Introduction

Text

Dès 1912, les auteurs et très probablement les lecteurs de l’Almanach du cavalier bleu cherchent dans l’art des enfants, des primitifs et des fous un point d’origine de l’art, une forme de création non corrompue par la culture occidentale. André Breton et le groupe surréaliste, dans ses différentes configurations, puis les membres des deux Compagnies de l’Art Brut réunies successivement par Jean Dubuffet, poursuivent et reformulent cette quête pendant au moins un demi-siècle de recherches, de collecte et de pratique artistique. Parce qu’ils n’ont cessé de « chercher l’or du temps1 » dans leurs collections et dans leur écriture, André Breton et Jean Dubuffet sont les fils d’Ariane d’une exposition présentée au LaM du 14 octobre 2022 au 29 janvier 2023 et de ce numéro qui lui est associé. Ils ont les mêmes admirations : les patients des asiles, les médiums, les anonymes auteurs de graffitis ou d’objets étranges  ; les mêmes épouvantails : l’art académique, la culture officielle, l’apprentissage  ; la même tentation, celle de trouver dans d’autres cultures, océaniennes, arabes ou américaines, des foyers de création plus authentiques. Chemin faisant, ils mettent au jour des œuvres jusqu’alors invisibles et contribuent à leur donner une reconnaissance qui atteint les sphères les plus officielles.

L’intérêt d’André Breton pour le pouvoir créateur de la folie, qui se manifeste dès son affectation comme médecin militaire auxiliaire au centre neuropsychiatrique de Saint-Dizier, est nourri par la lecture de Sigmund Freud et des premières publications consacrées aux œuvres des patients des asiles, parmi lesquelles le célèbre Bildnerei der Geisteskranken de Hans Prinzhorn. Dès 1929, des œuvres de patients issues de la collection du docteur Marie entrent dans sa collection et celle de Paul Éluard. Au début des années 1920, Jean Dubuffet côtoie le cercle surréaliste de la rue Blomet, mais c’est essentiellement à partir du milieu des années 1940 qu’il occupe le paysage avec son invention de l’art brut. Le docteur Gaston Ferdière milite, quant à lui, pour la création d’un musée d’art psychopathologique, au moment même où le pouvoir nazi met dos à dos avant-garde et folie dans l’exposition « L’Art dégénéré ». Pendant la Seconde Guerre mondiale, des lieux de résistance à l’inhumanité et à l’aliénation sociale s’organisent. Loin de Paris ou de New York où sont réfugiés Breton et bien d’autres, l’hôpital de Saint-Alban, avec les docteurs François Tosquelles et Lucien Bonnafé, est à la fois un point de diffusion du surréalisme, un refuge pour tous, malades ou non, et un lieu de création où Jean Dubuffet fera l’une de ses premières campagnes de collecte.

En novembre 1947 s’ouvre le Foyer de l’Art Brut pensé par ce dernier comme un lieu d’exposition pour présenter le fruit de ses recherches. En septembre 1948, le Foyer devient la Compagnie de l’art brut avec pour membres fondateurs André Breton, Jean Dubuffet, Jean Paulhan, Charles Ratton, Henri-Pierre Roché et Michel Tapié. Breton, Dubuffet et Benjamin Péret se rencontrent, échangent et collaborent à un important travail éditorial, un Almanach de l’art brut qui doit comprendre douze cahiers dévoilant des œuvres d’une quarantaine d’auteurs d’art brut. La préparation de l’almanach révèle des points de vue communs ainsi que des différends entre Dubuffet et Breton. Leurs objectifs sont proches : atteindre les confins de la culture et des arts, remonter à la source de l’acte créatif. Il ne s’agit pas tant de créer une nouvelle avant-garde que d’opérer une réévaluation de la notion d’art, d’engendrer un récit de ce qui n’a pas été vu, de relier ce qui ne l’est pas d’ordinaire. Les moyens mis en œuvre sont différents : l’un par la recherche de la création d’un mythe social, l’autre par la mise en doute systématique de la culture occidentale. Si le projet n’aboutit pas, il peut être compris finalement comme porteur de nouvelles perspectives.

Les discours de Breton et Dubuffet dans les années 1950 éclairent un point de rencontre : une critique de la civilisation industrielle qui se nourrit d’une sensibilité à la nature longtemps ignorée. Les expositions et les publications surréalistes sont pourtant remplies d’« objets naturels » exposés tels quels, photographiés, interprétés ou transformés, d’œuvres visant à garder la trace de forces invisibles, de trouvailles faisant point de contact entre le réel et l’imagination et jouant avec le paradoxe d’un « art naturel ». On trouve aussi dans la Collection de l’Art Brut et le projet d’almanach nombre d’œuvres composées de cailloux, silex, racines, brindilles et coquillages à peine transformés par leurs inventeurs. S’il finit par déconsidérer les objets naturels interprétés, dont il dit qu’ils n’appartiennent à l’art brut que de loin, Jean Dubuffet garde un attrait viscéral pour la matière organique ou inerte, qu’il préfère non polie et qu’il n’hésite pas à doter d’une existence propre. La nature sert de contre-modèle à l’« asphyxiante culture2 » de Dubuffet, qui ne néglige pas pour autant l’existence d’« un point de réception bizarre où s’inscrivent à la fois l’univers corporel et le monde des faits mentaux3 ». C’est la recherche de ces convergences qui anime André Breton depuis l’écriture des Champs magnétiques, décrits comme une tentative d’extraire le « minerai brut », de se « borner au travail d’extraction4 » des productions de l’inconscient. L’exil américain pendant la Seconde Guerre mondiale affecte sa pensée : au contact des Indiens Hopi et à la lecture de Charles Fourier, il élabore un système analogique qui relie étroitement l’humain à son milieu et dont on trouve les développements dans l’aménagement de son atelier, avec le jeu de correspondances entre les objets, et dans ses écrits avec la parution, en 1957, de L’Art magique.

Nés avant la Première Guerre mondiale, Breton et Dubuffet n’échappent pas toujours aux raccourcis ou aux préjugés de leur époque, ni aux apories d’un discours qui se souhaite anti-culturel et s’adresse à une élite. Mais ils prennent alternativement position, très tôt, contre la colonisation, le scientisme, l’impérialisme de la société occidentale et plus généralement les mécanismes de prédation associés au capitalisme. Peut-être est-ce la raison pour laquelle le surréalisme et l’art brut connaissent un regain notable dans l’actualité des expositions et de la recherche, ce dont témoignent les contributions recueillies dans ce numéro. Les deux premières se penchent sur un aspect précis, et peu travaillé en profondeur, des collections de Jean Dubuffet d’une part, et André Breton d’autre part. Pauline Goutain analyse le rôle du caillou dans la collecte et la théorisation de l’art brut par Dubuffet. Au plus près des écrits et des œuvres, notamment de Juva et Jean Pous, collectées entre 1945 et 1970, elle suit l’élaboration d’un art « impoli » qui s’appuie sur le naturel, le non raffiné et le populaire pour contrer l’ « art culturel » honni par le collectionneur. Si l’importance des insectes dans le bestiaire surréaliste n’est pas une découverte, l’article d’Orane Stalpers se penche sur la présentation de la collection entomologique de Breton dans son atelier pour montrer comment l’écrivain y noue l’histoire naturelle, l’ethnographie et l’anthropologie pour repenser le système épistémologique moderne et élaborer un nouveau mythe. Roberta Trapani élargit le champ de l’étude en offrant une synthèse de la position des surréalistes, notamment Breton, Tristan Tzara et Salvador Dali, à l’égard de l’architecture fonctionnaliste, à laquelle ils opposent une architecture organique et onirique. Leur réception des architectures de Gaudi ou de Ferdinand Cheval ouvre la voie aux campagnes photographiques de Robert Doisneau, Gilles Ehrmann ou Clovis Prévost des environnements construits par ceux que Bernard Lassus nommera « les habitants paysagistes ». En filigrane, c’est une contre-histoire de la modernité qui s’élabore à travers la documentation photographique ou la collecte d’objets et se poursuit dans des pratiques artistiques transdisciplinaires. Les propositions de Flavie Beuvin et Cécile Cunin reviennent sur les écrits de Dubuffet sur l’art brut au prisme de la territorialisation et du genre. Flavie Beuvin analyse la frontière qu’il trace entre l’art brut et l’art culturel, deux expressions dont il est l’auteur, pour y installer son territoire critique. En se penchant plus particulièrement sur les textes consacrés aux femmes créatrices dans les Fascicules de l’art brut, auxquelles il attribue un pouvoir de métamorphose et d’ensauvagement, elle met au jour le processus d’appropriation et la relation d’interdépendance qui se tisse entre ces artistes et leur « inventeur ». À travers trois études de cas, Aloïse Corbaz, Jeanne Tripier et Laure Pigeon, Cécile Cunin interroge la pertinence d’une dialectique nature / culture dans les écrits de Dubuffet, qu’elle confronte à ceux d’autres observatrices, Lise Maurer et Jacqueline Porret-Forel. Par le biais des études de genre, elle souligne sa manière d’attribuer aux créatrices d’une relation au naturel et au surnaturel garante de leur entrée dans l’art brut, et suggère d’autres analyses possibles. Simon Willemin procède quant à lui à une analyse textuelle fine des propos de Meret Oppenheim, en s’appuyant sur des sources primaires inédites en français. Il y montre la singularité de son positionnement dans le surréalisme, notamment sa distance avec André Breton, dans son rapport à l’objet naturel trouvé. Revenant a posteriori sur le malentendu qu’a pu constituer la réception du Déjeuner en fourrure baptisé par ce dernier, elle conteste un rattachement trop littéral de son travail à la nature pour élaborer et revendiquer au contraire un processus de spiritualisation de la matière. Enfin, Lucie Garçon ouvre une porte vers ce qui pourrait être la suite de ce projet conjoint d’exposition et de recherche. Consacré à un court-métrage réalisé par le cinéaste Teo Hernandez au début des années 1980, son texte met à jour la persistance profonde de ce régime de perception et d’expression particulier qu’a été le surréalisme dans son approche de l’objet, naturel ou non, et de l’évènement que constitue sa trouvaille.

1 La célèbre épitaphe d’André Breton « Je cherche l’or du temps » apparaît dans l’Introduction au discours sur le peu de réalité, Paris, Gallimard

2 Jean Dubuffet, Asphyxiante culture, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1968.

3 Jean Dubuffet, « Empreintes », Les Lettres nouvelles, n° 48, avril 1957, p. 507-527, Prospectus et tous écrits suivants, textes réunis et présentés

4 André Breton, carnet manuscrit, fin 1920 – juillet 1921, Œuvres complètes, t. I, [1988], Paris, Gallimard, 2008, p. 619-620.

Bibliography

Ouvrages et écrits :

BASSAN Fiorella, Au-delà de la psychiatrie et de l'esthétique : étude sur Hans Prinzhorn, Lormont, Le Bord de l'eau, 2012.

BOISSIÈRE Anne, BOULANGER Christophe, FAUPIN Savine (dir.), Mythologies et mythes individuels : à partir de l'art brut, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014.

BRETON André, Œuvres complètes, t. I à IV, Paris, La Pléiade, Gallimard, 1988-2008.

BRETON André, PÉRET Benjamin (dir.), Almanach surréaliste du demi-siècle, Paris, La Nef, nos 63-64, mars 1950.

BRUN Baptiste, Jean Dubuffet et la besogne de l’Art Brut. Critique du primitivisme, Dijon, Les Presses du réel, 2019.

BRYEN Camille, GHEERBRANT Alain, Anthologie de la poésie naturelle, Paris, K éditeur, 1949.

CAILLOIS Roger, Œuvres, Paris, Quarto, Gallimard, 2008.

CHAZAUD Jacques, BONNAFÉ Lucien, La Folie au naturel : le premier Colloque de Bonneval comme moment décisif de l’histoire de la psychiatrie, Paris, L’Harmattan, 2005.

CHAZAUD Pierre, A. Gaudi, F. Cheval, 1879-1926 : architectes de la nature, Valence, Mandala éditions, 2003.

DESNOS Robert, Œuvres, Paris, Gallimard, 1999.

DAGEN Philippe, Primitivismes, t. I et II, Paris, Gallimard, 2019-2021.

DEBAENE, Vincent, L’Adieu au voyage : L’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Bibliothèque des sciences humaines, Gallimard, 2010.

DESCOLA Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

DIEUDONNÉ Julien, JAKOBI Marianne, Jean Dubuffet, Paris, Perrin, 2007.

DROST Julia, RELIQUET Scarlett (dir.), Le Splendide xixe siècle des surréalistes, actes du colloque organisé par le Musée d’Orsay et le Centre allemand d’histoire de l’art, 25-26 juin 2019, Dijon, Les Presses du réel, 2014.

DUBUFFET Jean, Prospectus et tous écrits suivants, t. I à t. IV, Paris, Gallimard, 1967-1995.

DUBUFFET Jean et al., Almanach de l’art brut : fac-similé, BRUN Baptiste et LOMBARDI Sarah (dir.), Lausanne, Collection de l'Art Brut, Zurich, Institut suisse pour l'étude de l'art, Milan, 5 continents, 2016.

DUBUFFET Jean, Les Albums photographiques de Jean Dubuffet, LOMBARDI Sarah et MONOD Vincent (dir), Lausanne, Collection de l’Art Brut, Milan, 5 continents, 2017.

ÉLUARD Paul, Œuvres complètes, t. I et II, Paris, La Pléiade, Gallimard, 1968-1984.

ERHMANN Gilles, Les Inspirés et leurs demeures, Paris, Le Temps, 1962.

FAUPIN Savine, BOULANGER Christophe (dir.), Art brut : une avant-garde en moins ?, Paris, L’Improviste, 2011.

FLAHUTEZ Fabrice, Nouveau Monde et nouveau mythe : mutations du surréalisme, de l’exil à l’« Ecart absolu », 1941-1965, Dijon, Les Presses du Réel, 2007.

FRÉMOND Émilie, Le Surréalisme au grand air, t. I, Écrire la nature, Paris, Classiques Garnier, 2016.

KANDINSKY Wassily, FRANZ Marc (dir.), L'Almanach du Blaue Reiter : "Le Cavalier bleu", LANKHEIT Klaus (dir.), Paris, Klincksieck, (1912) 2021.

L’ESTOILE Benoît de, Le Goût des Autres. De l’Exposition coloniale aux Arts premiers, Paris, Flammarion, 2007.

LÉVI-STRAUSS Claude, La Pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.

JOUVE Jean-Pierre, PRÉVOST Claude, PRÉVOST Clovis, Le Palais idéal du facteur Cheval. Quand le songe devient la réalité, Étrépagny, A.R.I.E. éditions, 2015.

LOYER Emmanuelle, Paris à New York, Intellectuels et artistes français en exil 1940-1947, Paris, Grasset, 2005.

MACGREGOR John M., The Discovery of the Art of the Insane, Princeton, Princeton University Press, 1989.

MASO Joana, François Tosquelles : soigner les institutions, Paris, L’Arachnéen, Arcàdia, 2021.

MORGENTHALER Walter, Ein Geisteskranker als Künstler, Berne / Leipzig, Bircher, 1921.

OURY, Jean, Essai sur la conation esthétique, thèse de médecine présentée en 1950, Orléans, Le Pli, 2005.

PARROT Louis, L'Intelligence en guerre, panorama de la pensée française dans la clandestinité, Paris, La Jeune Parque, 1945.

PÉRET Benjamin, Œuvres complètes, t. I à VII, Paris, Éric Losfeld, José Corti, 1971-1995.

PIERRE José (dir.), Tracts surréalistes et déclarations collectives 1922-1969, précédés d'un texte d'André BRETON, Paris, Le Terrain Vague, 1980.

PRÉVOST Clovis et Claude, Les Bâtisseurs de l'imaginaire, Jarville-La Malgrange, Éditions de l'Est, 1990.

PRINZHORN Hans, Bildnerei der Geisteskranken, Ein Beitrag zur Psychologie und psychopathologie der Gestaltung, Berlin, Éditions Springer, 1922, trad. par A. BROUSSE et M. WEBER, Expressions de la folie. Dessins, peintures, sculptures d’asile, Paris, Gallimard, 1984.

RÖSKE Thomas, BEYME Ingrid von, Introduction to the Prinzhorn Collection., Heidelberg, Sammlung Prinzhorn, 2021.

STROM Kirsten, The Animal Surreal. The Role of Darwin, Animals, and Evolution in Surrealism, Routledge, New York, London 2017.

THÉVOZ Michel. Écrits bruts, Paris, Presses universitaires de France, 1979, édition revue et complétée, Écrits bruts : le langage de la rupture, Paris, éditions du Canoë, 2021.

TOUDOIRE-SURLAPIERRE Frédérique et SURLAPIERRE Nicolas (dir.), Hypnos. Esthétique, littérature et inconscients, Paris, L’Improviste, 2009.

TOSQUELLES François, Le Vécu de la fin du monde dans la folie, Toulouse, Éditions de L’AREFPPI, 1986.

TOSQUELLES François, L'Enseignement de la folie, Toulouse, Privat, 1992.

TZARA Tristan, Parler seul, illustrations de Joan Miró, Paris, Maeght, 1950.

VASSEVIÈRE Maryse (dir.), Intellectuel surréaliste (après 1945), actes du séminaire du Centre de recherches sur le surréalisme dirigé par Nathalie LIMAT-LETELLIER et Maryse VASSEVIÈRE, collection « Les Pas perdus » dir. par Henri Béhar, Paris, Phénix éditions, Association pour l’étude du surréalisme, 2008.

Revues (par ordre chronologique de parution) :

Littérature, ARAGON Louis, BRETON André, MORISE Max, SOUPAULT Philippe (dir.), Paris, s.n., 1919-1924, réédition Paris, Jean-Michel Place, 1978.

La Révolution surréaliste, NAVILLE Pierre, PÉRET Benjamin, BRETON André (dir.), Paris, Librairie Gallimard, Librairie José Corti, 1924-1925, réédition Bruxelles, éditions Didier Devillez, 1993.

Cahiers d’Arts : bulletin mensuel d’actualité artistique, ZERVOS Christian (dir.), Paris, s.n., 1926-1960.

Documents : doctrines, archéologie, beaux-arts, ethnographie puis archéologie, beaux-arts, ethnographie, variétés, BATAILLE Georges, RIVIÈRE Georges-Henri (dir.), Paris, s.n., 1929-1930, réédition Paris, Nouvelles éditions Place, 2020.

Le Surréalisme au service de la révolution, BRETON André (dir.), Paris, Librairie José Corti, 1930-1933, réédition Paris, Jean-Michel Place, 1976.

Minotaure, TÉRIADE, SKIRA Albert (dir.), Paris, Skira., 1933-1939, réédition Genève, Skira, 1984.

View: through the Eye of Poets, 1940-1947, FORD Charles Henri (dir.), New York.

L’Art brut [Les Fascicules de l’art brut], DUBUFFET Jean (dir.), Paris, Compagnie de l’Art Brut, 1964-1973.

L’Art brut [Les Fascicules de l’art brut], THÉVOZ Michel, PEIRY Lucienne, LOMBARDI Sarah (dir.), Lausanne, Collection de l’Art Brut, 1977-2013.

Catalogues d’expositions (par ordre chronologique)

Exposition des artistes malades. Catalogue des œuvres d’art morbide exposées chez M. Max Bine, cat. exp. (Paris, galerie Max Bine, 31 mai – 16 juin 1929), Paris, Imprimeries Parisiennes Réunies, 1929.

Exposition surréaliste d'objets, BRETON André (dir.), cat. exp. (Paris, Galerie Charles Ratton, 22 – 29 mai 1936), Paris, Charles Ratton, 1936.

International Exhibition of Surrealism, PENROSE Roland, READ Herbert, BRETON André (dir.), cat. exp. (Londres, New Burlington Galleries, 11 juin – 4 juillet 1936), Londres, New Burlington Galleries, 1936.

Exposition internationale du surréalisme, BRETON André, ÉLUARD Paul (dir.), cat. exp. (galerie des Beaux-Arts, 17 janvier – 24 février 1938), Paris, galerie des Beaux-Arts, 1938.

Dictionnaire abrégé du surréalisme, COGNAT Raymond (préface), cat. exp. (Paris, galerie Beaux-Arts, 17 janvier – 24 février 1938), Paris, galerie des Beaux-Arts, 1938.

Masters of Popular Painting : Modern Primitives of Europe and America, CAHILL Holger, GAUTHIER Maximilien, CASSOU Jean et al., cat. exp. (New York, Museum of Modern Art en collaboration avec le Musée de Grenoble, 27 avril – 24 juillet 1938), New York, MoMA, 1938.

First Papers of Surrealism, BRETON André, DUCHAMP Marcel, JANIS Sidney (dir.), cat. exp. (New York, Whitelaw Reid Mansion, 14 octobre – 7 novembre 1942), New York, Coordinating Council of French Relief Societies, Inc., 1942.

Le Surréalisme en 1947 : exposition internationale du surréalisme, BRETON André, DUCHAMP Marcel, KIESLER Frédérick (dir.), cat. exp. (Paris, Galerie Maeght, 7 juillet – 30 septembre 1947), Paris, Pierre à feu, Maeght éditeur, 1947.

They Taught Themselves : American Primitive Painters of the 20th Century, JANIS Sidney, BARR Alfred H., BRETON André (dir.), cat. exp. (New York, Marie Harrmian Gallery, 9 février – 7 mars 1942), New York, The Dial Press, 1942.

Exposition Baya, BRETON André, DERMENGHEM Émile Dermenghem, PEYRISSAC Jean et al., cat. exp. (Paris, galerie Maeght, novembre 1947), Derrière le miroir, n° 6, novembre 1947.

Exposition inteRnatiOnale du Surréalisme : E.R.O.S, BRETON André, DUCHAMP Marcel (dir.), cat. exp. (Paris, galerie Daniel Cordier, 15 décembre 1959 – 15 février 1960), Paris, galerie Daniel Cordier, 1959.

L’Écart absolu, BRETON André, REVEL Jean-François (dir.), cat. exp. (Paris, galerie de L’Œil, décembre 1965), Paris, s. n., 1965.

L’Art brut, DUBUFFET Jean (préface), cat. exp. (Paris, Musée des arts décoratifs, 7 avril – 5 juin 1967), Paris, Musée des arts décoratifs, 1967.

La Planète affolée : surréalisme, dispersion et influences, 1938-1947, cat. exp. (Marseille, Centre de la Vieille charité, 12 avril – 30 juin 1986), Marseille, Centre de la Vieille Charité, 1986.

Autour d'André Breton : l'art Magique, cat. exp. (Saint-Cirq-Lapopie, Maison Rignault, juillet-septembre 1991), Saint-Cirq-Lapopie, Maison Rignault, 1991.

André Breton : la beauté convulsive, cat. exp. (Paris, musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou, 25 avril – 26 août 1991), Paris, Centre Georges Pompidou, 1991.

La beauté insensée : coll. Prinzhorn-Université de Heidelberg 1890-1920, cat. exp. (Charleroi, Palais des Beaux-arts, 14 octobre 1995 – 28 janvier 1996), Charleroi, Palais des Beaux-Arts, 1995.

La Révolution surréaliste, SPIES Werner, MERLY Isabelle (dir.), cat. exp. (Paris, Centre Pompidou, 6 mars – 24 juin 2002), Paris, Centre Pompidou, 2002.

Dubuffet & l’Art Brut, MARTIN Jean-Hubert (dir.), cat. exp. (Kunst Palast de Düsseldorf, 19 février – 29 mai 2005  ; Lausanne, Collection de l’Art Brut, 23 juin – 25 septembre 2005  ; Villeneuve-d’Ascq, LaM, 15 novembre 2005 – 2 janvier 2006), Lausanne, Collection de l’Art Brut, Milan, 5 continents, 2005.

Wahnsinn sammeln : Outsider Art aus der Sammlung Dammann, BRAND-CLAUSEBN Bettina DAMMANN Gerhard Dammann, RÖSKE Thomas Röske, cat. exp. (Heidelberg, Collection Prinzhorn, 25 mai – 24 septembre 2006), Heidelberg, Wunderhorn, 2006.

Bern 1963 – Harald Szeemann erfindet die Sammlung Prinzhorn, cat. exp. (Heidelberg, Collection Prinzhorn, 27 octobre 2005 – 19 mars 2006)], Heidelberg, Sammlung Prinzhorn, 2006.

Avec le Facteur Cheval, RASLE Josette (dir.), cat. exp. (Paris, musée de la Poste, 6 avril – 1er septembre 2007), Paris, musée de la Poste, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 2007.

Surrealismus und Wahnsinn / Surrealism and Madness, VON BEYME Ingrid, RÖSKE Thomas Röske, cat. exp. (Heidelberg, Collection Prinzhorn, 26 novembre 2009 – 4 janvier 2010), Heidelberg, Wunderhorn, 2009.

Dictionnaire de l'objet surréaliste, OTTINGER Didier (dir.), cat. exp., (Paris, Musée national d'art moderne, Centre Pompidou, 30 octobre 2013 – 3 mars 2014), Paris, Centre Pompidou, Gallimard, 2013.

Charles Ratton. L'invention des arts "primitifs", DAGEN Philippe (dir.), cat. exp. (Paris, musée du Quai Branly, du 25 juin – 22 septembre 2013), Paris, Flammarion, Musée du quai Branly, 2013.

La Maison de verre : André Breton, initiateur découvreur, BÉHAR Henri, GUILLAT Laurent, KREBS Constance et al., cat. exp., (Cahors, Musée de Cahors Henri-Martin, 20 septembre – 31 décembre 2014), Paris, éditions de L’Amateur, 2014.

L’Autre de l'art : art involontaire, art intentionnel en Europe, 1850-1974, FAUPIN Savine, BOULANGER Christophe (dir), cat. exp. (Villeneuve d'Ascq, LaM, 3 octobre 2014 – 11 janvier 2015), Villeneuve d'Ascq, LaM, 2014.

L’Invention du lieu, résistances et création en Gévaudan, GAUZT Mireille, BOULANGER Christophe (dir.), cat. exp. (Saint-Alban-sur-Limagnole, 1er juillet – 30 août 2014, LaM, Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut, 2 octobre 2014 – 11 janvier 2015), Villeneuve d’Ascq, LaM, 2014.

Tristan Tzara, l'homme approximatif : poète, écrivain d'art, collectionneur, FAUCHEREAU Serge (dir), cat. exp. (Strasbourg, Musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg, 24 septembre 2015 – 17 janvier 2016), Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg. Strasbourg, 2015.

André Breton et l’art magique. Yüksel Arlsan,, LACOURT Jeanne-Bathilde, FAUPIN Savine (dir.), cat. exp. (Villeneuve d’Ascq, LaM, 24 juin – 15 octobre 2017), Villeneuve d’Ascq, LaM, 2017.

Jean Dubuffet, un barbare en Europe, BRUN Baptiste, MARQUETTE Isabelle (dir.), cat. exp., (Marseille, Mucem, 23 avril – 2 septembre 2019  ; Valence, IVAM, 8 octobre 2019 – 16 février 2020  ; Genève, MEG, 8 mai 2020 – 3 janvier 2021), Vanves, Hazan, Marseille, Mucem, 2019.

Les Barbus Müller : leur énigmatique sculpteur enfin démasqué !, BRUN Baptiste, LOMBARDI Sarah, MONTPIED Bruno, cat. exp. (Genève, musée Barbier-Mueller, 4 mars – 27 septembre 2020), Paris, In fine éditions, 2020.

Jean Dubuffet. Le Preneur d’empreintes, DE BRAKELAER Catherine, WEBEL Sophie, TRUCCHI Lorenza, BUSINE Laurent, cat. exp. (La Louvière, Centre de la gravure et de l’image imprimée, 2 juin 2020 – 24 janvier 2021), La Louvière, Centre de la gravure et de l’image imprimée, 2020.

L’invention du surréalisme : des Champs magnétiques à Nadja, DIU Isabelle, STOLL Bérénice, WAGNER Olivier (dir.), cat. exp. (Paris, Bibliothèque nationale de France, 17 novembre 2020 – 7 février 2021), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2020.

Surrealism Beyond Borders, D’ALESSANDRO Stephanie, GALE Matthew (dir.), cat. exp. (New York, Metropolitan Museum of Art, New York, 4 octobre 2021 – 30 janvier 2022, Londres, Tate Modern, 25 février – 29 août, 2022), New York, The Metropolitan Museum of Art, 2021.

Chercher l’or du temps : surréalisme, art naturel, art brut, art magique, FAUPIN Savine, LACOURT Jeanne-Bathilde, BOULANGER Christophe (dir.), cat. Expo. (Villeneuve d’Ascq, LaM, 24 octobre 2022 – 29 janvier 2023), Villeneuve d’Ascq, LaM, Gand, Snoeck, 2022.

Notes

1 La célèbre épitaphe d’André Breton « Je cherche l’or du temps » apparaît dans l’Introduction au discours sur le peu de réalité, Paris, Gallimard, 1927, Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, 1992, p. 265.

2 Jean Dubuffet, Asphyxiante culture, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1968.

3 Jean Dubuffet, « Empreintes », Les Lettres nouvelles, n° 48, avril 1957, p. 507-527, Prospectus et tous écrits suivants, textes réunis et présentés par Hubert Damisch, t. II, Paris, Gallimard, [1967] 2001, ici p. 140.

4 André Breton, carnet manuscrit, fin 1920 – juillet 1921, Œuvres complètes, t. I, [1988], Paris, Gallimard, 2008, p. 619-620.

References

Electronic reference

Christophe Boulanger, Savine Faupin and Jeanne-Bathilde Lacourt, « Introduction », Déméter [Online], 8 | Été | 2022, Online since 15 septembre 2022, connection on 15 avril 2024. URL : https://www.peren-revues.fr/demeter/942

Authors

Christophe Boulanger

Savine Faupin

Jeanne-Bathilde Lacourt

Copyright

CC-BY-NC