Les vedettes du Dictionnaire Électronique des Synonymes et les relations d’adjacence entre leurs synonymes

DOI : 10.54563/lexique.787

p. 21-46

Abstracts

The Dictionnaire Électronique des Synonymes of CRISCO (DES, Université de Caen-Normandie) has acquired an undisputed reputation over the last twenty years. The synonymic links that originally originated from 7 source dictionaries have been progressively completed by tens of thousands of proposals from Internet users, whose relevance has been tested and validated by the successive engineers and webmasters of the DES. The present study deals with the utilization of the adjacency graph between all registered synonyms, their distribution into two or more sets of interconnected synonyms, and especially the question of the numerous isolated synonymic links whose integration into an interrelated component is being tested using an original method of exploiting second-order synonymic links. This method, which delivers a high integration rate (between 70% and 80%, irreducible links being removed), will allow an appreciable cleaning of the synonymic network of the DES.

Le Dictionnaire Électronique des synonymes du CRISCO (DES, Université de Caen-Normandie) a acquis depuis une vingtaine d'années une renommée incontestée. Les liens synonymiques issus à l’origine de sept dictionnaires sources ont été progressivement complétés par des dizaines de milliers de propositions d’internautes dont la pertinence a été testée et validée par les ingénieurs et webmestres successifs du DES. La présente étude porte sur l’exploitation du graphe d'adjacence entre tous les synonymes enregistrés, et leur distribution en deux ou plusieurs composantes connexes et en priorité sur la question des nombreux liens synonymiques isolés dont nous testons l’intégration dans une composante connexe à l'aide d’une méthode originale d'exploitation des liens synonymiques du second ordre. Cette méthode, qui délivre un taux d’intégration élevé (entre 70 % et 80 %, les liens irréductibles étant supprimés), permettra un nettoyage appréciable du réseau synonymique du DES.

Outline

Editor's notes

Received: April 2020 / Accepted: July 2020
Published on line: December 2020

Text

1. Liens synonymiques, cliques de ⌜synonymes⌝ et composantes connexes

Le Dictionnaire Électronique des synonymes (désormais : DES) du CRISCO, conçu par Bernard Victorri et Sabine Ploux durant la dernière décennie du 20ème siècle1 et dont la visualisation des espaces sémantiques est disponible depuis le début du 21ème siècle (cf. entre autres2 Manguin, 2004, 2005 ; François, 2007) sur le site du CRISCO, est fondée sur une hiérarchie de propriétés à trois niveaux : 1. les liens synonymiques3, réunis sous la forme d’un immense graphe d’adjacence entre synonymes et de dimension réduite dès lors que l’un de ces synonymes est sélectionné comme une vedette ; 2. le regroupement de ces liens en cliques de synonymes (sous-ensembles de synonymes d’une vedette tous synonymes entre eux) ; 3. le rassemblement supérieur de ces liens – compte tenu ou abstraction faite du niveau intermédiaire des cliques de synonymes – en composantes connexes4. L’historique de l’élaboration et de l’exploitation du DES est résumé sous la forme d’un diagramme chronologique (Tableau 1). L’INALF, sous la direction de Robert Martin, offre dans les années 1990 au laboratoire ELSAP, dirigé à l’époque par Catherine Fuchs, l’opportunité de tester l’exploitation informatique de la liste des renvois lexicographiques rassemblés pour l’élaboration du Trésor de la Langue Française. Cette liste est nettoyée (certains renvois n’étant pas de nature synonymique) et complétée par Jean-Luc Manguin, Michel Morel et Laurette Chardon, administrateurs successifs du DES au CRISCO. Au fil du temps, nombre d’internautes deviennent de véritables collaborateurs du projet en participant régulièrement à l’enrichissement des liens synonymiques. À partir de 1997, B. Victorri et S. Ploux élaborent VisuSyn, l’algorithme de représentation de l’espace sémantique d’une vedette par projection des cliques de synonymes sur un jeu de plans (visualisation 2D). Et au tournant du 21ème siècle, J.-L. Manguin met en place une méthode de transformation de liens secondaires en liens primaires quand cela paraît indispensable5. En 2019, L. Chardon perfectionne l’éventail des représentations de l’espace sémantique d’une vedette en introduisant des visualisations 3D statiques ou dynamiques (avec un déroulement libre ou programmé)6. Et depuis 2020, une autre voie est en chantier, consistant à représenter les liens synonymiques réunis dans la matrice d’adjacence sous la forme d’un graphe d’adjacence doté de deux propriétés remarquables : (1) une représentation intégrale avec la vedette en son centre et une représentation réduite par occultation de la vedette, et (2) la possibilité d’occulter graduellement tous les synonymes ‘précaires’, c’est-à-dire connectés à un seul autre synonyme en dehors de la vedette. Parallèlement, une nouvelle méthode d’intégration des « liens probables » a été testée. Ces derniers développements font l’objet du présent article (voir les deux cellules grisées dans le Tableau 1).

Tableau 1. Élaboration primaire et évolution des outils du DES. 789

Tableau 1. Élaboration primaire et évolution des outils du DES. 789

2. Le graphe d’adjacence des liens synonymiques d’une vedette

Nous allons commencer par préciser la notion de synonymie que nous utiliserons dans cet article. Comme le précisent Ploux et Victorri (1998 : 3), il existe deux types de synonymie : ‘pure’ et ’partielle’. La synonymie ‘pure’ étant considérée comme trop restrictive par les auteurs, c’est à leur définition de la synonymie ‘partielle’ que nous nous référerons ici, à savoir :

Deux unités lexicales sont en relation de synonymie si toute occurrence de l’une peut être remplacée par une occurrence de l’autre dans un certain nombre d’environnements sans modifier notablement le sens de l’énoncé dans lequel elle se trouve. [cf. note 7 pour une rectification nécessaire].

Nous nous proposons donc d’étudier le substantif campagne avec l’ensemble de ses ⌜synonymes⌝ « partiels » présents dans le DES. Le graphe d’adjacence de la vedette campagne10, dont le nombre de ⌜synonymes⌝ est relativement réduit (39), permettra d’apprécier l’intérêt de ce mode de représentation. Les 39 liens synonymiques (niveau 1) du substantif féminin campagne sont :

(1)

bataille, bled, brousse, cabale, cambrousse, château, champ, champs, chartreuse, cloche, combat, cottage, croisade, domaine, équipée, expédition, ferme, guerre, intervention, maison, moulin, nature, offensive, opération, parade, pays, paysage, pilonnage, plaine, propagande, propriété, prospection, publicité, région, saison, sillons, terre, villégiature, voyage

Ces liens synonymiques figurent explicitement dans le graphe d’adjacence avec la vedette en son centre (notée « campagne_39 » dans la Figure 1).

Figure 1. Graphe d’adjacence des liens synonymiques de campagne, y compris la vedette.

Figure 1. Graphe d’adjacence des liens synonymiques de campagne, y compris la vedette.

Ce graphe a des qualités esthétiques en raison de sa disposition radiale autour de la vedette, mais il n’est pas très facile à interpréter. On constate toutefois qu’aucun des ⌜synonymes⌝ de campagne ne partage plus de sept ⌜synonymes⌝ avec la vedette (cf. ‘opération 7’)11, ce qui indique que la polysémie de la vedette se déploie plus « en largeur » (ang. width first) qu’« en profondeur » (ang. depth first). Ensuite on note que dix ⌜synonymes⌝ (encadrés) sont liés à la seule vedette, à l’exception de tout autre ⌜synonyme⌝.

Dans les termes de l’économie d’entreprise, ces ⌜synonymes⌝ sont « sur un siège éjectable », car ils ne bénéficient d’aucune relation susceptible d’assurer leur maintien dans l’équipe. Effectivement, si l’on occulte la vedette (Fig. 2) ces ⌜synonymes⌝ qui étaient étiquetés ‘1’ dans la Figure 1, sont désormais étiquetés ‘0’ et figurent comme des satellites déconnectés du graphe d’adjacence. Cela revient à dire qu’ils n’en font partie qu’en raison de leur lien avec la vedette et n’appartiennent pas au réseau des ⌜synonymes⌝ interconnectés de celle-ci, ce sont désormais dix ⌜synonymes⌝ ‘isolés’. L’étiquetage de tous les ⌜synonymes⌝ restants est également réduit d’un point (ex. ‘opération 7’ dans la Figure 1 devient ‘opération 6’ dans la Figure 2).

Plus important, le graphe représenté en Figure 1 est connexe, alors qu’on est en présence, en Figure 2, de trois composantes connexes : celle qui figure dans la partie supérieure de la figure est constituée de douze ⌜synonymes⌝ et elle concerne la dimension ‘stratégique’ (militaire, électorale et publicitaire) d’une campagne, avec ‘opération 6’ comme ⌜synonyme⌝ le plus connecté. Celle qui figure dans la partie inférieure de la Figure 2, riche de quinze ⌜synonymes⌝, concerne la dimension ‘topographique’ de la campagne. Dans cette composante connexe, c’est ‘domaine 6’ qui est le plus connecté. Enfin une troisième composante connexe se limite à la paire champs-sillons (chacun des deux ⌜synonymes⌝ étant étiqueté ‘1’).

La représentation occultant la vedette (Fig. 2. page suivante) présente un intérêt majeur, celui de rendre lisible le statut de chaque ⌜synonyme⌝, car en dehors de la distinction entre ⌜synonymes⌝ isolés étiquetés ‘0’ et ⌜synonymes⌝ interconnectés (étiquetés de 2 à 7), chaque composante connexe comporte des ⌜synonymes⌝ précaires, « sur un siège éjectable », étiquetés ‘1’. Ce statut précaire est mis en évidence en passant du niveau de représentation N =0, qui tient compte de tous les ⌜synonymes⌝, au niveau N =1, caractérisé par la disparition, non seulement des ⌜synonymes⌝ isolés, mais aussi des ⌜synonymes⌝ précaires (Fig. 3. page suivante). L’opération de passage de N =0 à N =1 équivaut à un effeuillage du graphe12, consistant à écarter tout nœud étiqueté ‘1’ et l’arête qui y conduit.

Figure 2. Graphe d’adjacence dissocié des liens synonymiques de campagne, après occultation de la vedette.

Figure 2. Graphe d’adjacence dissocié des liens synonymiques de campagne, après occultation de la vedette.

Figure 3. Graphe d’adjacence des liens synonymiques de campagne avec occultation de la vedette, dissocié en deux composantes connexes après passage au niveau N =1.

Figure 3. Graphe d’adjacence des liens synonymiques de campagne avec occultation de la vedette, dissocié en deux composantes connexes après passage au niveau N =1.

Dans la composante stratégique (représentée désormais dans la partie inférieure), les quatre ⌜synonymes⌝ précaires de la Figure 2 ont disparu (équipée, intervention, publicité, voyage) et dans la composante topographique, la disparition a touché deux ⌜synonymes⌝ (chartreuse, plaine). En outre, la troisième composante, constituée de deux ⌜synonymes⌝ étiquetés ‘1’, a également disparu.

L’effectif de la composante ‘stratégique’ s’est réduit de 12 à 8 ⌜synonymes⌝ et celui de la composante ‘topographique’ de 15 à 13. Cette procédure est particulièrement utile, quand le nombre des ⌜synonymes⌝ est très élevé, car au niveau initial (N = 0), le graphe est pratiquement illisible. Ce n’est pas le cas pour la vedette campagne, mais la représentation au niveau suivant (N =1) concorde probablement mieux avec le réseau des liens synonymiques accessibles dans le lexique mental de la moyenne des locuteurs francophones natifs13, avec deux jeux de ⌜synonymes⌝ en rapport respectivement avec la topographie d’un espace ‘campagnard’ (en haut) et avec la stratégie d’une offensive militaire, électorale ou publicitaire (en bas).

3. Pourquoi et comment ventiler les liens synonymiques isolés

3.1. Le ‘pourquoi’ : Les liens synonymiques isolés et les conditions de leur intégration dans une composante connexe

Parmi les 50 031 vedettes du DES, 36 418, soit 72,8 % ont un espace sémantique comportant de 1 à 25 liens synonymiques isolés. Le Tableau 2 fournit leur répartition :

Nb syn

N=0

Nb

entrées

propor-

tion

Nb syn

N=0

Nb

entrées

propor-

tion

Nb syn

N=0

Nb

entrées

propor-

tion

 

 

1

21452

58,90%

9

120

0,33%

17

8

0,022%

2

7777

21,35%

10

79

0,22%

18

3

0,008%

3

3256

8,94%

11

63

0,17%

19

6

0,016%

4

1577

4,33%

12

40

0,11%

20

5

0,014%

5

858

2,36%

13

28

0,08%

21

2

0,005%

6

483

1,33%

14

22

0,06%

22

6

0,016%

7

272

0,75%

15

11

0,03%

23

3

0,008%

8

195

0,54%

16

6

0,02%

25

1

0,003%

Tableau 2. Répartition des 36 418 vedettes dont l’espace sémantique comporte au moins un lien synonymique isolé.

La question de la ventilation de ces liens est donc essentielle pour la bonne gestion du DES. Comme nous avons pu le constater avec campagne sur la Figure 2, les ⌜synonymes⌝ isolés brouillent la vision des composantes connexes car notre regard est attiré par le fait qu'ils soient sans lien : nous cherchons à les inclure intuitivement dans l’un des groupes affichés ou à vouloir les enlever s’ils n’ont aucun rapport (a priori). La méthode à appliquer consisterait donc :

  • si un ou plusieurs des ⌜synonymes⌝ proposés pour le ⌜synonyme⌝ isolé conviennent (c’est-à-dire si l’on peut remplacer l’un par l'autre dans un contexte donné), à intégrer le lien synonymique ;

  • et, si aucun ⌜synonyme⌝ proposé ne correspond, à expulser le ⌜synonyme⌝ isolé.

Le Tableau 3 représente l’application de cette méthode au traitement des ⌜synonymes⌝ isolés de campagne. Le graphe d’adjacence de campagne comporte deux composantes connexes désignées respectivement comme « stratégique » (cf. une campagne éclair, Colonne 1) et « topographique » (cf. une campagne verte et riante, Colonne 5) et neuf ⌜synonymes⌝ isolés (Colonne 3), qu’il s’agisse soit d’intégrer sur la base d’un ⌜synonyme⌝ proposé (Colonnes 2 et 4), soit d’écarter. On constate :

  • que cabale, parade, pilonnage et prospection sont rattachables à la composante stratégique par l’intermédiaire d’expédition, offensive ou publicité ;

  • que cottage, moulin, paysage et villégiature sont rattachables à la composante topographique par l’intermédiaire de maison, nature ou propriété ;

  • mais que saison et cloche ne sont rattachables à aucune des deux composantes connexes, faute d’un ⌜synonyme⌝ intermédiaire plausible.

Tableau 3. Illustration de la méthode d’intégration vs expulsion des ⌜synonymes⌝ isolés14.

Tableau 3. Illustration de la méthode d’intégration vs expulsion des ⌜synonymes⌝ isolés14.

L’objectif est donc au final soit d’intégrer, soit de supprimer les liens synonymiques isolés pour les 36 418 vedettes dont l’espace sémantique comporte au moins un lien étiqueté ‘0’ dans la visualisation du graphe d’adjacence, obligatoirement isolé dans la version sans la vedette. Il reste maintenant à formaliser la méthode d’intégration vs expulsion que le Tableau 3 ne fait que suggérer, ce sera l’objet des deux sections suivantes.

3.2. Le ‘comment’ : La méthode des liens probables

3.2.1. L’approche basée sur l’indice de Jaccard

En 2004, François et Manguin ont évoqué une méthode de regroupement des composantes connexes dissociées du DES consistant à tenir compte de « liens synonymiques du second degré » :

La séparation de l'ensemble des ⌜synonymes⌝ en composantes connexes constitue a priori un critère fort d'homonymie. Si cette homonymie est en contradiction avec l’intuition partagée des locuteurs francophones, les constituants des composantes connexes concernées peuvent être rattachés à la composante principale par la prise en compte de liens synonymiques du second degré : deux ⌜synonymes⌝ appartenant à deux composantes connexes, parce qu’ils n'ont aucun ⌜synonyme⌝ commun en dehors de la vedette étudiée peuvent être rattachés à une même composante s’ils entretiennent un lien synonymique avec deux items eux-mêmes en relation de synonymie. [François et Manguin, 2004, note 12]

La même année, Jean-Luc Manguin illustrait ce constat avec le mot-vedette curieux (cf. section précédente) pour lequel cinq dictionnaires sur les sept à l’origine du DES ignorent insolite. Or en étudiant les ⌜synonymes⌝ de l’un et de l’autre, il est apparu qu’une proportion importante des ⌜synonymes⌝ de l’un étaient également ⌜synonyme⌝ de l’autre et que finalement curieux et insolite, figurant comme des ⌜synonymes⌝ d’ordre 2, méritaient d’être traités comme des ⌜synonymes⌝ directs. La méthode développée à l’époque reposait sur l’indice de Jaccard appelé également coefficient de communauté15 qui se résume ainsi : si nous prenons deux ensembles A et B (correspondant aux ⌜synonymes⌝ de curieux d’une part et à ceux d’insolite d’autre part), cet indice est égal à l’intersection des deux ensembles divisés par le cardinal de l’union :

Image 10000000000000AA00000041C68C7DC23DD382A2.png

La différence entre le nombre de ⌜synonymes⌝ de chaque élément de la paire peut être négligeable, faible ou importante, ce qui risque d’influencer les résultats et nous a incités à compléter l’indice de la façon suivante :

Soient les entrées E1 et E2, ⌜synonymes⌝ d’ordre 2. Nous utilisons trois valeurs :

  • N1 = nombre de ⌜synonymes⌝ + antonymes de E1

  • N2 = nombre de ⌜synonymes⌝ + antonymes de E2

  • C = nombre de ⌜synonymes⌝ + antonymes communs à E1 et E2.

Le nombre C est toujours inférieur ou égal à N1 et à N2, mais doit s’en rapprocher pour répondre à nos critères. Plusieurs formules pour obtenir un score de proximité sémantique sont comparées. Le principe est le même pour les antonymes. La première formule considère le taux de ⌜synonymes⌝ et antonymes communs par rapport à l’ensemble des ⌜synonymes⌝ et antonymes des deux entrées. Ce taux atteint 100 % quand tous les ⌜synonymes⌝ et antonymes sont communs (dans le cas limite où C = N1 = N2)

Image 100002010000037600000060C743A8C1979E31E7.png

La deuxième formule tient compte d’un phénomène souvent observé : lorsque l’une des entrées possède moins de ⌜synonymes⌝ et antonymes que l’autre, parfois beaucoup moins, mais que tous ou presque sont communs, le lien est souvent validé. Il nous a donc semblé intéressant d’utiliser une formule qui ne prend en compte que le « meilleur côté » :

Image 100002010000037F000000520AB73958D89DCAA1.png

Là encore, le maximum possible est de 100 %. Nous avons noté ce score « s3 », car nous utilisons également une formule intermédiaire, dans laquelle le « meilleur côté » est légèrement favorisé :

Image 100002010000038100000055788CCCA7C8A19498.png

Ces trois formules permettent de tester si le « meilleur côté » doit être plus ou moins favorisé. Un autre point que nous avons voulu tester est l’influence de la quantité : faut-il accorder une plus grande importance au nombre de ⌜synonymes⌝ et d’antonymes communs qu’au nombre de ⌜synonymes⌝ et antonymes non communs ? En d’autres termes, le score (purement qualitatif dans les formules précédentes) doit-il être modulé selon des critères quantitatifs ? Nous avons pour cela introduit une constante dans les formules afin de favoriser un peu (s+), moyennement (s++), beaucoup (s+++) l’aspect quantitatif. Le cas « pas du tout » (s) a été éliminé rapidement car donnant des résultats nettement moins bons. Il y a donc en tout 3 x 3 = 9 formules [cf. sitographie n° 3].

3.2.2. Le principe de la méthode de ventilation des liens synonymiques isolés

La méthode rapidement évoquée par François et Manguin (2004) concernait l’ensemble des vedettes du DES recherchant, pour chacune d’entre elles, les ⌜synonymes⌝ d’ordre 2 pour les transformer éventuellement en ⌜synonymes⌝ d’ordre 1. Dans notre cas, nous appliquons cette méthode en partant des ⌜synonymes⌝ isolés d’un ensemble donné de vedettes.

Soit un triplet constitué de la vedette V, d’un ⌜synonyme⌝ isolé SI et de la liste de tous les ⌜synonymes⌝ de la vedette [S, S’, S”, etc.] :

  • Ou bien SI entretient un lien synonymique du second degré avec l’un des constituants au moins de la liste [S, S’, S”, etc.], c’est-à-dire que SI est ⌜synonyme⌝ de Sx, lui-même ⌜synonyme⌝ de l’un de ces constituants. Dans ce premier cas, on établit un lien synonymique direct entre [SI] et l’un des constituants de la liste [S, S’, S”, etc.], ce qui intègre SI à la composante comportant ce constituant :

Figure 4. Le processus de validation d’un lien synonymique isolé (ici SI).

Figure 4. Le processus de validation d’un lien synonymique isolé (ici SI).

  • Ou bien on ne constate aucun lien synonymique du second degré entre SI et l’un des constituants au moins de la liste [S, S’, S”, etc.], et dans ce second cas on supprime le lien synonymique entre SI et V.

Dans les deux cas, au terme de ce test il n’y a plus de ⌜synonyme⌝ isolé. Si la vedette est associée à plusieurs ⌜synonymes⌝ isolés (le maximum observé s’élevant à 25 !), la procédure est réitérée jusqu’à ce que tous les liens synonymiques isolés soient ventilés soit par intégration, soit par suppression.

3.2.3. L’application de la méthode

Nous nous proposons d’illustrer la méthode décrite plus haut en sélectionnant un modeste sous-ensemble des vedettes du DES, à savoir celles qui ont plus de 50 ⌜synonymes⌝ et dont l’espace sémantique révèle 5 ⌜synonymes⌝ isolés. On en compte 82, ce qui représente 82*5 = 410 paires [V, Si] à traiter. Chaque paire est ensuite associée à un ⌜synonyme⌝ de la vedette au niveau N>0, ce qui représente un total de 24 280 triplets. Ce nombre correspond à la somme des triplets (vedette, ⌜synonyme⌝ isolé, ⌜synonyme⌝ proposé de niveau N>0). Il est fonction du nombre de ⌜synonymes⌝ de chaque vedette : plus une vedette aura de ⌜synonymes⌝, plus grand sera le nombre de triplets à traiter la concernant.

Comme 24 280 triplets représentent une quantité trop importante pour être traitée manuellement, nous avons décidé de ne conserver que les cinq triplets qui ont le meilleur score et le nombre des triplets à traiter se réduit à 2050 (410*5). Le score est transformé en rang : 5, 4, 3, 2 et 1. Nous appliquons les neuf formules d’évaluation proposées dans la Section 3.2.1, ce qui produit neuf listes dont les rangs sont additionnés. L’empan des rangs additionnés s’étend de 1, si le triplet n’est que dans une seule liste, à 9*5 = 45, si le triplet figure en premier dans les neuf listes. Enfin trois seuils sont comparés : dans le seuil le plus bas, nous ne retenons que les triplets d’un rang égal au moins à 6 ; dans le seuil médian, ceux d’un rang au moins égal à 10 et dans le seuil supérieur ceux d’un rang au moins égal à 15.

Pour donner une idée des modalités d’application de la méthode et des difficultés occasionnelles qui se présentent, le Tableau 4 présente les 31 triplets composés de la vedette bandit, des cinq ⌜synonymes⌝ isolés bandolier, brabançon, écorcheur, gangster et miquelet et des listes de ⌜synonymes⌝ proposés. Bandolier et miquelet ne figurent pas dans le TLF, ce qui constitue un critère indiscutable pour supprimer ce lien synonymique isolé (voire le mot lui-même qui encombre le DES sans profit réel). Pour brabançon, on trouve une note dans le TLF : « Au plur., HIST. Les Brabançons. Aventuriers engagés comme mercenaires dont les compagnies dévastèrent la France durant le Moyen Âge ». Et pour cotereaux « HIST. Bandes d’aventuriers et de pillards qui ravagèrent la France dans la seconde moitié du XIIe siècle ». Les deux définitions se correspondent donc en grande partie et nous validons le triplet {bandit, brabançon, cotereaux}, ce qui signifie que brabançon passe du statut de ⌜synonyme⌝ isolé à celui de ⌜synonyme⌝ intégré à l’espace sémantique de la vedette bandit par l’intermédiaire de cotereaux. Pour les deux triplets restants, nous avons admis qu’assassin est le meilleur ⌜synonyme⌝ proposé pour écorcheur et qu’apache est le meilleur pour gangster. Ces jugements peuvent évidemment varier d’un évaluateur à un autre, mais l’essentiel pour l’intégration du ⌜synonyme⌝ isolé est que l’un des ⌜synonymes⌝ proposés soit validé.

Tableau 4. Sélection des 3 ⌜synonymes⌝ isolés de la vedette bandit susceptibles d’être intégrés dans sa composante connexe au score minimum des 6 rangs additionnés des 5 ⌜synonymes⌝ proposés.

Tableau 4. Sélection des 3 ⌜synonymes⌝ isolés de la vedette bandit susceptibles d’être intégrés dans sa composante connexe au score minimum des 6 rangs additionnés des 5 ⌜synonymes⌝ proposés.

Au seuil médian (score des rangs additionnés égal au moins à 10), le Tableau 5 perd dix lignes :

Tableau 5. Sélection réduite du Tableau 4 au seuil minimum du score de 10 rangs additionnés.

Tableau 5. Sélection réduite du Tableau 4 au seuil minimum du score de 10 rangs additionnés.

Enfin, au seuil supérieur (score des rangs additionnés égal au moins à 15), le Tableau 6 ne perd que deux nouvelles lignes :

Tableau 6. Sélection réduite du Tableau 4 au seuil minimum du score de 15 rangs additionnés.

Tableau 6. Sélection réduite du Tableau 4 au seuil minimum du score de 15 rangs additionnés.

Globalement, pour un nombre invariant de 82 vedettes et de 410 liens synonymiques isolés dont nous avons testé soit l’intégration dans la composante connexe principale (ou l’une d’entre elles) de la vedette, soit la suppression, et compte tenu de trois seuils fondés sur les scores additionnés des rangs de chaque ⌜synonyme⌝ proposé (respectivement entre le maximum de 45 et un minimum de 6, 10 ou 15), le nombre des tests décroît de 2535 pour le seuil le plus bas à 1515 pour le seuil le plus haut, soit une réduction de plus de 1000 lignes (plus de 40 %). En revanche le nombre des propositions d’intégration validées (sur 410) ne décroît que lentement de 329 à 290, soit d’environ 9 % (de 80 % à 71 %) et le score moyen (qui est un bon indicateur de la qualité des intégrations validées) ne décroît que d’un point sur 44, soit environ 2 % (cf. Tableau 7).

Tableau 7. Variation des résultats de l’intégration des ⌜synonymes⌝ isolés en fonction de trois seuils d’empan du score des ⌜synonymes⌝ proposés.

Tableau 7. Variation des résultats de l’intégration des ⌜synonymes⌝ isolés en fonction de trois seuils d’empan du score des ⌜synonymes⌝ proposés.

Que peut-on en conclure ? Compte tenu de la faible variation du score moyen des ⌜synonymes⌝ par l’intermédiaire desquels se réalise l’intégration des 410 ⌜synonymes⌝ isolés et de la proportion d’intégrations (entre 80 % et 72 %), il est préférable d’adopter le seuil le plus élevé. Cela veut dire que, quel que soit le seuil inférieur, dans de nombreux cas c’est le premier ⌜synonyme⌝ proposé (celui qui a le meilleur score) qui se révèle le plus adapté et qui est validé. Étendre le test à un nombre plus important de vedettes, notamment à celles qui n’ont qu’un lien synonymique isolé, est possible. L’obstacle n’est pas tant la quantité des tests à effectuer que le fait qu’une grande partie de ces liens isolés correspond soit à des mots absents de la nomenclature16 du TLF, soit à des sens très particuliers de l’article du TLF. Un premier nettoyage consisterait à écarter tous les liens synonymiques impliquant un mot absent du TLF. On peut cependant faire valoir que le lexique du français évolue et qu’il faudrait prévoir un test complémentaire sur les navigateurs.

Dans cette entreprise, l’intuition du lexicologue17 est mise à rude épreuve. Nous ignorions évidemment que dans un de ses emplois brabançon(s) a une définition très proche de celle de cotereau(x). Le dilemme, pour une gestion efficace du DES, est donc de devoir louvoyer entre le souhait d’une couverture lexicale maximale et la difficulté d’évaluer rapidement la synonymie possible entre deux mots, compte tenu de leur probable polysémie et de la prise en compte, ou pas, d’emplois marqués sur le plan diachronique.

4. Bilan d’étape

Notre questionnement mérite d’être élevé au niveau épistémologique : la question des liens synonymiques isolés est typique de ce que nous appellerons la lexicographie ‘extractive’ (en rapport avec la métaphore du data mining), laquelle représente une alternative à la lexicographie classique qui est ‘raisonnée’. Cette dernière est l’œuvre d’un individu, notamment Antoine Furetière au 17ème siècle, L’Abbé Girard au 18ème, Émile Littré au 19ème, ou d’une équipe soudée comme celles, en concurrence, de Paul Robert, Alain Rey et Josette Rey-Debove d’un côté pour le Robert (1ère éd. 1957) et de Jean Dubois et Louis Guilbert de l’autre pour le Dictionnaire du Français Contemporain (1ère éd. 1966). Elle se fonde traditionnellement sur l’organisation du lexique mental du rédacteur, quasiment ‘omniscient’, ou plus récemment sur la fusion des lexiques mentaux de l’équipe éditoriale.

Dire que la lexicographie classique est raisonnée signifie qu’elle se fonde sur un vaste matériau philologique mis en ordre logique. Les produits de la lexicographie extractive ne se laissent pas aisément raisonner, ce sont des sauvageons que les parents s’échinent à raisonner. Une autre métaphore imaginable serait celle de la disparité entre l’astronomie et la cosmologie : la lexicographie raisonnée est à sa contrepartie extractive ce que la cosmologie est à l’astronomie : la première ordonne rationnellement le réel, elle lui donne sa profondeur et sa dimension temporelle, la seconde perçoit le réel comme une fascinante forêt de constellations constituée d’astres plus ou moins gros et lumineux.

La métaphore peut aller plus loin : si les vedettes du DES sont accompagnées de tant de liens synonymiques isolés, c’est parce que les intuitions des contributeurs en faveur de leur rassemblement, qu’il s’agisse des sept dictionnaires du 19ème et 20ème siècle qui constituent sa base ou des propositions des internautes qui les complètent et occupent une place croissante avec les années (cf. Morel & François 2015), ne se recouvrent que partiellement18 : le DES a été conçu jusqu’à présent comme le réceptacle d’une multitude d’intuitions sur la proximité entre des dizaines de milliers de paires de mots en termes de réunion et non d’intersection. Le résultat est un noyau de jugements de proximité largement partagés et une périphérie de jugements isolés.

L’entreprise de ventilation des liens synonymiques isolés vise à rapprocher ces intuitions en faisant intervenir les ⌜synonymes⌝ du second ordre, que nous convoquons comme des missing links propres à réduire la disparité entre deux facettes de la lexicographie extractive fondées l’une sur la réunion, l’autre sur l’intersection des liens : aussi longtemps que toutes les intuitions immédiates des auteurs des dictionnaires-sources et des internautes qui contribuent à l’extension du DES sont laissées proliférer librement, la fusion des liens produit inévitablement du ‘bruit’, c’est-à-dire des intuitions marginales prenant la forme de liens synonymiques isolés. L’intégration d’une partie de ces liens par l’intermédiaire de ⌜synonymes⌝ du second ordre et la suppression des liens irréductibles permettent de limiter drastiquement cette disparité.

Une autre méthode d’intégration des liens isolés mérite d’être testée afin de disposer de deux procédures en concurrence. Il s’agit de celle des substituts contextuels dans un vaste corpus textuel. Le projet CAMEMBERT de l’INRIA, publié en décembre 2019, devrait fournir des listes de mots simples ou construits figurant dans les mêmes contextes et donc composées en priorité de paires de mots entretenant une relation de proximité entre un subordonné et son superordonné, entre ⌜synonymes⌝ et entre antonymes (cf. Martin, Muller, Suarez, Dupont, Romary … Sagot, 2020). Dès que nous disposerons d’un inventaire suffisant de telles listes, nous en testerons la pertinence en concurrence ou en complément de la méthode des « liens probables » par les « ⌜synonymes⌝ du second ordre ».

Bibliography

Chardon, L. (2020). Présentation du Dictionnaire Électronique des synonymes (DES). Laboratoire CRISCO, EA 4255, Université de Caen. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02489368/ file/DESPresentationExistant.pdf

Chardon, L., & François, J. (2019). Le Dictionnaire Électronique des synonymes du CRISCO et l’éventail des sens lexicaux. Blog de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) de Caen. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02140291

François, J. (2007). Pour une cartographie de la polysémie verbale. Louvain : Peeters.

François, J. (2020). ‘Conversation’ et ‘dialogue’ selon le Dictionnaire Électronique des synonymes de Caen et les corpus textuels. In L. Oueslati & L. Hosni Oueslati (dir.), La dialogue et la conversation à la croisée des approches (pp. 131-150). Éditions de l’université de Tunis.

François, J., & Manguin, J. (2004). Le propre, l’impropre et le malpropre : esquisse d’un traitement automatique de l’antonymie adjectivale. In H. Bouillon (dir.), Langages à niveaux multiples. Hommage au Professeur Jacques Lerot à l’occasion de son éméritat (pp. 67-86). Louvain-la-Neuve : Peeters. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00012260

Gaume, B. (2004). Balades aléatoires dans les Petits Mondes Lexicaux. Revue I3 - Information Interaction Intelligence, 4(2), 39-96. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01321927/document

Manguin, J.-L. (2004). Transitivité partielle de la synonymie : application aux dictionnaires de synonymes, Corela, 2(2). http://corela.revues.org/611

Manguin, J.-L. (2005). Regroupements de ⌜synonymes par indices de similitude : exemple avec l’adjectif ancien. Cahiers de Lexicologie, 86, 239-254. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00012327/document.

Manguin, J.-L., & Victorri, B. (1999). Représentation géométrique d’un paradigme lexical. Conférence TALN 1999, Cargèse, 12-17 juillet 1999. http://talnarchives.atala.org/TALN/TALN-1999/taln-1999-poster-010.pdf

Martin, L., Muller, B., Ortiz Suárez, P. J., Dupont, Y., Romary, L., Villemonte de la Clergerie, É., Seddah, D., & Sagot, B. (2020). CamemBERT: A Tasty French Language Model. Proceedings of the 58th Annual Meeting of the Association for Computational Linguistics, July 2020. https://hal.inria.fr/ hal-02445946

Morel, M., & François, J. (2015). Le Dictionnaire Électronique des synonymes du CRISCO : un outil de plus en plus interactif. Revue française de linguistique appliquée, 20(1), 9-28. https://www.cairn.info/revue-francaise-de-linguistique-appliquee-2015-1.htm

Ploux, S., & Victorri, B. (1998). Construction d’espaces sémantiques à l’aide de dictionnaires de synonymes. TAL, 39(1), 161-182. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00009433

Venant, F. (2010). Représentation et calcul dynamique du sens : exploration du lexique adjectival du français. Sarrebruck : Éditions Universitaires Européennes.

Sitographie

1. Dictionnaire Électronique des synonymes (DES), Laboratoire CRISCO Université de Caen, 1998-2020. https://crisco2.unicaen.fr/des/

2. Graphes d’adjacence du DES – CRISCO – Université de Caen, Laboratoire CRISCO Université de Caen, 2020. https://crisco3.unicaen.fr/desgraphe/

3. Calcul des liens manquants probables, Laboratoire CRISCO Université de Caen, 1998-2020. http://crisco.unicaen.fr/dictionnaire-electronique-des-synonymes/presentation-du-des/calcul-des-liens-manquants-probables/

4. Visualisations 3D du DES, Laboratoire CRISCO Université de Caen, 2019-2020. http://crisco.unicaen.fr/dictionnaire-electronique-des-synonymes/visualisations-3d-du-des-965280.kjsp ?RH =1530619460865/

5. Publications portant sur le DES ou ses dérivés. http://crisco.unicaen.fr/dictionnaire-electronique-des-synonymes/presentation-du-des/publications-portant-sur-le-des-ou-ses-derives-904035.kjsp/

Appendix

Liste des 290 intégrations sur 410 synonymes isolés au seuil maximal (score additionné de 15)

VEDETTE

SYNONYME

SYNONYME

SCORE

ISOLÉ

PROPOSÉ

abattement

abat

chute

30

 

abattage

atterrement

32

 

finition

atterrement

34

 

lourdeur

mollesse

36

aimer

avoir à la bonne

être épris

22

 

avoir dans la peau

être épris

22

 

avoir du goût pour

être porté sur

28

 

en pincer pour

être porté sur

23

 

roucouler

prendre plaisir

35

apparence

épiderme

carnation

30

 

pronostic

probabilité

45

 

superficialité

tape-à-l’œil

26

 

vestige

caractère

26

appui

banquette

épaulement

45

 

entablement

base

30

 

fauteur

souteneur

28

 

supporter

tenant

19

 

tablette

embase

45

attache

bouton

fermoir

32

 

insertion

jointure

24

 

poignet

menottes

45

 

vrille

crampon

27

avancer

améliorer

mettre en avant

16

 

décaler

pousser

18

 

s'ébranler

saillir

30

bandit

brabançon

cotereaux

30

 

écorcheur

assassin

31

 

gangster

apache

15

base

caserne

point d'appui

30

 

empattement

embase

18

 

tête de pont

point d'appui

26

caché

codé

cryptique

18

 

exilé

introuvable

29

 

honteux

inavoué

44

 

inconscient

enfoui

24

cause

déclencheur

ressort

30

 

défense

prétexte

23

 

étiologie

pourquoi

24

 

inspiration

raison

45

changeant

alternant

variant

41

 

arlequin

variant

34

 

caméléon

variant

40

 

opportuniste

évolutif

36

 

sauteur

volage

32

classe

prolétariat

caste

33

 

sous-classe

strate

16

colère

ire

rogne

24

 

monté

courroucé

41

 

péché

violence

24

combat

gigantomachie

corps à corps

30

 

hoplomachie

corps à corps

30

 

savate

pugilat

38

comique

boulevard

vaudevillesque

24

 

écrivain-e

comédien

30

 

pliant

pissant

20

 

théâtral

comédien

32

défense

armée

garde

36

 

corne

canine

37

difficulté

cas de conscience

souci

30

 

profondeur

subtilité

32

 

rudesse

complexité

17

diminution

déflation

décrue

22

 

dégonflement

aplatissement

33

 

moins

mitigation

27

 

moins-value

déperdition

27

disparaître

manquer à l'appel

se soustraire à la vue

28

 

s'escamoter

se soustraire à la vue

25

 

se coucher

se tapir

18

 

se voiler

se soustraire à la vue

17

domaine

bien foncier

hacienda

30

 

diagramme

cadre

39

 

estancia

hacienda

33

 

fazenda

hacienda

30

 

latifundia

hacienda

30

élévation

anagogie

ennoblissement

43

 

divinisation

ennoblissement

45

 

hardiesse

héroïsme

45

 

prière

ennoblissement

45

épreuve

canular

bizutage

45

 

morasse

phototype

30

 

persécution

brimade

22

 

pierre de touche

critère

38

établissement

establishment

factorerie

27

 

mise en vigueur

intronisation

21

 

rédaction

exposé

32

 

restaurant

hôtel

44

exécuter

électrocuter

faire mourir

27

extérieur

adventice

extrinsèque

45

 

ailier

externe

30

 

extra-muros

externe

30

 

indépendant

externe

29

 

périphérique

externe

30

extrême

extrémiste

excessif

22

 

intensif

ultime

21

 

mortel

épouvantable

32

 

sans égal

exceptionnel

27

fable

cinéma

menterie

22

fatiguer

flapir

battre les oreilles

30

 

se creuser

diminuer

20

 

surentraîner

échiner

24

formation

cycle

stage

34

 

puberté

façonnement

41

 

structuration

façonnement

26

 

terrain

façonnement

20

galanterie

bonne fortune

fleurette

28

 

madrigal

marivaudage

16

gonfler

congestionner

emplir

20

 

déborder

foisonner

41

 

enorgueillir

soulever

24

gras

farfelu

polisson

16

 

glissant

huileux

32

 

suiffeux

huileux

20

 

suintant

huileux

21

heureux

exaucé

aux anges

28

 

optimiste

gai

27

 

sans souci

aux anges

29

 

touché

charmé

26

 

trouvé

bien venu

39

impur

adultère

malhonnête

24

 

altéré

avarié

45

 

contaminé

souillé

41

 

déshonoré

infâme

20

 

pécheur

dévoyé

30

interdit

à l'index

proscrit

23

 

délictueux

illicite

44

 

tout chose

sans voix

40

jouer

coulisser

se mouvoir

40

 

jongler

folâtrer

24

 

pianoter

sonner

36

 

pincer

toucher

34

lever

draguer

recruter

21

lien

ciment

liaison

24

 

imbrication

union

33

 

intermédiaire

liaison

20

 

trait d'union

connexion

27

limite

cap

point de non-retour

20

 

déficience

bornage

20

 

interface

séparation

30

 

possibilité

périmètre

26

maître-

devancier

doyen-ne

32

maîtresse

pet-de-loup

barbacole

21

 

ténor

virtuose

17

malade

gâteux

perturbé

18

 

lépreux

anéanti

25

 

raide

infirme

23

 

révolutionné

secoué

45

 

traumatisé

atteint

40

malpropre

cochonné

encrassé

21

 

morveux

salopiaud

33

 

négligé

crasseux

36

 

salopé

sale

30

manifester

agir

présenter

27

 

casser les vitres

chahuter

36

 

défiler

se montrer

27

 

faire éclater

extérioriser

30

 

faire ressortir

montrer

37

marcher

arquer

crapahuter

27

 

tourner rond

tourner bien

29

 

trottiner

porter ses pas

15

mémoire

anamnèse

commémoraison

25

 

cœur

recognition

17

 

conservation

recognition

32

 

mémoration

remembrance

36

mobile

ambition

intention

45

 

amovible

portatif

28

 

astatique

protéiforme

21

 

influençable

changeant

22

nature

environnement

monde

21

nul

crasse

bouché

15

 

non avenu

invalidé

30

 

personne

aucun

41

 

sans effet

inefficace

17

 

sans mérite

incapable

16

organiser

encadrer

mettre sur pied

34

 

minuter

planifier

24

 

politiser

programmer

28

 

réorganiser

orchestrer

23

ornement

apprêt

ajustement

38

 

bijou

colifichet

37

 

chamarrure

garniture

18

 

fantaisie

colifichet

45

 

fleur

fleuron

25

perte

discrédit

déchéance

45

 

hémorragie

coulage

43

 

leucorrhée

coulage

30

 

moins-value

déficit

43

peuple

classe ouvrière

masses laborieuses

29

 

fidèles

habitants

26

 

ouailles

habitants

28

 

Tiers-état

masses laborieuses

25

poli

bruni

lustré

28

 

diplomate

raffiné

40

 

peigné

ciselé

29

poser

évoquer

soulever

22

 

pouffer

minauder

35

 

se contorsionner

minauder

45

 

se draper

affecter

26

propos

banalité

fadaise

45

 

cajolerie

galanterie

45

 

enjôlerie

blablabla

30

 

insanité

bêtise

40

 

turlutaine

blablabla

23

protéger

couver

préserver

24

 

sécuriser

précautionner

43

 

vernir

restaurer

22

 

verrouiller

défendre

29

puissance

entraînement

force

35

 

magie

ascendant

42

 

potentat

magnat

27

rapide

ailé

agile

30

 

emmené

célère

22

 

enlevé

impétueux

21

 

fréquent

soutenu

30

reconnaître

arraisonner

visiter

16

 

éclairer

révéler

30

 

endosser

admettre

40

 

légitimer

certifier

21

 

subsumer

diagnostiquer

18

réduction

accourcissement

raccourcissement

33

 

élision

retranchement

28

 

fusion

désoxydation

31

 

rationnement

réfaction

38

 

schématisation

abrégé

30

réduire

économiser

écorner

43

 

rationner

limiter

26

 

rattraper

défalquer

25

remonter

mettre en état

remettre

23

 

rassembler

remboîter

36

 

réapprovisionner

regonfler

24

 

regrimper

regonfler

24

remplir

peupler

bonder

21

 

renseigner

répondre

19

repos

jour chômé

temps libre

28

 

jour férié

temps libre

27

 

respiration

méridienne

27

 

retraite

inactivité

41

représentant-e

figurant

remplaçant-e

43

 

totem

substitut-e

41

résolution

opération

projet

32

 

relâchement

diminution

40

 

résorption

coda

19

retenir

pacifier

réprimer

35

 

parer

réserver

24

 

précompter

mémoriser

20

 

rattraper

défalquer

18

s'opposer

présenter

mettre son veto

18

 

s'exclure

se faire face

24

 

se contredire

différer

15

 

se mettre en travers

aller à l'encontre

25

sauvage

hagard

craintif

29

 

homme des bois

à l'état de nature

27

 

inapprivoisé

féroce

29

 

incivilisé

primitif

18

 

sauvageon

à l'état de nature

28

séparer

bifurquer

faire le départ

27

 

déparier

démarier

19

 

déprendre

détacher

23

 

désaccoupler

détacher

30

 

s'interposer

faire le départ

41

signe

astre

pictogramme

31

 

brassard

insigne

27

 

clin d'œil

appel

22

 

graphie

notation

45

souffler

remémorer

suggérer

43

 

s'épandre

déferler

45

 

ventiler

reprendre haleine

40

soutien

busc

étrésillon

30

 

ceinture

protection

15

 

gagne-pain

service

30

supérieur-eure

au-dessus

suréminent

41

 

fine fleur

meilleur

45

 

sommital

suréminent

30

 

superviseur

proviseur

18

transporter

camionner

charroyer

30

 

égarer

déranger

37

 

engouer

enthousiasmer

31

 

translater

faire passer

25

troublé

aveuglé

perturbé

23

 

chamboulé

sens dessus dessous

27

 

chaviré

sens dessus dessous

28

 

désorbité

égaré

21

 

rougissant

intimidé

32

usé

amoindri

émoussé

45

 

dévasté

décrépit

32

 

écaillé

détérioré

32

vain

fastueux

superbe

38

 

hypothétique

illusoire

40

 

sans effet

inefficace

16

 

sans fondement

faux

30

 

sans motif

sans importance

32

 

 

Notes

1 CRISCO : https://crisco2.unicaen.fr/des/. Laboratoire CNRS ELSAP, Caen, jusqu’en 1999, Ploux et Victorri, 1998 ; Manguin et Victorri, 1999 et [Sitographie n° 1]. Return to text

2 Cf. [Sitographie n° 5]. Return to text

3 Nous ferons abstraction ici des liens antonymiques qui n’ont pas fait l’objet d’une exploitation raisonnée. Return to text

4 Une composante connexe d’un graphe est un sous-graphe connexe, c'est-à-dire d'un seul tenant, de ce graphe. Return to text

5 Par exemple, insolite ne figurait pas comme synonyme de curieux, mais il était connecté à suffisamment de synonymes de curieux (bizarre, étonnant, étrange, singulier) pour être admis dans le champ synonymique de curieux (cf. Manguin, 2005). Return to text

6 Cf. Chardon et François 2019 et [Sitographie n° 4]. Return to text

7 On peut objecter que de nombreux synonymes figurant dans le DES ne répondent pas rigoureusement à cette définition et donc que celle-ci est quelque peu idéalisée. Pour les liens synonymiques de la première génération (approximativement la première décennie du 21ème siècle), l’objection est justifiée ici ou là, car l’algorithme élaboré par les auteurs a opéré sur une ressource occasionnellement biaisée, à savoir la liste de tous les ‘renvois’ figurant dans sept dictionnaires du 20ème siècle et marginalement du 19e. S’agissant des cinq dictionnaires de synonymes, les renvois en question sont bien synonymiques, mais dans les deux dictionnaires de langue pris également en compte (le Dictionnaire Robert en six volumes et le Grand Larousse de la Langue Française en sept volumes) certains des renvois indiquent une simple relation d’association mentale. Dans la seconde génération, c’est-à-dire depuis que les propositions des internautes en faveur de nouveaux liens synonymiques font l’objet d’une évaluation attentive et régulière (une fois par mois depuis une dizaine d’années), la proportion de ces nouveaux liens s’est fortement accrue tandis que de nombreux liens seulement associatifs étaient éliminés. À terme, le poids de ces derniers devrait donc devenir négligeable. Dans la suite du texte nous adopterons la notation ⌜synonyme(s)⌝ pour éviter tout malentendu. Return to text

8 La même base de données lexicales a été exploitée dans la thèse en sciences cognitives de Fabienne Venant (cf. Venant, 2010). Return to text

9 Les travaux sur la proxémie lexicale de Bruno Gaume (cf. Gaume, 2004) se fondent également sur l’exploitation de la matrice d’adjacence entre ⌜synonymes⌝. Return to text

10 Cf. Sitographie n° 2. Return to text

11 Les ⌜synonymes⌝ communs à deux vedettes s’obtiennent facilement dans l’interface du DES [sitographie n° 1] en saisissant dans cet exemple « campagne ; opération ». Return to text

12 En théorie des graphes, la notion de ‘nœud-feuille’ s’applique en priorité aux graphes arborescents. Mais, plus généralement, tout nœud qui n’a qu’un seul nœud-père et aucun nœud-fils est un nœud-feuille (ou nœud terminal). Return to text

13 La méthode la plus simple pour tester la substitution synonymique entre deux lexies consiste à proposer à un ensemble de locuteurs francophones natifs une série d’extraits littéraires et/ou journalistiques avec une ‘fenêtre’ comportant deux lexies présumées ⌜synonymes⌝, en demandant aux sujets de l’expérience de reconnaître laquelle des deux figures dans l’original. Cette méthode a été appliquée avec succès à la paire de substantifs conversation / dialogue et présentée en prologue à un colloque de linguistique et littérature française de même intitulé à l’université de Tunis en 2017 (cf. François, 2020). Return to text

14 En résumé, le Tableau 3 est destiné à montrer comme relier les ⌜synonymes⌝ isolés, présents dans la Colonne 3 centrale, à l’une des composantes « stratégique » ou « topographique ». Les quatre premiers ⌜synonymes⌝ isolés sont reliés à l’un des ⌜synonymes⌝ de la composante stratégique (Colonne 1, extraction en Colonne 2), les quatre suivants à un ⌜synonyme⌝ de la composante topographique (Colonne 5, extraction en Colonne 4), tandis que les deux derniers (saison, cloche) sont expulsés, car ils ne peuvent être reliés à aucun des ⌜synonymes⌝ des deux composantes. Return to text

15 https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_et_distance_de_Jaccard. Return to text

16 Il est à noter que les substantifs bandolier et miquelet, absents du TLF, figurent cependant dans le Grand Robert. Return to text

17 Lorsque les lexicologues sont en présence d’un terme qui leur est inconnu, leur intuition se limite éventuellement à une hypothèse dérivationnelle (ex. branbançon < Brabant) et eux aussi sont forcés de consulter un dictionnaire. Return to text

18 Le lexique mental de chaque locuteur francophone est organisé par un double jeu d’attractions et de répulsions. Différents facteurs personnels pondèrent et individualisent ce jeu : les locuteurs cultivés mémorisent et tirent parti de termes complexes, ils percevront par ex. aisément la proximité entre arroser, hydrater et irriguer ; les jeunes locuteurs seront plus attirés par les néologismes, parce que leur lexique mental n’est pas encombré d’une vaste nomenclature de mots déjà fréquemment employés, tandis qu’inversement les locuteurs âgés éprouveront un degré variable de répulsion à l’égard de ces néologismes, parce qu’ils en considéreront une partie comme superflus, etc. Return to text

Illustrations

References

Bibliographical reference

Laurette Chardon and Jacques François, « Les vedettes du Dictionnaire Électronique des Synonymes et les relations d’adjacence entre leurs synonymes », Lexique, 27 | -1, 21-46.

Electronic reference

Laurette Chardon and Jacques François, « Les vedettes du Dictionnaire Électronique des Synonymes et les relations d’adjacence entre leurs synonymes », Lexique [Online], 27 | 2020, Online since 01 décembre 2020, connection on 19 avril 2024. URL : http://www.peren-revues.fr/lexique/787

Authors

Laurette Chardon

CRISCO, EA 4255 Université de Caen–Normandie
laurette.chardon@unicaen.fr

Jacques François

CRISCO, EA 4255 Université de Caen–Normandie
jacques.francois@unicaen.fr

Copyright

CC BY