis à Vénus Genetrix elle-même, en tant que mère de la dynastie66.

C’est bien sous les traits de la genetrix que cette figure est honorée par Ovide et l’Empire tout entier : haec tua constituit genetrix et rebus et ara / sola toro magni digna reperta Iouis (« ce temple a été embelli et doté d’un autel par ta mère, la seule jugée digne de la couche du grand Jupiter »)67. Le mot le plus important est sans conteste genetrix. Le poète a certes fait allusion à la maternité de l’impératrice dans les poèmes de l’exil mais jamais il n’avait employé jusqu’alors le terme genetrix. Or, il qualifie en premier lieu Vénus, ancêtre des Iulii68. Ovide honore ici celle qui personnifie la Mère impériale, à l’instar du Sénat lorsqu’il a voulu concéder les titres de mater patriae et de parens à Iulia Augusta pour l’honorer, titres écartés par Tibère69. Iulia Augusta apparaît ainsi comme la mère de la dynastie et rejoint les plus célèbres mères de l’histoire romaine : Vénus, mère d’Énée ; Carmenta, mère d’Évandre ; Rhéa Silvia, mère de Romulus et Rémus70. Notons que Iulia Augusta clôt le discours de la prophétesse et, à une centaine de vers près, le premier livre des Fastes. Ovide adopte par conséquent la même attitude que le Sénat et certaines provinces de l’Empire en rendant hommage à la mère du Prince. Les Fastes consacrent la figure de la genetrix Iulia Augusta, désormais l’une des principales figures de l’histoire romaine, à l’instar de Jules César et d’Auguste71.

L’œuvre d’Ovide reflète assez fidèlement l’onomastique de Livie, depuis son mariage avec Octavien jusqu’à la mort du poète, à cette réserve près qu’il omet sa filiation paternelle, très souvent spécifiée sur les monnaies et dans les inscriptions. Nommer l’épouse puis la mère du Prince constitue un enjeu pour l’exilé de Tomes ; mais n’est-ce pas une manière de s’attirer sa bienveillance, de relayer le discours impérial à son sujet puis d’exprimer la puissance de l’épouse et mère de princes ?

2. La réception de l’onomastique de Livie dans les Annales de Tacite

Entre la célébration de Iulia Augusta par Ovide et l’écriture des Annales à la fin du principat de Trajan, l’onomastique de l’impératrice mère a subi un autre changement : en 41, Claude divinisait sa grand-mère sous le nom de Diua Augusta72. La figure de Livie est sans conteste l’une des plus célèbres des Annales et c’est assurément dans cette œuvre que nous pouvons analyser de manière satisfaisante la réception de son onomastique car Tacite se montre aussi précis qu’Ovide à ce sujet73. L’onomastique joue en outre un rôle essentiel dans l’élaboration de son portrait : Liuia devient sous son calame l’archétype de la saeua nouerca tandis que Iulia Augusta symbolise le pouvoir au féminin.

2.1. Une onomastique bicéphale chez Tacite

2.1.1. Liuia ou la saeua nouerca

Chez Ovide, le nom Liuia symbolisait les vertus proprement féminines ; dans les Annales, il est associé à une figure féminine caractéristique de l’historiographie romaine : la saeua nouerca74. Sitôt introduite dans le récit, les principaux éléments forgeant son identité sont réunis en une phrase lapidaire : mors fato propera uel nouercae Liuiae dolus abstulit (« [Caius et Lucius furent] enlevés par une mort que hâta le destin ou une machination de leur marâtre Livie »)75. L’impératrice apparaît dès le début de l’œuvre comme une nouerca intrigante et meurtrière dans un passage consacré à une description assez sombre du principat augustéen, notamment au sujet de la disparition de tous ceux qui étaient placés entre son fils Tibère et le pouvoir. Car Livie n’est pas seulement une nouerca, elle est également identifiée en tant que mère : [...] non obscuris, ut antea, matris artibus, sed palam hortatu (« [...] sa mère ne recourt plus à des ruses obscures, comme auparavant, mais à des exhortations publiques »)76. Quoique son statut d’épouse ait été évoqué dès le départ, par l’entremise du mot nouerca, les rapports entre Auguste et elle ne sont pas approfondis tout de suite mais à deux moments critiques du principat augustéen : la relégation d’Agrippa Postumus et la mort du premier prince. Si la figure de Livie était caractérisée chez Ovide par la concorde maritale qu’elle entretenait au sein du mariage, il en va tout autrement dans les Annales : agissant davantage en tant que mère, l’impératrice est décrite comme une femme abusant de la faiblesse de son époux et dénuée de toute tendresse77.

Ovide n’avait jamais évoqué les fils de Julie (Caius, Lucius et Agrippa Postumus) dans les poèmes de l’exil et avait fortement insisté sur la cohésion de la domus Augusta représentée par Auguste, Livie, son fils et ses petits-fils. Tacite prend le contre-pied de cette vision idyllique en présentant Liuia comme une femme acharnée à faire disparaître la descendance de son époux. Ainsi, dès la première mention de son nom, l’auteur l’accuse d’avoir perpétré le meurtre de Lucius et de Caius César puis d’avoir été à l’origine de la relégation de leur frère, Agrippa Postumus78. L’opposition entre descendants d’Auguste (Iulii) et descendants de Livie (Claudii) est clairement exprimée. Contrairement à la Liuia ovidienne, personnification de la Concorde, celle de Tacite rompt cette même concorde. Cette impression est particulièrement tangible après la mort d’Auguste : postremo Liuia grauis in rem publicam mater, grauis domui Caesarum nouerca (« enfin Livie, mère fatale à la république, marâtre fatale à la maison des Césars »)79. Le nom Liuia a des connotations funestes. Ainsi, la deuxième Livie des Annales, Claudia Livia Julia, apparaît-elle aussi néfaste que sa grand-mère80. Tacite accorde une grande attention à cette figure particulièrement malmenée dans l’historiographie romaine depuis son exécution et la condamnation de sa mémoire81. Cette femme impériale, dont l’onomastique est particulièrement sophistiquée, semble avoir mis en valeur le nomen de sa grand-mère paternelle, Liuia (felix thalamis Liuia Drusi / natisque ferum ruit in facinus / poenamque suam : « Livie, heureuse par son mariage avec Drusus et ses enfants, se précipita vers un crime sauvage et son châtiment » ; Liuia Drusi Caesaris : « Livie, épouse de Drusus César »)82, au détriment de Claudia (lequel renvoie à une gens très illustre) et de Iulia83. Tacite reprend lui aussi le nom Liuia et la présente comme une femme adultère, coupable d’introduire la discorde au sein de son couple et de la domus Augusta84. Si la première Livie n’a jamais été soupçonnée d’adultère au temps de son second mariage, il reste que sa réputation souffrit grandement de l’empressement d’Octavien à la prendre pour épouse, alors qu’elle était enceinte de son premier mari : nec domesticis abstinebatur : abducta Neroni uxor et consulti per ludibrium pontifices an concepto necdum edito partu rite nuberet (« on n’épargnait pas non plus la vie privée [d’Auguste], une épouse enlevée à Nero et les pontifes consultés par dérision pour savoir si, entre la conception et la naissance d’un enfant, elle pouvait se marier selon les rites »)85. Certes, Livie n’était pas en cause mais la rumeur eut tôt fait d’attribuer la paternité de Drusus au futur Auguste86. La jeune Liuia est en outre caractérisée par une rare beauté87. Cette beauté insigne est à l’unisson de celle de l’impératrice mère88. Toutefois, il est un domaine où elle ne peut l’emporter : la fécondité. En effet, la palme revient dans ce domaine à sa belle-sœur Agrippine l’Aînée : […] et coniunx Germanici, Agrippina, fecunditate ac fama Liuiam, uxorem Drusi, praecellebat (« […] de même, la femme de Germanicus, Agrippine, surpassait en fécondité et en réputation Livie, l’épouse de Drusus »)89. La jeune Livie prend ainsi la place de sa grand-mère dans la lutte contre la descendance d’Auguste, représentée ici par Agrippine et ses enfants. La première mention de la petite-fille d’Auguste dans les Annales évoque ses mauvais rapports avec Liuia la nouerca : accedebant muliebres offensiones nouercalibus Liuiae in Agrippinam stimulis (« à cela s’ajoutaient des animosités de femmes, Livie blessant Agrippine par des traits de marâtre »)90. Dans ce passage, Tacite utilise le nomen que la première impératrice a abandonné au profit de Iulia Augusta91 ; ceci est sans doute dû à son attitude hostile vis-à-vis d’Agrippine, l’hostilité caractérisant effectivement les nouercae dans la littérature latine. La deuxième Livie fait montre de la même animosité envers celle qui la « surpasse » en fécondité. C’est par les intrigues et le crime qu’elle favorise sa descendance, comme sa grand-mère avant elle. Toutes les valeurs que la Liuia d’Ovide incarnait sont réutilisées par Tacite au détriment de la première impératrice, sous ce même nom. Ironie du sort, c’est la figure d’Agrippine, identifiée comme « l’unique sang d’Auguste » (solum Augusti sanguinem) qui a « récupéré », en quelque sorte, les vertus matronales de Livie chez Tacite92.

2.1.2. Iulia Augusta, un nom symbolisant le pouvoir

L’unique mention de Iulia Augusta chez Ovide était suivie par l’annonce de sa divinisation. Claude, en écartant le nom Iulia pour ne conserver que le seul nom/titre d’Augusta, a fait de sa grand-mère la parèdre du Diuus Augustus. Si Tacite respecte scrupuleusement l’onomastique de l’impératrice mère, il recourt plus volontiers au seul nom Augusta pour la désigner après son adoption93. Les Annales offrent l’intérêt de donner une description détaillée de l’adoption de Livie par Auguste, son changement de nom et les conséquences que ces mesures engendrent. Comme le prévoit le testament du prince défunt, Livie abandonne son ancien nom et devient Iulia Augusta94. Malgré le prestige indéniable du titre, Tacite revient sur celui du nomen Iulia du point de vue de la dynastie julio-claudienne et de la société romaine95. Parmi les honneurs concédés à la mère du prince par le Sénat, le plus embarrassant d’après Tacite est l’ajout du lignage maternel dans la titulature de Tibère : multa patrum et in Augustam adulatio : alii parentem, alii matrem patriae appellandam, plerique ut nomini Caesaris adscriberetur Iuliae filius censebant (« les sénateurs prodiguèrent aussi les adulations à l’égard d’Augusta : les uns proposaient de l’appeler Mère, d’autres Mère de la patrie, la plupart d’ajouter au nom de César : fils de Julie »)96. Cette proposition peut paraître fort étonnante de la part de l’assemblée97. Si l’expression des liens de parenté unissant les princes julio-claudiens aux femmes impériales est devenue courante par la suite, l’identification de Tibère comme « fils de Julie » est interprétée par le Prince et, surtout, par Tacite, comme une reconnaissance officielle de la place qu’occupe désormais cette dernière au sein de la domus Augusta98. Du point de vue de l’auteur, mentionner sa filiation maternelle dans sa titulature reviendrait pour le Prince à admettre que sa mère a joué un rôle dans son avènement. Ovide, très prudent, n’usa jamais de cette formulation et se contenta de présenter Iulia Augusta comme la genetrix de Tibère. Tacite, qui écrit un siècle après les faits, n’a plus les mêmes raisons qu’Ovide pour taire cette mesure ; elle lui permet ainsi de décrier le rôle des impératrices mères dans les questions de succession. Pour cela, il attire l’attention de son public sur les « connotations matrilinéaires » des titres proposés à Iulia Augusta99. Que Tibère ait refusé leur concession ne change rien ; en outre, Tacite attribue sa réaction à la jalousie qui le submerge face à celle qui apparaît comme une rivale dans l’exercice du pouvoir : anxius inuidia et muliebre fastigium in deminutionem sui (« aveuglé par la jalousie et interprétant l’élévation d’une femme comme sa propre déchéance »)100. Sans doute l’auteur vise-t-il ici le Sénat, à l’origine de ces mesures. N’est-ce pas la même assemblée qui proposa, en l’an 105, le titre d’Augusta à Plotine et à Marciane, épouse et sœur de Trajan101 ?

À l’instar d’Ovide, Tacite utilise l’onomastique de l’impératrice pour exprimer son pouvoir, pire, sa démesure, dans un domaine étudié auparavant : l’activité édilitaire. En tant que prêtresse du Diuus Augustus, Iulia Augusta veille non seulement à l’édification de son temple mais encore à la célébration du culte impérial102. Or, c’est en dédiant une statue du diuus qu’elle outrepasse, d’après Tacite, ses fonctions : neque enim multo ante, cum haud procul theatro Marcelli effigiem diuo Augusto Iulia dicaret, Tiberii nomen suo postscripserat idque ille credebatur ut inferius maiestate principis graui et dissimulata offensione abdidisse (« en effet, comme elle avait consacré une statue du divin Auguste peu de temps auparavant, près du théâtre de Marcellus, elle avait inscrit le nom de Tibère à la suite du sien, et l’on croyait que le prince, considérant cet acte comme une offense, cachait son ressentiment »)103. Chaque détail de cette scène révèle la démesure de Iulia Augusta. La statue est placée près du théâtre de Marcellus : or, cet édifice porte le nom du neveu et gendre d’Auguste, premier héritier pressenti ; en outre, le théâtre en question est situé à côté du fameux portique d’Octavie, lequel offre aux regards les portraits des mères célèbres de l’histoire romaine. Iulia Augusta occupe symboliquement, par l’entremise de son nom et de celui de son fils, un espace imprégné par le souvenir d’Octavie, dont elle était absente. La découverte de cette dédicace confirme les propos de l’auteur et l’usage que la mère du Prince fit de sa nouvelle onomastique : insister sur son statut de fille et de prêtresse d’Auguste104. Toutefois, nous ignorons la réaction de Tibère face au geste de sa mère. Du point de vue de Tacite, Iulia Augusta fait preuve de démesure en se posant en rivale de son fils, par l’entremise de son nom.

À la manière d’Ovide, le contemporain de Trajan utilise l’onomastique de l’impératrice pour caractériser son personnage. La chaste et obéissante Liuia s’est muée en une funeste nouerca. Iulia Augusta s’appuie quant à elle sur son statut de mère du Prince mais également sur celui de fille du Diuus Augustus pour concurrencer son fils à la tête de l’Empire. Tacite reprend à son compte les thèmes développés par le poète augustéen afin de décrier le pouvoir au féminin, mais également celui de Tibère, parvenu à l’Empire grâce à sa mère. L’onomastique féminine constitue par conséquent un outil discursif efficace, ce qui est par ailleurs le cas dans les inscriptions et légendes monétaires. Ainsi, en dépit de la complexité de son onomastique, seul le nom reçu à la naissance par l’impératrice, Liuia, a acquis une certaine postérité, puisque c’est de cette manière que la plupart des auteurs anciens écrivant après Tacite la désignent dans leur récit105.

3. Faut-il nommer Julie au Ier siècle après J.-C. ?

En comparaison de Livie, l’onomastique de la fille d’Auguste est fort simple : Iulia106. La jeune femme n’a pas reçu de cognomen à la naissance, à l’instar de nombreuses aristocrates romaines de l’époque républicaine. Néanmoins, elle est la fille d’Auguste, le premier prince, et, en tant que telle, membre de la gens Iulia et descendante de Vénus Genetrix. Elle transmet notamment son nomen à l’une de ses filles, Vipsania Iulia, appelée simplement Iulia par les auteurs anciens107. Selon Tacite, Julie était particulièrement fière de son appartenance à la gens Iulia, dans laquelle entrèrent à leur tour ses fils Caius et Lucius, au point d’avoir fait sentir à son dernier époux Tibère la grandeur de sa situation108. Mais sa condamnation pour adultère, suivie par celle de sa fille, ternit l’image des Iuliae. Cette fâcheuse réputation est-elle allée jusqu’à entacher le nomen Iulia aux yeux de leurs contemporains ?

3.1. Julie, une matrone indigne aux dires de Velleius Paterculus

3.1.1. La fille de César

Velleius Paterculus, contemporain de Livie et de Tibère, a peut-être été témoin de la condamnation de Julie. C’est sous le principat de Tibère qu’il entreprend, « bien malgré lui », de rappeler les faits : at in Vrbe, eo ipso anno quo magnificentissimis gladiatorii muneris naumachiaeque spectaculis diuus Augustus […] dedicato Martis templo animos oculosque populi Romani repleuerat, foeda dictu memoriaque horrenda in ipsius domo tempestas erupit. Quippe filia eius Iulia, per omnia tanti parentis ac uiri immemor, nihil, quod facere aut pati turpiter posset femina, luxuria libidine infectum reliquit magnitudinemque fortunae suae peccandi licentia metiebatur, quidquid liberet pro licito uindicans (« cependant, à Rome, l’année même où le divin Auguste, il y a de cela trente ans […] avait, lors de la dédicace d’un temple à Mars, rassasié les esprits et les yeux du peuple romain de spectacles absolument magnifiques, consistant en un combat de gladiateurs et une naumachie, un orage dont le récit et la mémoire font frémir éclata dans sa maison. En effet, sa fille Julie, oubliant complètement la grandeur de son père et de son époux, n’omit, dans sa débauche et sa dépravation, rien de ce que peut accomplir ou endurer une femme, et mesurait la grandeur de sa condition à la licence de ses péchés, revendiquant comme licites tous ses caprices »)109. Nous pouvons penser que l’auteur nous offre ici la version officielle des événements telle qu’elle fut délivrée par Auguste lui-même dans une lettre au Sénat : de filia absens ac libello per quaestorem recitato notum senatui fecit (« en revanche, concernant sa fille, il ne parut pas devant le Sénat pour lui annoncer la nouvelle mais recourut à un billet qu’il fit lire par un de ses questeurs »)110. Velleius Paterculus est le premier auteur romain à mentionner la fille du Prince dans son œuvre ; en effet, Ovide, prudent, ne citait ni Julie, ni sa descendance, conformément à la volonté d’Auguste111. Aussi s’est-on interrogé sur l’éventuelle condamnation de la mémoire de Julie112. Velleius Paterculus la tire sciemment de l’« oubli » dans lequel elle était plongée depuis sa disgrâce en l’identifiant par son nom, Iulia, et en rappelant son lien de parenté avec Auguste et son statut d’épouse. Il se situe, par conséquent, dans la continuité d’un auteur tel qu’Horace, lequel identifiait Livie et Octavie comme épouse et sœur du Prince113. En rappelant la filiation paternelle de Julie, Velleius Paterculus veut-il la différencier de la fille de Jules César114 ? Probablement pas, cette figure étant particulièrement discrète dans l’Histoire romaine. La première mention de Julie l’identifie à la fois comme fille du Prince et épouse de Marcellus puis d’Agrippa : [Agrippa] reuersus inde filiam Caesaris Iuliam, quam in matrimonio Marcellus habuerat, duxit uxorem, feminam neque sibi neque rei publicae felicis uteri (« [Agrippa] revint et prit pour femme la fille de César, Julie, que Marcellus avait eue pour épouse, une femme dont la fécondité ne fut heureuse ni pour elle-même, ni pour l’État »)115. L’indication de la filiation paternelle est répétée dans le passage consacré à son mariage avec Tibère : admouit propius Neronem Caesari : quippe filia Iulia eius, quae fuerat Agrippae nupta, Neroni nupsit (« [la mort d’Agrippa] rapprocha davantage Néron et César : en effet, la fille de ce dernier, Julie, jadis femme d’Agrippa, épousa Néron »)116. Dans les deux cas, il s’agit de présenter Julie comme le lien unissant le Prince à Agrippa et à Tibère. Dans le passage sur la révélation de ses adultères, la jeune femme est identifiée comme la fille du Divin Auguste117. Cette formulation n’est pas neutre selon nous. En effet, Velleius Paterculus aurait dû appeler le Prince Caesar ou Augustus en rapportant le scandale de l’an 2 avant J.-C., puisqu’il ne porta le nom de Diuus Augustus qu’après sa mort. Certes, l’auteur précise écrire trente ans après les faits (abhinc annos XXX, se et Gallo Caninio consulibus : « voilà de cela trente ans, sous le consulat [d’Auguste] et de Gallus Caninius »118), ce qui autorise cette « entorse » qui n’a d’autre but que de susciter l’indignation de son public face aux agissements de Julie119. En outre, il souligne la pietas d’Auguste envers son père adoptif, le Divin Jules, en rappelant la dédicace du temple de Mars Vltor120. Julie est quant à elle caractérisée comme une fille impie, car son inconduite est révélée l’année même où son père a mené à bien la construction du temple de Mars Vltor, et où il a reçu, en outre, le titre de Pater patriae121. Son comportement est une insulte à la législation édictée par son père, tandis que le nom de son amant, Iullus Antonius, renvoie à l’inconduite notoire d’Antoine et, partant, à la période des guerres civiles, à laquelle Auguste se vantait d’avoir mis fin122. Le statut d’épouse de Julie est, finalement, fort peu évoqué : le mariage avec Marcellus et Tibère est mentionné au détour d’une phrase ; sa filiation paternelle apparaît immanquablement avant le nom de l’époux. Nous pouvons penser que la mention récurrente de son statut de fille d’Auguste est aussi une façon de la différencier de Iulia Augusta, fille adoptive du même prince et dont la conduite fut en tout point opposée à la sienne123.

3.1.2. infelix uterus

L’ombre de son père écrase Julie dans le récit de Velleius Paterculus, au point que son statut de mère est fort peu évoqué également. Avant même de mentionner ses enfants, l’auteur porte un jugement très sévère sur ses maternités : feminam neque sibi neque publicae felicis uteri (« une femme dont la fécondité ne fut heureuse ni pour elle-même, ni pour l’État »)124. Ce qui aurait dû être un titre de gloire pour Julie (la fécondité) est au contraire à l’origine de grands malheurs pour elle-même et pour l’Empire. Rappelons que Velleius Paterculus écrit sous le principat de Tibère, lequel avait dû divorcer vingt ans plus tôt de sa scandaleuse épouse par l’ordre d’Auguste. Or, il confirma les mesures prises par son prédécesseur en la laissant croupir à Rhegium. Notons qu’Agrippa Postumus fut assassiné une fois son grand-père décédé, Julie la Jeune maintenue en exil et Agrippine l’Aînée disgraciée à son tour avec ses fils aînés en l’an 29125. Ceci a pu influencer l’auteur dans sa présentation de Julie en tant que mère. À aucun moment Caius et Lucius ne sont identifiés comme ses fils dans le récit : mors deinde Agrippa […] cuiusque liberos nepotes suos diuus Augustus, praepositis Gai ac Lucii nominibus, adoptauerat (« Agrippa mourut peu après […] ses fils furent adoptés par le divin Auguste, leur grand-père, auxquels il donna les noms de Caius et Lucius »)126. Le lien avec leur mère est volontairement omis alors qu’elle est elle-même citée dans la phrase suivante pour rappeler son mariage avec Tibère127. Par contre, Agrippa Postumus est explicitement rattaché à Julie : adoptatus eadem die etiam M. Agrippa, quem post mortem Agrippae Iulia enixa erat, sed in Neronis adoptione illud adiectum his ipsis Caesaris uerbis : « hoc », inquit, « rei publicae causa facio » (« le même jour [que Tibère] fut aussi adopté M. Agrippa, que Julie avait mis au monde après la mort d’Agrippa, mais, pour l’adoption de Néron, l’on ajouta ces mots de César : je fais ceci pour la cause de l’État »)128. Il s’agit ici d’un moment crucial dans l’histoire de la dynastie : l’adoption de Tibère et d’Agrippa Postumus, respectivement époux et fils de Julie, à la suite du trépas de Caius et Lucius. Notons qu’Agrippa Postumus n’est pas identifié ici comme nepos d’Auguste, à l’inverse de ses frères aînés129. En outre, l’auteur présente cette adoption comme un pis-aller, au regard de celle de Tibère. Il est clair que Velleius Paterculus a à l’esprit la disgrâce du fils de Julie, survenue quatre ans après son adoption par Auguste130. La dernière mention de la fille d’Auguste permet à l’auteur d’opposer sa descendance masculine, représentée ici par Agrippa Postumus, à Tibère, identifié par son cognomen, Nero, ce qui est une allusion à ses nobles origines131. Ainsi donc, Julie, malgré sa fécondité, fut une mère malheureuse en raison de la disparition de Caius et Lucius, mais surtout, aux yeux de Velleius Paterculus, une mère funeste pour l’État en raison du comportement d’Agrippa Postumus et, pourrait-on ajouter, de celui de ses filles Julie et Agrippine132.

Contrairement à Ovide, Velleius Paterculus brise le silence entourant la figure de Julie en l’introduisant dans la trame de son récit, en la nommant puis en évoquant le scandale de l’an 2 avant J.-C. Le nomen Iulia, qui est son « apanage » ici puisque ni sa fille, ni Livie ne sont identifiées sous ce nom, prend des teintes sinistres. D’un côté, sa fécondité, caractéristique de la matrone romaine, comme l’a réaffirmé le discours augustéen, est funeste à l’État133 ; de l’autre, elle prend le contrepied du modèle féminin promu par son propre père en se livrant à la débauche.

4. Iulia, un nom associé à la débauche

La mémoire de Julie ne fut jamais rétablie, ni par son petit-fils Caligula, ni par sa petite-fille Agrippine la Jeune, qui préférèrent souligner leur lien de parenté avec Auguste par l’intermédiaire de leur mère Agrippine l’Aînée. Cependant, l’on compte plusieurs Iuliae parmi les femmes impériales au lendemain de la disgrâce de Julie : quatre petites-filles de Tibère portent ce nomen les rattachant au fondateur de la dynastie134. Eu égard à la condamnation dont furent victimes Julia Livilla et Julie, fille de Drusus, il est périlleux de s’appuyer sur la mince documentation épigraphique et numismatique à notre disposition pour analyser l’usage de leur onomastique par le pouvoir impérial. Mais l’exemple d’Agrippine la Jeune révèle que cette dernière préféra mettre en valeur son cognomen, Agrippina, ainsi que le titre d’Augusta, qu’elle reçut en l’an 50, plutôt que le nomen Iulia. Au début du IIe siècle, Tacite s’intéresse peu au comportement de Julie, fille d’Auguste. Tel n’est pas le cas de Suétone, lequel reprend à son compte le discours de Velleius Paterculus en ce qui la concerne. L’usage du nom Iulia lui permet notamment de faire allusion aux mauvaises mœurs de la fille et de la petite-fille d’Auguste.

4.1. « Telle mère, telle fille »135

4.1.1. Julie et ses filles

Suétone, contemporain d’Hadrien, évoque couramment les femmes impériales dans ses Vies des Douze Césars, une série de biographies comportant en général un paragraphe consacré aux alliances matrimoniales et à la descendance de chaque prince136. À l’inverse de Tacite, le biographe mentionne plus volontiers Julie mais aussi sa fille Julie la Jeune, entre lesquelles il va forger un lien puissant137 ; lien d’autant plus puissant que les deux femmes sont désignées dans le récit par le même nom, Iulia. De plus, Suétone unit les duae Iuliae à une troisième figure décriée, celle d’Agrippa Postumus, fils de l’une et frère de l’autre. L’évocation des deux Julies dans la Vie d’Auguste permet à Suétone de reprendre les accusations de débauche touchant la fille et la petite-fille du Prince et d’associer encore plus étroitement qu’au Ier siècle le nom Iulia à l’adultère. Introduites dans le paragraphe consacré aux petits-enfants d’Auguste, les filles de Julie sont identifiées par leur seul cognomen : nepotes ex Agrippa et Iulia tres habuit C. et L. et Agrippam, neptes duas Iuliam et Agrippinam (« Agrippa et Julie lui donnèrent trois petits-fils, Caius, Lucius et Agrippa, ainsi que deux petites-filles, Julie et Agrippine »)138. Comme nous l’avons rappelé auparavant, Julie a transmis son nomen à sa fille aînée, que cette dernière reprit sous la forme d’un cognomen ; la seconde a quant à elle hérité le cognomen de son père. L’auteur s’abstient de citer leur nomen, Vipsania139. Volonté de lier plus étroitement encore Julie la Jeune à sa mère ? Reflet fidèle de l’onomastique usitée par l’aînée des petites-filles d’Auguste ? Cela est vraisemblable140. La condamnation de Julie la Jeune a occasionné des dommages aussi importants que dans le cas de sa mère, au point que fort peu d’inscriptions à son nom sont parvenues jusqu’à nous. Toutefois, les quelques inscriptions à son nom attestent la mise en valeur et, partant, l’aura, du nomen Iulia au temps de sa faveur. Suétone suit, par conséquent, le discours officiel à ce sujet. La difficulté est de savoir qui fut à l’origine de la transmission de ce nom à la première petite-fille d’Auguste : le Prince ; Julie ; ou encore Agrippa ? De même, quand a-t-il été donné ? Au moment où Suétone écrit sa Vie d’Auguste, le nomen Iulia lui est utile pour décrier la conduite de la mère et de la fille.

4.1.2. Iuliae et débauche

La gradation dans le crime de Julie est perceptible dans les récits postérieurs à l’Histoire romaine de Velleius Paterculus : femme adultère choisissant des amants aux noms illustres, elle noue en outre des relations aussi illicites que scandaleuses en se comportant comme une prostituée, de nuit, sur le Forum141. Suétone reprend à son compte l’accusation de débauche : Iulias, filiam et neptem, omnibus probris contaminatas relegauit (« les deux Julies, sa fille et sa petite-fille, se souillèrent de tous les opprobres et il les relégua »)142. Puis il rappelle la lourde hérédité de Julie en la matière. En effet, c’est en premier lieu Scribonia, sa propre mère, qui fut répudiée à cause de sa conduite scandaleuse : cum hac quoque diuortium fecit, pertaesus, ut scribit, morum peruersitatem eius (« [Auguste] divorça de cette dernière, ‘dégoûté’, selon ses propres mots, ‘par le dérèglement de ses mœurs’ »)143. Or, Scribonia eut le temps de donner une fille à son époux, Julie144, autre épouse adultère : Iuliae mores improbaret (« [Tibère] désapprouvait le comportement de Julie ») ; Iuliam uxorem ob libidines atque adulteria damnatam (« son épouse Julie avait été condamnée en raison de ses dérèglements et de ses adultères »)145. Laquelle mit au monde deux filles dont l’une, qui portait son nom, se signala par son inconduite146. Notons que les passages consacrés à la débauche des trois femmes se suivent (LXIII et LXV). Suétone est volontairement vague sur le comportement sexuel de Scribonia (morum peruersitatem eius : « le dérèglement de ses mœurs ») et des deux Julies (omnibus probris contaminatas : « elles se souillèrent de tous les opprobres »), de même qu’il s’abstient de nommer leurs amants147. Cette imprécision dans les faits lui permet d’insister sur leur débauche et de confirmer le jugement d’Elaine Fantham au sujet du portrait des deux Julies dans la Vie d’Auguste148. Outre la débauche, il est un autre élément que Julie a transmis à sa fille : son nom. Or, Suétone utilise leur onomastique similaire pour associer durablement leur nom à ce vice. À trois reprises, elles sont englobées dans le pluriel Iuliae dans la narration de leur inconduite, favorisant leur association avec la débauche149. Elles rejoignent par ailleurs dans le déshonneur Agrippa Postumus et forment, d’après l’auteur, une association funeste aux yeux d’Auguste : atque ad omnem et eius et Iuliarum mentionem ingemiscens proclamare etiam solebat : Αἴθ᾽ ὄφελον ἄγαμός τ᾽ ἔμεναι ἄγονός τ᾽ἀπολέσθαι, nec aliter eos appellare quam tris uomicas ac tria carcinomata sua (« chaque fois même qu’on mentionnait en sa présence, soit [Agrippa Postumus], soit les deux Julies, il s’écriait en gémissant : ‘Plût au ciel que je ne me fusse pas marié et que je fusse mort sans descendance !’ et il ne les appelait pas autrement que ‘ses trois abcès et ses trois chancres’ »)150. L’assimilation des Julies à un abcès ou à un cancer rongeant le corps du Prince exprime l’atteinte qui lui a été portée en tant que paterfamilias.

4.1.3. De la débauchée à l’incestueuse

Pour finir, Julie est également évoquée dans la Vie de Caligula, son petit-fils. La politique dynastique de ce prince diffère de celle de son prédécesseur, notamment en ce qui concerne la concession d’honneurs aux femmes impériales. Fils d’Agrippine l’Aînée, il rétablit la mémoire condamnée de sa mère dès le début de son principat et ramène ses cendres dans le tombeau d’Auguste où elle prend place aux côtés de ses frères Caius et Lucius151. Le Prince arbore fièrement son appartenance aux Iulii par l’entremise de sa mère152. Suétone fait allusion à cette politique, mais pour mieux déconsidérer Caligula : Agrippae se nepotem neque credi neque dici ob ignobilitatem eius uolebat suscensebatque, si qui uel oratione uel carmine imaginibus eum Caesarum insererent. Praedicabat autem matrem suam ex incesto, quod Augustus cum Iulia filia admisisset, procreatam (« il ne permettait ni de croire ni de dire qu’Agrippa était son grand-père, à cause de l’obscurité de sa naissance, et s’enflammait de colère si un écrit en prose ou en vers l’insérait parmi les ancêtres des Césars. Il proclamait même que sa mère était née d’une relation incestueuse entre Auguste et sa fille Julie »)153. Que ce prince ait ou non utilisé la figure de sa grand-mère pour rappeler son appartenance aux Iulii, ce qui importe ici est l’usage que Suétone fait de Julie dans son portrait de Caligula. Le paragraphe 23 prend place dans la partie de la biographie consacrée au « monstre »154. L’auteur se plaît à souligner l’impietas du Prince envers les membres de sa famille, dont Agrippine et Auguste. Ainsi, celle qui était caractérisée jusqu’alors par une conduite caractéristique de la matrone traditionnelle (à ce titre, Suétone l’évoque fort peu), voit sa naissance entachée par les rumeurs lancées par son propre fils. Bien plus, Caligula ajoute l’inceste aux crimes déjà nombreux de Julie, même si nous ignorons qui d’Auguste ou de sa fille est tenu pour responsable de cet acte. Or, le Prince reproduit, aux dires de l’auteur, ce comportement, en nouant à son tour des rapports incestueux avec ses trois sœurs, des Iuliae elles aussi (quoique l’auteur omette leur nomen)155. Si ces relations ont été interprétées comme un topos littéraire caractérisant la figure du tyran, qu’en est-il de l’inceste entre Julie et Auguste156 ? S’agit-il d’une pure affabulation de la part de Suétone ? Selon nous, cette accusation lui sert avant tout à décrier la politique dynastique de l’arrière-petit-fils d’Auguste, lequel a souligné ses liens avec les Iulii par le biais de sa mère Agrippine, pour conforter sa position à la tête de l’Empire, politique que Suétone rappelle sous les couleurs les plus sombres. Ainsi souligne-t-il le mépris de Caligula vis-à-vis des origines de son arrière-grand-mère, Livie157. L’inceste entre Julie et Auguste fait d’Agrippine l’héritière du sang des Iulii, par son père et par sa mère. Le nomen Iulia rappellerait alors que c’est par les femmes que Caligula se rattache au fondateur du principat. Mais le rôle dynastique de Julie est obscurci par l’accusation d’inceste, accusation qui entacha également les principats des trois derniers Julio-Claudiens158. Est-ce un hasard si Suétone nomme l’épouse d’Auguste Liuia Augusta au lieu de Iulia Augusta ? Certes non, puisqu’il évoque le changement de nom de l’impératrice à la mort d’Auguste159 ; malgré cela, il persiste à la nommer Liuia Augusta dans la Vie de Caligula et use seulement du nom Augusta dans celle de Claude160. Suétone oppose-t-il de cette manière Livie à Julie ? Cela est possible. L’usage de l’onomastique féminine n’est jamais neutre dans son œuvre161. Son choix est mûrement réfléchi et, en ce qui concerne Julie, il relie son nom à la débauche puis, en second lieu, à l’inceste, même s’il juge les propos de Caligula à ce sujet extravagants. De cette manière, la mémoire de Julie, doublement utilisée par le personnage de Caligula et par Suétone, est reliée, d’une part à sa conduite indigne, d’autre part à la légitimité impériale. En effet, le nomen Iulia renvoie à la prestigieuse gens qui mit en place le régime impérial. Ne fut-il pas en outre porté par les sœurs et la fille de Caligula ? Nul doute que sous le principat d’Hadrien, ce nom conserve encore son aura. Et, même si aucune femme impériale de la dynastie antonine ne l’a arboré, fut-ce sous la forme d’un cognomen, six femmes de la dynastie sévérienne l’étaleront fièrement dans les inscriptions et légendes monétaires162.

5. Conclusion

L’étude de l’onomastique des femmes impériales chez les quatre auteurs choisis est riche d’enseignements. La fin du premier siècle avant J.-C. est un moment capital en ce qui concerne l’onomastique féminine : l’ajout d’un cognomen commence à se répandre parmi les membres féminins de l’aristocratie sénatoriale. La domus Augusta offre d’ailleurs un très bon exemple en la matière : alors que Julie en est dépourvue, ses deux filles puis ses petites-filles en reçoivent un, sans doute dans les premières années de leur existence. Il apparaît que l’emploi du cognomen permet d’individualiser ces femmes. Toutefois, l’on ne peut nier que la destinée de Livie et de Julie a pesé lourdement dans l’usage de leur onomastique : la première, honorée de son vivant comme nulle autre Julio-Claudienne ne l’a été, s’attire le respect de ses contemporains (Ovide, Velleius Paterculus, Valère Maxime) mais également d’un auteur tel que Sénèque, très critique vis-à-vis du rôle des femmes en politique163. Le sort de Julie est bien différent puisqu’elle fut diffamée et reléguée sans espoir de retour. Son contemporain, Velleius Paterculus, se fait l’écho de l’indignation d’Auguste et de la souillure qui entacha alors la maison impériale. L’étude de l’onomastique des deux femmes chez Tacite et Suétone nous permet d’examiner l’usage qui en est fait au début du IIe siècle dans le discours sur le pouvoir au féminin et sur celui du Prince : Tacite ébranle durablement l’aura attachée au nom Liuia164 tandis que Suétone associe celui de Iulia à la débauche165.

L’étude de ces quatre auteurs appuyée par celle des sources épigraphiques et numismatiques révèle la diversité des usages de cette onomastique féminine par le pouvoir impérial mais également par certaines femmes de la domus Augusta. Livie rappelle ainsi son illustre ascendance, puis, au lendemain de son adoption, ses liens avec la gens Iulia ; le cas de Julie est plus difficile à cerner mais il est clair que son nomen renvoyait à la même gens et à son illustre fondatrice, Vénus. La prise en compte de l’activité édilitaire de Livie est de ce point de vue essentielle pour notre propos puisqu’elle est un relais de ce discours sur l’onomastique féminine. Munie de ces informations, nous avons délibérément confronté ces discours à celui tenu par les auteurs anciens, contemporains ou non. Si Ovide respecte formellement l’onomastique de la première impératrice, il ne mentionne cependant pas sa filiation paternelle. Bien plus, le rapport à l’époux ou au fils n’est pas automatique. En cela, Velleius Paterculus est moins audacieux. L’exilé de Tomes s’est donc servi de l’onomastique de Livie pour souligner sa puissance et l’inclure, en fin de compte, dans l’Histoire romaine. L’étude menée chez Tacite et Suétone, écrivant dans la première moitié du IIe siècle, révèle les usages et mésusages de ladite onomastique : le sénateur respecte assez fidèlement celle de Livie mais associe son nomen de naissance au personnage de la saeua nouerca, et celui de Iulia Augusta à la toute-puissance de la première impératrice mère. Le chevalier associe quant à lui durablement le nomen Iulia à la débauche, au point que les deux Julies « rivalisent » dans ce domaine avec Messaline, pourtant parangon de l’impudeur dans les Annales de Tacite.

Bibliography

Alfaro J. P., (2012), « La imagen de Caligula en Suetonio : realidad o construcción », Intus-Legere Historia 6, 2, p. 7-32.

Angelova D., (2015), Sacred founders : women, men, and Gods in the discourse of imperial founding, Rome through early Byzantium, University of California Press, Oakland.

Barrett A. A., (2002), Livia, First Lady of Imperial Rome, Yale University Press, London.

Bartman E., (1999), Portraits of Livia. Imaging the Imperial Woman in Augustan Rome, Cambridge University Press, Cambridge.

Berlaire Gues Estelle, (2023), « Livie, la femina restitutor », à paraître en 2023 dans la revue Fabula.

Benoist St., Landrea C. et Klein Fl., (2022), « 8-17 de notre ère, Ovide à Tomes : lectures croisées des Tristes et des Pontiques », à paraître dans Casanova-Robin H., Delignon B. et Van Heems G. et alii (éds.), Étudier les humanités aujourd’hui : nouveaux enjeux, nouvelles méthodes, Éditions Garnier, Paris.

Boatwright M. T., (1991), « The Imperial Women of the Early Second Century A. D. », AJPh 112, 4, p. 513-540.

Braccesi L., (2012), Giulia, la figlia di Augusto, Laterza, Rome.

Calhoon C. G., (1994), Livia the Poisoner : Genesis of an Historical Myth, UMI.

Caprariis F. de et Petacco L., (2016), « Drusi filia, uxor Caesaris : Livia e il tempio di Fortuna Muliebre », Bullettino della Commissione Archeologica Comunale di Roma, 117, p. 9-16.

Cenerini F., (2014), « (Claudia) Livia Giulia », Archimède, 1, p. 124-132.

— (2016), « Le matronae diventano Augustae : un nuovo profilo femminile », dans Cenerini F. et Rohr Vio F. (éds.), Matronae in domo et in re publica agentes : spazi e occasioni dell’azione femminile nel mondo romano tra tarda repubblica e primo impero. Atti del convegno di Venezia, 16-17 ottobre 2014, Edizioni Università di Trieste, Trieste, p. 23-49.

Chiu A., (2016), Ovid’s Women of the Year. Narratives of Roman Identity in the Fasti, University of Michigan Press, Ann Arbor.

Cid López R. M., (1998), « Livia versus Diva Augusta. La mujer del príncipe y el culto imperial », ARYS 1, p. 139-155.

Cogitore I., (2014), « Formes d’opposition sous Caligula : le rôle des femmes », dans Cristofoli R., Galimberti A. et Rohr Vio F. (éds.), Lo spazio del non-allineamento a Roma fra Tarda Repubblica e Primo Principato. Forme e figure dell’opposizione politica, l’Erma di Bretschneider, Rome, p. 167-181.

Della Mora G., (2019), Claudia Livia Giulia – Livilla, moglie e madre di eredi al principato, thèse sous la direction de Francesca Rohr Vio.

Devillers O., (2008), « Images du couple dans les livres 1-3 des Annales de Tacite », Athenaeum 96, 1, p. 369-376.

Domínguez Arranz A., (2010 ), « La mujer y su papel en la continuidad del poder. ¿ Iulia Augusti, una mujer incómoda al regimen ? », dans Domínguez Arranz A. (éd.), Mujeres en la Antigüedad Clásica : género, poder y conflicto, Silex ediciones, Madrid, p. 155-186.

— (2016), « Entre mujer y diosa : matronazgo cívico de la emperatriz romana », dans Martínez López C. et Serrano Estrella F. (éds.), Matronazgo y arquitectura. De la Antigüedad a la Edad Moderna, Editorial Universidad de Granada, Grenade, p. 65-112.

Fantham E., (2006), Julia Augusti, the Emperor’s Daughter, Routledge, London.

Flory M. B., (1984), « Sic exempla parantur : Livia’s Shrine to Concordia and the Porticus Liviae », Historia 33, p. 309-330.

— (1988), « The meaning of Augusta in the Julio-Claudian period », AJAH 13, p. 113-138.

Flower H. I., (2006), The Art of Forgetting. Disgrace and Oblivion in Roman Political Culture, The University of North Carolina Press, Chapell Hill, p. 160-194.

Fucecchi M., (2017), « Carmenta ed Egeria : due ispiratrici silenziose nei Fasti di Ovidio », Dictynna 14, p. 1-17.

García Villalba C., (2015), « La rama femenina de la Domus Augusta en la amonedación hispana », Numisma 259, p. 33-63.

Harvey T., Julia Augusta, images of Rome’s first empress on coins of the Roman Empire, Routledge, Londres-New York, 2020.

Herbert-Brown G., (1998), « Decoding Tacitus (Ann. I. 53) : the Role of Julia in Tiberius’ Retirement to Rhodes », dans Deroux C. (éd.), Studies in Latin literature and Roman History, tome IX, Latomus, Bruxelles, p. 347-378.

Hidalgo de La Vega M.-J., (2009), « Maternidad y poder político : las princesas Julio-Claudias », dans Cid López R. M. (éd.), Madres y maternidades, construcciones culturales en la civilización clásica, KRK, Oviedo, p. 185-215.

— (2012), Las emperatrices romanas. Sueños de púrpura y poder oculto, Ediciones Universidad de Salamanca, Salamanque.

Kleiner D. E. E., (1996), « Imperial Women as Patrons of the Arts in the Early Empire », dans Kleiner D. E. E. et Matheson S. B., I Claudia. Women in Ancient Rome, University of Texas Press, Austin, p. 58-41.

Levick B., (1976a), Tiberius the Politician, Routledge, London.

— (1976b), « The Fall of Julia the Younger », Latomus 35, p. 300-339.

Luisi A. et Berrino N. F., (2008), Carmen et error nel bimillenario dell’esilio di Ovidio, Quaderni di Invigilata Lucernis, 36, Edipuglia, Bari.

Malissard A., (2018), « L’affaire Clodius : le scandale de la Bona Dea », dans Martin P. M. et Ndiaye E. (dirs.), Scandales, justice et politique à Rome : textes inédits d’Alain Malissard suivis d’hommages en son honneur, Classiques Garnier, Paris, p. 107-126.

Merriam C. U., (2006), « The Julians and Venus », dans Merriam C. U., Love and Propaganda. Venus and the Latin Love Elegists, Latomus, Bruxelles, p. 18-30.

Mikocki T., (1995), Sub specie deae. Les impératrices et princesses romaines assimilées à des déesses, Étude iconologique, Giorgio Brestchneider Editore, Rome.

Millar F., (1993), « Ovid and the Domus Augusta : Rome sun from Tomoi », JRS 83, p. 1-17.

Nuorluoto T., (2020), « The nomenclature of (Claudia) Livia, “Livilla” », Arctos 54, p. 201-206.

— (2021), Roman Female Cognomina : Studies in the Nomenclature of Roman Women, thèse soutenue à l’université d’Uppsala.

Pociña A., (2010), « Mulier est : erat. Literatura masculina y mujer en el Imperio romano. Propuestas metodológicas », dans López López A., Martínez López C., Pociña Pérez A. (éds.), La mujer en el mundo Mediterráneo Antiguo, Universidad de Granada, Grenade, p. 193-217.

Pryzwansky M. M., (2008), Feminine Imperial Ideals in the « Caesares » of Suetonius, ProQuest, New York.

Salway B., (1994), « What’s in a Name ? A Survey of Roman Onomastic Practice from c 700 B. C. to A. D. 700 », JRS 84, p. 124-145.

Sinclair P., (1990), « Tacitus’ Presentation of Livia Julia, Wife of Tiberius’ Son Drusus », AJPh 111, 2, p. 238-256.

Syme R., (1974), « The Crisis of 2 B. C. », Bayerische Akademie der Wissenschaften, p. 1-34.

Tesoriero C., (2006), « Livia gravis : a Note of Tacitus, Annales I, 10, 5 », Latomus 65, p. 364-368.

Thakur S., (2014), « Femina Princeps : Livia in Ovid’s Poetry », Eugesta 4, p. 175-213.

Varner E. R., (2004), Mutilation and Transformation : Damnatio Memoriae and Roman Imperial Portraiture, Brill, Leyde-Boston.

Viloria de La Torre C., (1992), « Los nombres de Livia », Estudios clásicos 34, 101, p. 55-62.

Watson P., (1995), « Historical Figures : Livia, Agrippina and Octavia », dans Watson P. (éd.), Ancient Stepmothers. Myth, Misogyny and Reality, Brill, Leyde-New York-Köln, p. 176-206.

Wood S., (1988), « Memoriae Agrippinae : Agrippina the Elder in the Julio-Claudian Art and Propaganda », AJA 92, 3, p. 409-426.

— (1999), Imperial Women. A study in Public Images, 40 BC-AD 68, Brill, Leyde-Boston-Köln.

Woodhull M., (2016), « Mujeres construyendo Roma : género y ciudad imperial desde la época de Augusto a la Antonina », dans Martínez López et Serrano Estrella F. (éds.), Matronazgo y arquitectura, De la Antigüedad a la Edad Moderna, Universidad de Granada, Grenade, p. 113-140.

Notes

1 Auguste, le fondateur de la dynastie julio-claudienne, est décédé le 19 août 14, à l’âge de soixante-seize ans ; Livie est quant à elle âgée de soixante-et-onze ans en l’an 14. Return to text

Nous voudrions remercier Jacqueline Fabre-Serris, co-directrice de notre thèse, pour nous avoir permis de présenter cet article dans la revue Eugesta ainsi que pour ses relectures critiques et ses conseils afin de le rendre apte à la publication. Nous remercions également les rapporteurs/ses pour leurs relectures et suggestions. Les erreurs qui subsistent sont les miennes.

2 Tac. Ann. I. 8. 1 : Liuia in familiam Iuliam nomenque Augustum adsumebatur (« Livie était adoptée dans la famille Julia et prenait le nom d’Augusta »). Les traductions sont les nôtres, sauf indication contraire. Return to text

3 Tac. Ann. I. 14. 1 : multa patrum et in Augustam adulatio : alii parentem, alii matrem patriae appellandam, plerique ut nomini Caesaris adscriberetur Iuliae filius censebant (« les sénateurs prodiguèrent aussi les adulations à l’égard d’Augusta : les uns proposaient de l’appeler Mère, d’autres Mère de la patrie, la plupart d’ajouter au nom de César : fils de Julie »). Return to text

4 Tac. Ann. I. 14. 2 : ille, moderandos feminarum honores dictitans eademque se temperantia usurum in iis quae sibi tribuerentur, ceterum anxius inuidia et muliebre fastigium in deminutionem sui accipiens ne lictorem quidem ei decerni passus est aramque adoptionis et alia huiusce modi prohibuit (« répétant qu’il fallait mesurer les honneurs concédés aux femmes et qu’il userait de la même modération pour ceux qu’on lui attribuerait, du reste, aveuglé par la jalousie et interprétant l’élévation d’une femme comme sa propre déchéance, Tibère interdit même la concession d’un licteur, d’un autel de l’adoption et toutes autres mesures semblables »). Return to text

5 Tac. Ann. I. 53. 1 : fuerat in matrimonio Tiberii florentibus Gaio et Lucio Caesaribus spreueratque ut imparem (« mariée à Tibère à l’époque où florissaient Caius et Lucius César, elle l’avait méprisé en tant qu’inférieur ; et ce fut la raison la plus intime qui poussa Tibère à partir pour Rhodes »). Caius et Lucius sont les fils aînés de Julie et de son deuxième époux, Marcus Vipsanius Agrippa. Dépourvu de descendance masculine, Auguste les adopta. Certaines études ont noté l’incongruité des propos tenus par Tacite puisque Tibère appartenait à la très aristocratique gens Claudia par ses parents, sans compter celle des Drusi Liuii par sa mère. À ce sujet, Levick 1976a, p. 11-13 ; Herbert-Brown 1998, p. 354-355 ; Barrett 2002, p. 4-7. Return to text

6 « During most of the republic, however, women as a rule were normally known by one name only, viz. their father’s gentile name in the feminine form (which they also retained when married) » (Nuorluoto 2021, p. 13). Se reporter également à l’introduction de la thèse du même auteur (p. 12-25) et à Salway 1994, p. 126. Return to text

7 Voir le chapitre de Nuorluoto 2021, intitulé « nomina used as cognomina » (p. 113-119). Return to text

8 Nuorluoto 2021, p. 12 et 16 (« for women […] the introduction of the cognomen had even larger consequences : rather than being viewed merely as extensions of their gens, Roman women finally received a more specific identity in the public eye »). Return to text

9 Nuorluoto 2021, p. 12-13, évoque « the filiation/patronymic » et « a gamonymic ». Return to text

10 Les figures des premières Antonines sont particulièrement discrètes dans les sources littéraires face à celles des Julio-Claudiennes, lesquelles occupent une large place dans les Annales de Tacite et les Vies des Douze Césars de Suétone. Au sujet de la discrétion des Antonines dans les sources littéraires, Boatwright 1991, p. 513 et 530-536 ; Hidalgo de La Vega 2012, p. 102-104. Return to text

11 Ainsi, le nom des deux femmes est particulièrement mis en valeur dans deux dédicaces sur la porte sud de l’agora d’Éphèse, datées des années 3-2 avant J.-C., juste avant la disgrâce de Julie : Imp(eratori) Caesari diui f(ilio) Augusto pontifici / maximo co(n)s(uli) XII tribunic(ia) potest(ate) XX et / Liuiae Caesaris Augusti / M(arco) Agrippae L(uci) f(ilio) co(n)s(uli) tert(ium) imp(eratori) tribunic(ia) / potest(ate) VI et / Iuliae Caesaris Augusti fil(iae) (« pour l’imperator César Auguste, fils du Divin, Grand pontife, consul pour la douzième fois, revêtu de la vingtième puissance tribunicienne, et pour Livie, épouse de César Auguste », « pour Marcus Agrippa, fils de Lucius, consul pour la troisième fois, imperator, revêtu de la sixième puissance tribunicienne, et pour Julie, fille de César Auguste », AE 2007, 1450). Return to text

12 Au sujet de la diversité des appellations chez Ovide pour Livie, Millar 1993, p. 12-13 ; Thakur 2014, p. 181, 197-198 et 205. En ce qui concerne Livie, se reporter à PIR2 301. Return to text

13 Parmi les nombreuses études consacrées à cette « erreur », citons Luisi et Berrino 2008 ; Benoist, Landrea et Klein (à paraître). Return to text

14 Hor. Carm. III. 14. v. 5. La sœur d’Auguste, Octavie, est tout aussi anonyme, v. 7 : et soror clari ducis (« ainsi que la sœur du chef illustre »). Mais, à la suite d’Ovide, d’autres auteurs contemporains de Livie entreprennent de la nommer, tels Velleius Paterculus, Valère Maxime, ou encore l’auteur anonyme de la Consolation à Livie, œuvre égrenée par le nomen de naissance de l’impératrice. Return to text

15 Thakur 2014, p. 181. Return to text

16 Cette absence est compréhensible dans les poèmes de l’exil car Octavie est décédée depuis l’an 11 avant J.-C., et Julie disgraciée depuis l’an 2 avant J.-C. Une allusion indirecte à la sœur d’Auguste est faite dans le premier livre de l’Art d’aimer, I. v. 69-70 : aut ubi muneribus nati sua munera mater / addidit, externo marmore diues opus (« ou bien [le portique] où la mère a ajouté ses présents à ceux de son fils, ouvrage fastueux par ses marbres étrangers »). Le portique d’Octavie était situé sur le Champ de Mars. Return to text

17 Ainsi, dans les Faits et Dits mémorables de Valère Maxime (IV. 3. 3) et la Consolation à Livie (v. 299-300). Return to text

18 Agrippine l’Aînée (FOS 812) est la fille de Julie et d’Agrippa et la sœur de Julie la Jeune, Caius, Lucius et Agrippa Postumus ; Claudia Livia Julia (FOS 239) est celle d’Antonia et de Drusus, fils cadet de Livie. La première a épousé Germanicus, la seconde, Drusus, tous deux petits-fils de l’impératrice, justifiant l’usage du terme nurus. Return to text

19 Tr. IV. 2. v. 11-14. Return to text

20 Tr. IV. 2. v. 8. Return to text

21 Tr. IV. 2. v. 9. Germanicus a été adopté par Tibère sur la volonté d’Auguste en l’an 4 après J.-C. Drusus est quant à lui le fils qu’il a eu de son premier mariage, avec Vipsania Agrippina. Tous deux sont pressentis pour être les successeurs de Tibère, ce qui justifie la place de leurs épouses respectives dans cette scène. Il est à ce titre étonnant que l’exilé de Tomes ait omis Antonia, mère de Germanicus et de Claudia Livia Julia. Return to text

22 Au sujet de ce portique qui a suscité l’attention renouvelée des chercheuses depuis quelques années, principalement dans la perspective du matronage dans la Rome impériale, voir Flory 1984, p. 317-319 ; Angelova 2015, p. 73 ; Domínguez Arranz 2016, p. 83-84 ; Woodhull 2016, p. 120-122. Return to text

23 Ars amat. I. v. 71-72. Nous soulignons l’expression, fondamentale, auctoris Liuia nomen. Return to text

24 Fast. VI. v. 639-640. Return to text

25 Sur le portique d’Octavie, Angelova 2015, p. 162 ; Woodhull 2016, p. 118-119. Return to text

26 CIL VI. 883. Sur la datation de la restauration du temple, De Caprariis et Petacco 2016, p. 10. Situé sur la Via Latina, ce temple est lié à la mémoire de Véturie et de Volumnie, mère et sœur du général romain Coriolan, qui, exilé, porta les armes contre sa patrie. À la tête des matrones, les deux femmes partirent à sa rencontre et parvinrent à le dissuader d’attaquer la Ville. En reconnaissance de ce geste, le Sénat décréta l’édification d’un temple, comme le rappelle Tite-Live, contemporain d’Auguste et de Livie, II. 40 : monumento quoque quod esset, templum Fortunae Muliebri aedificatum dedicatumque est (« afin de commémorer cet acte, un temple fut édifié et dédié à la fortune des femmes »). Return to text

27 Sur le lien entre Livie et ces héroïnes de l’histoire romaine, consulter Angelova 2015, p. 73. Return to text

28 Voir De Caprariis et Petacco 2016 (p. 14) : « sono attestati nei complessi religiosi esempi di ripetizione della stessa formula dedicatoria ». Return to text

29 Dio. LIV. 23. 6. La traduction du texte a été effectuée à partir de celle d’Alessandro Stroppa (Rizzoli, 1998). Cassius Dion est témoin de la restauration de certains édifices romains entreprise par Septime Sévère, son épouse et leurs fils. Ces derniers ont par ailleurs restauré le temple de Fortuna Muliebris et ajouté leur nom à celui de Livie, CIL VI. 883 : Impp(eratores) C[aes]s(ares) Seuerus et Anto[ninus Augg(usti) et Geta nobilissimus Caesar] / et [Iulia] Aug(ustae) mater Aug[g(ustorum) restituerunt] (« les imperatores Sévère César Auguste, Antonin César Auguste, le très noble Géta César et Julia Augusta, mère des Augustes, ont restauré ce temple »). Vedius Pollion avait cédé sa maison à Auguste, lequel préféra la raser à cause de son luxe ostentatoire. Return to text

30 Son lignage est particulièrement mis en valeur dans la Consolation à Livie, texte écrit pour consoler l’impératrice, mère éplorée au lendemain de la disparition de son fils cadet, Drusus. Ce dernier avait hérité le cognomen de son grand-père maternel : materni celeber nomine Drusi aui (« célèbre sous le nom de son aïeul maternel, Drusus », v. 146) ; magnaque maternis maioribus (« grande gloire pour ses ancêtres maternels », v. 331). Il est à noter que ce texte, jadis attribué à Ovide, est aujourd’hui daté du principat de Tibère. Return to text

31 Ainsi dans la province de Norique : Liuiae Caesaris Augusti (« pour Livie, épouse de César Auguste », AE 1954, 100) ; ou dans le Samnium : Liuiae Drusi f(iliae) / Augusti / matri Ti(beri) Caesaris et / Drusi Germanici (« pour Livie, fille de Drusus, épouse d’Auguste, mère de Tibère César et de Drusus Germanicus », CIL IX, 3304). Dans le monde grec, l’impératrice est plus volontiers appelée Liuia Drusilla : à Samos (IG. XII. 6. 1. 390 : Λειβίαν Δρούσιλλαν) et à Thasos par exemple (IG XII. 8. 381 : Λειβιαν Δρουσιλλαν). Return to text

32 Nep. Att. XIX. 4. Suétone atteste lui aussi cet usage en prenant appui sur l’extrait d’une lettre de Marc Antoine adressée à son collègue Octavien (Aug. LIX). Return to text

33 Sur l’association volontaire de Livie aux vertus matronales, voir Kleiner 1996, p. 33 ; Angelova 2015, p. 72-73 ; Woodhull 2016, p. 120. Return to text

34 Fast. V. v. 155-158 (traduction d’Henri Le Bonniec, Les Belles Lettres, 1990). Return to text

35 Fast. VI. v. 637-638 (traduction d’Henri Le Bonniec, Les Belles Lettres, 1990). Return to text

36 Fast. V. v. 153 : templa patres illic oculos exosa uiriles (« les Pères ont bâti là, sur le versant en pente douce, un temple qui abhorre les regards masculins », traduction d’Henri Le Bonniec, Les Belles Lettres, 1990). Nous savons à quel point la conduite de Pompeia, épouse de César, fut gravement suspectée lorsque Clodius parvint à se déguiser en musicienne pour l’approcher lors des rites auxquels il lui était formellement interdit d’assister. Plutarque évoque la profanation des rites de Bona Dea par Clodius et la répudiation de Pompeia par César (Caes. X). Au sujet de cette célèbre affaire, se reporter à Malissard 2018. Return to text

37 Fast. V. v. 155-156. Return to text

38 Sur la restauration entreprise par Livie du temple de Bona Dea Subsaxana et la probable inscription de son nom sur ce même monument, Berlaire Gues (à paraître). Return to text

39 En effet, Antoine répudia Octavie en 32 avant J.-C., prélude à la guerre ; Tibère ne s’entendit guère avec sa deuxième épouse, qu’il aurait fuie, aux dires de certains auteurs. Return to text

40 Fast. I. v. 649-650 : haec tua constituit genetrix et rebus et ara / sola toro magni digna reperta Iouis (« ce temple a été embelli et doté d’un autel par ta mère, la seule jugée digne de la couche du grand Jupiter »). Return to text

41 Pont. III. 1. v. 115 et v. 117. Return to text

42 Pont. III. 1. v. 118 ; Fast. I. v. 650. Return to text

43 Pont. III. 1. v. 145 : uultum Iunonis (« visage de Junon ») ; v. 156 : maiestatem suam (« sa majesté »). Return to text

44 Pont. III. 1. v. 114, 149-150. Return to text

45 Prenons l’exemple d’une monnaie frappée dans la ville de Pergame, sur le revers de laquelle Livie est assimilée à la déesse : ΛΙΒΙΑΝ ΗΡΑΝ ΧΑΡΙΝΟΣ (RPC I, 2359). Puis d’une inscription d’Assos : ὁ δῆμος καὶ οί πραγμα[τευόμενοι Ρωμαῖοι] / θεὰν Λειουίαν Ἣραν ν[εάν...] / την τοῦ Σεβαστοῦ θε[οῦ γυναῖκαν] (« le peuple et les hommes d’affaires romains ont dédié cette statue de la déesse Livie, la nouvelle Héra, épouse du dieu Auguste », IGRR IV, 249, traduction à partir de celle d’Elizabeth Bartman, 1998, p. 199). Sur le lien qu’entretient l’impératrice avec la reine des dieux dans le monde grec, voir Mikocki 1995, p. 23-25 ; Angelova 2015, p. 106-107 ; Harvey 2020, p. 62-63, 136-137. Thakur 2014 évoque également l’influence sur Ovide des poètes Théocrite et Callimaque (p. 194-195). Return to text

46 Pont. III. 1. v. 117. Return to text

47 À l’inverse de l’Aphrodite grecque, instigatrice des amours adultères, voire illicites, la Vénus romaine est surtout honorée comme celle qui veille à la pérennité de l’espèce humaine et animale. C’est ce qu’expriment les premières lignes du De rerum natura de Lucrèce, auteur du premier siècle avant J.-C., notamment les vers 19-20 : omnibus incutiens blandum per pectora amorem / efficis ut cupide generatim saecla propagent (« enfonçant dans tous les cœurs le charme de l’amour, tu inspires à tous les êtres le désir de propager leur espèce », traduction légèrement modifiée d’Alfred Ernout, Les Belles Lettres, 2009). Au cours de l’éloge funèbre qu’il prononce pour sa tante Julia, Jules César rappelle cette illustre ascendance, Suet. Diu. Iul. VI : amitae meae Iuliae maternum genus ab regibus ortum, paternum cum diis inmortalibus coniunctum est. Nam ab Anco Marcio sunt Marcii Reges, quo nomine fuit mater ; a Venere Iulii, cuius gentis familia est nostra (« par sa mère, ma tante Julie est issue des rois, par son père, elle est apparentée aux dieux immortels. En effet, d’Ancus Marcius sont issus les Marcius Rex, et ce fut le nom de sa mère ; de Vénus descendent les Jules, auxquels nous appartenons »). Le même César construisit sur le forum qui porte son nom le temple de Vénus Genetrix, soulignant ainsi l’aspect maternel de la déesse. Voir notamment Merriam 2006, p. 20-23. Return to text

48 Par exemple à Chypre : Λιουίαν Θεὰν Νέα[ν Ἀφροδίτην] (« la déesse Livie Nouvelle Aphrodite », SEG 30. 1632) ; et en Troade : Λειβίας θεᾶς Ἀφροδείτης (« à Livie, déesse Aphrodite » IMT Skam / Neb Täler 313). Sur l’assimilation entre Livie et Vénus-Aphrodite, se reporter à Mikocki 1995, p. 28-30 ; Angelova 2015, p. 77 et 88-89. Return to text

49 Pont. IV. 13. v. 29. Nous avons relevé à deux reprises l’association de Livie avec les prêtresses de Vesta ; nous renvoyons aux notes 20 (les Vestales) et 35 (Licinia). Return to text

50 Le poème est daté de l’hiver 14-15. Return to text

51 Pont. IV. 13. v. 25-40. Return to text

52 Suet. Aug. XCIX (traduction d’Henri Ailloud, Les Belles Lettres, 2016). Return to text

53 Fast. I. v. 535-536. Return to text

54 Citons à titre d’exemple cette inscription de Mantinée, datée de 14 après J.-C. : θεᾶς Ἰουλίας Σεβαστᾶς (« à la déesse Julia Augusta », IG V. 2. 301). Se reporter à Angelova 2015, p. 106-107. Return to text

55 V. 29. Ce poème est adressé à Carus, le précepteur des enfants de Germanicus. Nous renvoyons à la note 51. Return to text

56 Pont. IV. 13. v. 27-28 : esse parem uirtute patri qui frena rogatus / saepe recusati ceperit imperii (« il est à égalité avec son père quant à la vertu celui qui, sollicité de prendre le pouvoir, souvent l’a repoussé »). Cet épisode est également rapporté par Tac. Ann. I. 11-13, mais d’une manière tout à fait désavantageuse pour le fils de Livie. Return to text

57 Pont. IV. 13. v. 19-22 : A ! Pudet et Getico scripsi sermone libellum / structaque sunt nostris barbara uerba modis : et placui – gratare mihi ! – coepique poetae / inter inhumanos nomen habere Getas (« ah, j’en ai honte ! J’ai écrit un petit livre où j’ai arrangé des mots barbares selon nos mesures ; et j’ai plu – félicite-moi ! – et je commence à avoir une réputation de poète parmi les Gètes barbares »). Il faut bien entendu tenir compte de l’image caricaturale des Gètes chez Ovide. Return to text

58 Pont. IV. 13. v. 30 : ambiguum nato dignior anne uiro (« toi dont il est difficile de savoir de qui tu es la plus digne, entre ton fils et ton époux »). Return to text

59 Fast. I. v. 535-536. Return to text

60 À ce sujet, Flory 1984, p. 322-323 ; Woodhull 2016, p. 122. Return to text

61 Fast. I. v. 3-4 : excipe pacato, Caesar Germanice, uoltu hoc opus et timidae dirige nauis iter (« reçois d’un visage accueillant, César Germanicus, cet ouvrage, et dirige le chemin de mon vaisseau craintif »). Se reporter à Millar 1993, p. 8. Return to text

62 Fast. I. v. 511-537. Au sujet du personnage de Carmenta dans les Fastes, voir l’étude de Fucecchi 2017. Return to text

63 Fast. I. v. 533-534 : inde nepos natusque dei, licet ipse recuset / pondera caelesti mente paterna feret (« à ce moment, le fils et le petit-fils d’un dieu, ce dernier malgré ses refus, portera d’un cœur divin la charge paternelle »). Return to text

64 Fast. I. v. 536 : sic Augusta nouum Iulia numen erit (« de même Julia Augusta deviendra une nouvelle divinité »). Return to text

65 Ovide a positionné l’impératrice au centre de ce réseau depuis quelques années déjà. Ainsi, en Pont. II. 8. v. 29-34 : perque tori sociam quae par tibi sola reperta est / et cui maiestas non onerosa tua est / perque tibi similem uirtutis imagine natum/ moribus adgnosci qui tuus esse potest / perque tuos uel auo dignos uel patre nepotes / qui ueniunt magno per tua iussa gradu (« et par la compagne de ta couche qui fut la seule à être jugée digne de toi, et pour qui ta majesté n’est pas accablante, par ton fils, dont l’image de la vertu est semblable à la tienne, et qui reconnaît être de ton sang par sa conduite, par tes petits-fils dignes de leur père et de leur grand-père, qui se perfectionnent sous ta férule ») ; IV. 9. v. 107-110 : stant pariter natusque pius coniunxque sacerdos [...] neu desit pars ulla domus, stat uterque nepotum / hic auiae lateri proximus, ille patris (« à ses côtés se tiennent son fils pieux et son épouse, la prêtresse […] et pour qu’il ne manque aucun membre de la famille, ses deux petits-fils sont également présents, l’un aux côtés de sa grand-mère, l’autre aux côtés de son père »). Le rôle de Livie en tant que lien unissant le Prince aux deux générations de successeurs est de même clairement formulé dans la Consolation à Livie, v. 453 : hoc domus ista docet, per te mea, Caesaris alti (« voici ce que m’enseigne la maison du grand César, qui est devenue la mienne grâce à toi »). Certes, c’est Drusus et non Tibère qui s’exprime ici mais le même constat pourrait être placé dans la bouche de son frère. Sur la position de Livie au sein de la domus Augusta dans l’œuvre d’Ovide, Millar 1993, p. 15-16 ; Thakur 2014, p. 190-193 et 199-200. Return to text

66 À ce sujet, Thakur 2014, p. 203-204 ; Angelova 2015, p. 88-89 ; Chiu 2016, p. 109. Return to text

67 Fast. I. v. 649-650. Cette fois-ci, Iulia Augusta n’est pas nommée mais désignée par une périphrase. Au début des années 20, les cités de Romula Augusta et d’Italica émettent chacune un dupondius à l’effigie de Iulia Augusta, en spécifiant dans la légende Iulia Augusta genetrix orbis (« Julia Augusta, mère de l’univers », RPC I, 67A et 73). La monnaie de Romula Augusta représente la mère du Prince la tête posée sur un globe et surmontée de l’astre lunaire, attributs empruntés à Dea Caelestis. À ce sujet, consulter García Villalba 2015, p. 47-48. Return to text

68 Lucr. I. 1 : Aeneadum genetrix (« mère des Romains »). Return to text

69 Tac. Ann. I. 14. 1. Return to text

70 À ce sujet, Thakur 2014, p. 203 ; Fucecchi 2017, p. 4. Return to text

71 « The culmination of Roman history lies not as much in Tiberius or Augustus as in Livia » (Chiu 2016, p. 107). Return to text

72 Sur la divinisation de Livie, Cid López 1998, p. 151-152 ; Barrett 2002, p. 222-223. Return to text

73 Sur le personnage de Livie dans les Annales, se reporter à Calhoon 1994, p. 312-334 ; Tesoriero 2006, p. 364-368. Si les contemporains de Claude, Néron, Vespasien et Titus ont écrit sur cette figure, leur récit à son sujet est cependant beaucoup plus bref que celui de Tacite. Return to text

74 Sur le personnage de la saeua nouerca à Rome, voir Watson 1995, p. 92-134. En ce qui concerne plus précisément Livie, consulter Calhoon 1994, p. 312-339 ; Watson 1995, p. 175-192. Return to text

75 Ann. I. 3. 3. Return to text

76 Ann. I. 3. 3. Return to text

77 Ann. I. 3. 4 : nam senem Augustum deuinxerat adeo uti nepotem unicum, Agrippam Postumum, in insulam Planasiam proiecerit (« en effet, elle avait soumis le vieil Auguste à tel point qu’il jeta son unique petit-fils [Agrippa Postumus] dans l’île de Planasie ») ; I. 5. 3-4 : […] neque satis compertum est spirantem adhuc Augustum apud urbem Nolam an exanimem reppererit. Acribus namque custodiis domum et uias saepserat Liuia (« […] et on ne sait si Auguste respirait encore ou s’il avait rendu l’âme quand [Tibère] le rejoignit à Nole. Car une garde rigoureuse avait été postée par Livie pour barrer la maison et les chemins »). Cette description de la fin d’Auguste diffère en tout point de celle à l’œuvre chez Suétone (se reporter à la page 11). Return to text

78 Ann. I. 3. 3 ; I. 3. 4. Return to text

79 Ann. I. 10. 5. Return to text

80 Il s’agit de l’une des deux nurus anonymes des Tristes et Pontiques. Sur Claudia Livia Julia, voir Cenerini 2014 et, plus récemment, Della Mora 2019. Return to text

81 Elle fut mise à mort en 31 après J.-C., accusée d’avoir conspiré la perte de son époux avec la complicité de son amant, le préfet du prétoire Séjan. Return to text

82 Oct. v. 941-943 ; Plin. Hist. NatXXIX. 20. Return to text

83 Le décret condamnant sa mémoire semble avoir été rigoureusement appliqué car très peu de portraits et d’inscriptions nous sont parvenus. Le peu qu’il en reste la désignent sous le nom de Liuia Drusi (uxor) (CIL V. 429 ; CIL VI. 5226) et une seule fois sous le nom Iulia (CIL VI. 5198). « The name was obviously chosen to recall her paternal grandmother, the empress Livia » (Nuorluoto 2020, p. 206). Le même auteur estime que le port du nomen Iulia en ce qui la concerne est peu probable ; l’inscription à ce même nom concernerait alors sa fille unique (p. 205). Return to text

84 Sur la figure de Claudia Livia Julia dans les Annales, voir Sinclair 1990. Return to text

85 Tac. Ann. I. 10. 5. Return to text

86 Notons que Tacite ne se prononce pas sur la « culpabilité » de Livie, Ann. V. 1. 2 : exim Caesar cupidine formae aufert marito incertum an inuitam (« par la suite, César, subjugué par sa beauté, l’enlève à son époux, l’on ne sait si ce fut à son corps défendant »). Au sujet des rumeurs entourant la naissance de Drusus, Suet. Claud. I : patrem Claudi Caesaris Drusum […] Liuia, cum Augusto grauida nupsisset, intra mensem tertium peperit, fuitque suspicio ex uitrico per adulterii consuetudinem procreatum. Statim certe uulgatus est uersus : τoῖς εὐτυχoῦσι καὶ τρίμηνα παιδία (« Drusus, le père de l’empereur Claude […] fut mis au monde par Livie trois mois à peine après qu’Auguste l’eut épousée étant grosse, et l’on soupçonna qu’il était le fils adultérin de son beau-père. En tout cas aussitôt fut en vogue le vers suivant : les gens heureux ont même des enfants en trois mois ») ; Dio. XLVIII. 44. 5 : ὁ δ’ οὖν ὅμιλος ἄλλα τε ἐπὶ τούτῳ πολλὰ διεθρύλει, καὶ τοῖς εὐτυχοῦσι τρίμηνα παιδία γεννᾶσθαι ἔλεγεν, ὥστε καὶ ἐς παροιμίαν τὸ ἔπος προχωρῆσαι (« le peuple donc, entre autres bruits qu’il répandait à ce sujet, disait qu’aux gens heureux les enfants naissent en trois mois et l’expression finit par devenir un proverbe », traduction de Marie-Laure Freyburger et Jean-Michel Roddaz, Les Belles Lettres, 1994). Return to text

87 Ann. IV. 3. 3 : […] formae initio aetatis indecorae, mox pulchritudine praecellebat. Hanc ut amore incensus adulterio pellexit (« […] dépourvue d’attraits dans son jeune âge, [elle] brillait depuis d’une rare beauté. Feignant pour elle un ardent amour, [Séjan] l’entraîna à l’adultère »). La beauté et la débauche caractérisent également les figures d’Agrippine la Jeune et de Poppée dans les Annales. Return to text

88 Ann. V. 1. 2. Return to text

89 Ann. II. 43. 6. De la même façon, la première Livie avait été « surpassée » dans ce domaine par sa belle-sœur Octavie, mère de cinq enfants. Return to text

90 Ann. I. 33. 3. Return to text

91 Le changement onomastique est survenu en I. 8. 5. Return to text

92 Ann. I. 41. 2 : insigni fecunditate, praeclara pudicitia » (« d’une fécondité insigne, d’une remarquable pudeur ») ; III. 4. 2 : unicum antiquitatis specimen (« l’unique modèle du passé ») ; III. 12. 2 : pudicitia Agrippinae (« la pudeur d’Agrippine »). À propos de la concorde maritale unissant Agrippine à Germanicus dans les Annales, se reporter à Devillers 2008, p. 369-370. Return to text

93 Viloria de la Torre 1992 (p. 55-56) recense ainsi trente mentions du titre Augusta contre deux mentions pour le nom Iulia Augusta dans les Annales. Return to text

94 Ann. I. 8. 1. Return to text

95 À l’époque où Tacite écrit, le titre d’Augusta est plus volontiers concédé que sous la dynastie julio-claudienne. L’auteur est ainsi le contemporain des Augustae Domitia, Plotine, Marciane, Matidie l’Aînée et peut-être Sabine. Sur la concession de ce titre sous la dynastie julio-claudienne, voir Flory 1988, p. 117-129 ; et, d’une manière générale, sous le Haut-Empire, Cenerini 2016, p. 23-49. Return to text

96 Ann. I. 14. 1. Return to text

97 Comme le rappelle Anthony Barrett, « the proposal to call Tiberius Iuliae filius is totally alien to Roman practice » (2002, p. 157). Le Grec Cassius Dion souligne lui aussi l’incongruité d’une telle mesure, un siècle après Tacite, LVII. 12. 5 : πολλοὶ μὲν μητέρα αὐτὴν τῆς πατρίδος πολλοὶ δὲ καὶ γονέα προσαγορεύεσθαι γνώμην ἔδωκαν. Ἄλλοι καὶ τὸν Τιβέριον ἀπ’ αὐτῆς ἐπικαλεῖσθαι ἐσηγήσαντο, ὅπως ὥσπερ οἱ Ἕλληνες πατρόθεν, οὕτω καὶ ἐκεῖνος μητρόθεν ὀνομάζηται (« beaucoup proposèrent de lui donner le titre de “Mère de la Patrie”, d’autres préférèrent “Parent”. D’autres émirent l’idée que Tibère fut nommé d’après elle, de sorte que parallèlement aux Grecs qui prennent le nom de leur père, lui porterait le nom de sa mère », traduction de Janick Auberger, Les Belles Lettres, 1995). Return to text

98 Cette situation est notamment exprimée dans l’inscription suivante, découverte sur l’île de Chypre et datant de l’an 20 : Iulia Augus[ta diui Aug(usti) uxo] / [re ma]tre Ti(beri) Caesaris Aug(usti) et Drusi Caesaris au[ia Gaio Iulio] / [Germ]anico Caesari Ti(beri) Caesaris Aug(usti) f(ilio) diui Au[gusti nep(oti) (« Julia Augusta, épouse du Divin Auguste, mère de Tibère César Auguste, et grand-mère de Drusus César, pour Caius Julius Germanicus César, fils de Tibère César Auguste et petit-fils du Divin Auguste », AE 2013, 1678). Il nous faut mentionner également la position de Iulia Augusta sur le Grand Camée de France, dont la confection est datée des années 19-20 (conservé au Cabinet des Médailles, numéro d’inventaire 264). L’impératrice mère est figurée assise sur un trône aux côtés de son fils. Sa chevelure est ceinte d’une couronne de laurier. Nous renvoyons à Bartman 1998, p. 112. Return to text

99 Le terme est emprunté à Hidalgo de La Vega 2009, p. 193. Iulia Augusta est qualifiée de mater patriae sur deux monnaies de Leptis Magna (RPC I, 849 et 850). Return to text

100 Ann. I. 14. 1. Return to text

101 Plin. Pan. LXXXIV. 6 : obtulerat illis senatus cognomen Augustarum, quod certatim deprecatae sunt quam diu appellationem patris patriae tu recusasses, seu quod plus esse in eo indicabant, si uxor et soror tua quam si Augustae dicerentur (« le Sénat leur avait offert le surnom d’Augusta, qu’elles ont repoussé à l’envi aussi longtemps que tu as décliné le titre de Père de la Patrie, ou parce qu’elles jugeaient plus glorieux d’être appelées ton épouse et ta sœur plutôt qu’Augusta »). Return to text

102 Sur ce dernier point, voir Cid López 1998, p. 147-148. Return to text

103 Ann. III. 64. 2. Return to text

104 ILS 8744 a : […] sig(num) diuo Augusto patri ad theatrum Marc(elli) Iulia Augusta et Ti(berius) Augustus dedicarunt (« […] Julia Augusta et Tibère Auguste ont dédié une statue à leur père, le divin Auguste, près du théâtre de Marcellus »). Return to text

105 Notons ainsi l’erreur fort surprenante de Suétone, lequel la désigne sous le nom de Liuia Augusta à deux reprises (Calig. X et XV : Liuia Augusta) et mentionne la proposition par le Sénat d’ajouter la séquence Liuiae filius en lieu et place de Iuliae filius (Tib. L). Return to text

106 Se référer à PIR 2 634. Return to text

107 Pour Julie la Jeune, PIR 2 635. Si nous nous reportons à Suétone, Julie la Jeune est probablement l’aînée des deux filles de Julie, Aug. LXIV : nepotes ex Agrippa et Iulia tres habuit C. et L. et Agrippam, neptes duas Iuliam et Agrippinam (« Agrippa et Julie lui donnèrent trois petits-fils, Caius, Lucius et Agrippa, ainsi que deux petites-filles, Julie et Agrippine »). Return to text

108 Nous renvoyons à nos propos introductifs. Return to text

109 Vel. Pat. II. 100. L’Histoire romaine est composée vraisemblablement à partir de l’an 30, date à laquelle le dédicataire de l’œuvre, Marcus Vinicius, revêt le consulat. Return to text

110 Suet. Aug. LXV (traduction d’Henri Ailloud, Les Belles Lettres, 2016). Return to text

111 Si nous en croyons Suétone, évoquer son seul nom devant le Prince le plongeait dans une affliction profonde, Aug. LXV : atque ad omnem et eius et Iuliarum mentionem ingemiscens proclamare etiam solebat : Αἲθ’ ὂφελον ἂγαμός τ’ ἒμεναι ἂγονός τ’ ἀπολέσθαι, nec aliter eos appellare quam tris uomicas ac tria carcinomata sua (« chaque fois même qu’on mentionnait en sa présence, soit [Agrippa Postumus], soit les deux Julies, il s’écriait en gémissant : “Plût au ciel que je ne me fusse pas marié et que je fusse mort sans descendance !” et il ne les appelait pas autrement que “ses trois abcès et ses trois chancres” »). Return to text

112 Harriett Flower (2006, p. 166) estime que sa mémoire ne fut jamais officiellement condamnée et que ses images, visibles dans les provinces de l’Empire, ont sans doute été spontanément retirées. Rappelons que le sénatus consulte décrétant une condamnation de la mémoire prescrivait généralement l’effacement du nom de la personne concernée par cette mesure. Malgré notre incertitude en ce qui concerne le sort des deux Julies, fort peu d’images et d’inscriptions à leur nom sont parvenues jusqu’à nous. Return to text

113 Les inscriptions au nom de Julie confirment cet usage onomastique, par exemple à Thespies : ὁ δῆμος Ἰουλίαν αὐτοκράτορος Καίσαρος Σεβαστοῦ θυγατέρα, γυναῖκα Μάρκου Ἀγρίππα (« le peuple, en l’honneur de Julie, fille de l’empereur César, fils du Divin, épouse de Marcus Agrippa », IG VII. 423). Et dans la province de Norique : Iuliae Caesaris Augusti f(iliae) Neron(is) [uxori] (« pour Julie, fille de César Auguste, épouse de Néron », AE 1954, 100). Return to text

114 II. 44 : quippe Iuliam filiam C. Caesaris Cn. Magnus duxit uxorem (« c’est pourquoi Cn. Magnus épousa Julie, la fille de Caius César »). Return to text

115 II. 93. Return to text

116 II. 96. Return to text

117 II. 100. Return to text

118 II. 100.  Return to text

119 Le public en question correspond à Marcus Vinicius, un proche de Tibère. Return to text

120 Le futur Auguste avait fait le vœu d’élever ce temple en 42 avant J.-C., avant la bataille de Philippes, qui l’opposa aux Césaricides, pour venger l’assassinat de son père adoptif. Return to text

121 À ce sujet, Flower 2006, p. 163 ; Braccesi 2012, p. 112-113. Return to text

122 II. 100 : tum Iullus Antonius, singulare exemplum clementiae Caesaris, uiolator eius domus, ipse sceleris a se commissi ultor fuit (« alors, Iullus Antonius, exemple singulier de la clémence de César, profanateur de sa maison, châtia de sa propre main et sur sa personne le crime qu’il avait commis »). Se référer à Braccesi 2012, p. 138. Return to text

123 II. 75 : Liuia, nobilissimi et fortissimi uiri Drusi Claudiani filia, genere, probitate, forma Romanarum eminentissima, quam postea coniugem Augusti uidimus, quam transgressi ad deos sacerdotem ac filiam (« Livie, fille du très noble et très courageux Drusus Claudianus, la plus remarquable des Romaines par la naissance, la probité et la beauté, que nous avons vu par la suite devenir l’épouse d’Auguste, puis sa prêtresse et sa fille quand il rejoignit les dieux »). Return to text

124 II. 93. Return to text

125 À ce sujet, voir Levick 1976 a, p. 64-66 et 165-167. Return to text

126 II. 96. Return to text

127 II. 96 : […] admouit propius Neronem Caesari : quippe filia Iulia eius, quae fuerat Agrippae nupta, Neroni nupsit (« [la mort d’Agrippa] rapprocha davantage Néron et César : en effet, la fille de ce dernier, Julie, jadis femme d’Agrippa, épousa Néron »). En réalité, le lien entre Caius, Lucius et leur mère fut toujours souligné, y compris après leur adoption par Auguste. Ainsi, une monnaie émise en 13-12 avant J.-C. représente le Prince à l’avers puis Julie entourée de ses deux fils au revers (RIC I2 405). Aucun de ces trois personnages n’est identifié, mais précisons que la tête de Julie est surmontée d’une couronne de laurier. Voir Wood 1999, p. 66-67. Return to text

128 II. 104. Return to text

129 II. 96. Return to text

130 II. 112 : patris atque eiusdem aui sui animum alienauit sibi, moxque crescentibus in dies uitiis dignum furore suo habuit exitum (« il s’aliéna l’esprit de son père qui était en même temps son grand-père, et ses tares augmentant au fil des jours, il périt bientôt d’une mort digne de sa folie »). Return to text

131 Ainsi le cognomen du père de Tibère est-il immanquablement cité dans le récit au cours des passages le concernant (II. 75-77, 79 et 94). Return to text

132 La disgrâce de Julie la Jeune n’est jamais évoquée par l’auteur, ce qui n’est sans doute pas un hasard ; le Prince aurait pu désapprouver la relation de cette affaire qui concernait son malheureux rival à la succession, Agrippa Postumus. Voir à ce sujet Fantham 2006, p. 109-111. Agrippine l’Aînée, seule enfant de Julie encore en vie au moment où Velleius Paterculus compose son œuvre, est quant à elle évoquée, mais de façon anonyme, II. 130 : quam diu abstruso, quod miserrimum est, pectus eius flagrauit incendio, quod ex nuru, quod ex nepote dolere, indignari, erubescere coactus est ! (« parce que la conduite de sa bru, parce que celle de son petit-fils l’ont forcé à gémir, à s’indigner, à rougir de honte ! »). Agrippine et ses fils aînés furent disgraciés en l’an 29, probablement pour haute trahison. Return to text

133 II. 93 : feminam neque sibi neque rei publicae felicis uteri (« une femme dont la fécondité ne fut heureuse ni pour elle-même, ni pour l’État »). Notons que les adversaires de Tibère auraient, aux dires de Tacite, mis eux aussi en cause la fécondité de Livie, Ann. I. 10. 5 : postremo Liuia grauis in rem publicam mater, grauis domui Caesarum nouerca (« enfin Livie, mère fatale à la république, marâtre fatale à la maison des Césars »). Return to text

134 Il s’agit de la fille de Drusus et de Claudia Livia Julia, connue sous le seul nom de Julie (PIR 2 636) et des trois filles de Germanicus et d’Agrippine l’Aînée, Iulia Agrippina (PIR 2 641), Iulia Drusilla (PIR 2 664) et Iulia Liuilla (PIR 2 674). Return to text

135 Fantham (2006, p. 108) résume par cette formule le jugement émis par certains auteurs anciens, dont Suétone, au sujet du comportement des deux Julies. Return to text

136 Se reporter à Pryzwansky 2008, p. 1. Return to text

137 Dans les Annales, c’est sa sœur Agrippine qui tient un rôle important dans les premiers livres. Julie la Jeune n’est évoquée qu’en III. 71. 4, pour annoncer son trépas et, au passage, sa condamnation pour adultère. Return to text

138 Aug. LXIV. Return to text

139 Cette attitude est fréquente chez Suétone, lequel omet par exemple le nomen de Claudia Liuia Iulia (Claud. I), de sa fille Iulia (Claud. XCIX), de Iulia Agrippina (Claud. XXVI), des filles de Claude (Claud. XXVII) et de Flauia Iulia (Tit. IV). Return to text

140 Prenons l’exemple de cette inscription retrouvée à Delphes : τὸ κοινὸ[ν τῶν Ἀμφικτυόνων] / Ἰουλία[ν Μ. Ἀγρίππα θυγατέρα] / Σε≥β≥α≥σ≥[τοῦ υἱωνὴν] (« le peuple des Amphictyoniens pour Julie, fille de Marcus Agrippa, petite-fille d’Auguste », FD III. 4 : 256). Citons également l’extrait de cette inscription évoquée à deux reprises précédemment, dans laquelle Julie la Jeune est mentionnée à la suite de Livie et de sa mère Julie : Iuliae C[aesaris] / August[i nepti] (« pour Julie, petite-fille de César Auguste », AE 1954, 100). L’identification de la mère et de la fille sous le seul nom de Iulia et la citation de leur lien de parenté avec Auguste attestent la volonté de la part de certaines communautés de l’Empire de mettre en valeur ce nomen prestigieux. Return to text

141 Sen. De Benef. VI. 22. 1 : Diuus Augustus filiam ultra impudicitiae maledictum impudicam relegauit, et flagitia principalis domus in publicum emisit : admissos gregatim adulteros, pererratam nocturnis comissationibus ciuitatem, forum ipsum ac rostra, ex quibus pater legem de adulteriis tulerat, filiae in stupra placuisse, ad cottidianum ad Marsyam concursul, cum ex adultera in quaestoriam uersa ius omnis licentiae sub ignoto adultero peteret (« le Divin Auguste, quand sa fille eut renchéri par son impudicité sur le sens ignominieux de ce mot, la frappa de relégation et livra les scandales de la maison impériale à la publicité : entrée permise en masse aux amants, vagabondage de bandes avinées, la nuit, à travers la ville ; le forum lui-même et les rostres, d’où le père avait fait passer la loi sur les adultères, choisis par la fille pour théâtre de ses débauches ; chaque jour “au Marsyas”, rassemblement au pas de course, tandis que, de femme infidèle devenue prostituée, elle affirmait, sous les baisers d’un inconnu, son droit à tout essayer », traduction de François Préchac, Les Belles Lettres, 1961) ; Plin. Hist. Nat. VII. 149 : adulterium filiae et consilia parricidae palam facta (« l’adultère de sa fille ainsi que la publicité faite à ses projets de parricide »). Return to text

142 Suet. Aug. LXV. Return to text

143 Aug. LXII. Return to text

144 Aug. LXIII : ex Scribonia Iuliam (« il eut Julie de Scribonia »). Return to text

145 Tib. VII et XII. Return to text

146 Aug. LXV. Return to text

147 Vel. Pat. II. 100 et Tac. Ann. I. 53, nomment les amants supposés de Julie. « Suetonius, in addition, reports the banishment of the two Julias as one event, though, in reality, a decade separated them » (Pryzwansky 2008, p. 211, 213-214). Scribonia ne subit aucun châtiment car sa répudiation par le futur Auguste était motivée par la rupture de l’alliance avec Sextus Pompée et sa volonté d’épouser Livie. Voir notamment Domínguez Arranz 2010, p. 164. En réalité, Julie la Jeune fut accusée d’avoir un seul amant, D. Junius Silanus, dont elle aurait eu un enfant, qu’Auguste lui interdit d’élever. Nous renvoyons à Levick 1976 b, p. 336. Return to text

148 Se reporter à la note 136. Return to text

149 Suet. Aug. LXV : Iulias, filiam et neptem (les deux Julies, sa fille et sa petite-fille) ; Iuliarum (les deux Julies) ; CI : Iulias filiam neptemque (« les deux Julies, sa fille et sa petite-fille »). Return to text

150 Aug. LXV. Return to text

151 Tombeau dont les deux Julies avaient été expressément exclues par ordre d’Auguste (Aug. CI : Iulias filiam neptemque, si quid iis accidisset, uetuit sepulcro suo inferri : « en ce qui concerne les deux Julies, sa fille et sa petite-fille, il interdit qu’elles soient ensevelies dans son tombeau »). La mémoire d’Agrippine eut à souffrir des accusations lancées par Tibère au sujet de sa conduite. À ce propos, Varner 2004, p. 90-91. Return to text

152 Il n’est que de mentionner la monnaie émise par Caligula au début de son principat, représentant sa mère à l’avers, le visage cerné par cette légende : Agrippina M(arci) f(ilia) mat(er) C(ai) Caesaris Augusti (« Agrippine, fille de Marcus, mère de Caius César Auguste », RIC I2 55). Se reporter également à Wood 1988, p. 410. Return to text

153 Calig. XXIII. Return to text

154 Calig. XXII : hactenus quasi de principe, reliqua ut de monstro narranda sunt (« jusqu’ici, nous avons parlé des actes d’un prince ; il nous reste à évoquer ceux d’un monstre »). Return to text

155 Calig. XXIV : cum omnibus sororibus suis consuetudinem stupri fecit (« il déshonora toutes ses sœurs par des relations coupables »). Seule la plus jeune sœur du Prince, Julia Livilla, voit son nomen, Iulia, mis en valeur. Prenons l’exemple d’un sesterce émis en 37-38 et représentant les trois sœurs de Caligula au revers : Drusilla occupe le centre, Agrippina est à sa droite et Iulia à sa gauche (RIC I2 33). Return to text

156 Sur la caractérisation de Caligula en tant que tyran chez Suétone, voir entre autres Alfaro 2012, p. 7-32. Return to text

157 Calig. XXIII : etiam ignobilitatis quadam ad senatum epistula arguere ausus est quasi materno auo decurione Fundano ortam (« il osa même dénoncer dans une lettre au Sénat la naissance obscure [de Livie], sous prétexte que son grand-père maternel était un décurion de Fondi »). Return to text

158 Caligula est accusé de relations incestueuses avec ses sœurs ; Claude, avec sa nièce (Claud. XXVI), et Néron avec sa mère (Ner. XXVIII), laquelle n’est autre qu’Agrippine la Jeune, petite-fille de Julie, dans les deux cas. Return to text

159 Aug. CI : heredes instituit primos : Tiberium ex parte dimidia et sextante, Liuiam ex parte tertia, quos et ferre nomen suum iussit (« il instituait comme héritiers en première ligne, Tibère pour la moitié et un sixième, Livie pour un tiers, et leur ordonnait de porter son nom »). Return to text

160 Calig. X, XV, XXIII ; Claud. III. Return to text

161 Voir Pociña 1990, p. 210. Return to text

162 Il s’agit de Iulia Domna, épouse de Septime Sévère (FOS 436), de sa sœur Iulia Maesa (FOS 445), de ses nièces Iulia Soaemias (FOS 460) et Iulia Mammaea (PIR 2 649), ainsi que de Iulia Cornelia Paula (FOS 660) et de Iulia Aquilia Seuera (FOS 648), deux des épouses d’Élagabal. Return to text

163 Ainsi loue-t-il le rôle d’intercesseuse de Livie au moment de la conspiration de Cinna, dans son De Clementia, I. 9. 6 : interpellauit tandem illum Liuia uxor et : admittis inquit muliebre consilium ? […] Nunc tempta quomodo tibi cedat clementia ; ignosce L. Cinnae (« enfin, son épouse Livie s’adressa à lui en ces termes : “admets-tu le conseil d’une femme ? […] Maintenant, essaie les vertus de la clémence ; pardonne à Lucius Cinna” »). Return to text

164 L’auteur agit de même pour les personnages de Valeria Messalina et de Julia Agrippina, passées à la postérité sous leurs cognomina respectifs. Return to text

165 Toutefois, Messaline dépassera la fille d’Auguste dans ce domaine, au point que son nom en vint à caractériser les femmes licencieuses. Comme le note Pryzwanski (2008, p. 207), « the two Juliae, the daughter and granddaughter of Augustus, and Messalina, the great-niece of Augustus and wife-cousin of Claudius, are the most conspicuous adulterous women in the Lives ». Return to text

References

Electronic reference

Estelle Berlaire Gues, « L’onomastique des premières Julio-Claudiennes chez les auteurs des Ier et IIe siècles après J.-C. Un outil discursif sur le pouvoir au féminin », Eugesta [Online], 12 | 2022, Online since 01 décembre 2022, connection on 23 février 2024. URL : http://www.peren-revues.fr/eugesta/1273

Author

Estelle Berlaire Gues

estelle.berlaire.gues@gmail.com

Copyright

CC-BY