Tomber amoureuse d’une œuvre. Quelques réflexions et matériaux à propos de La langue brisée (1)

DOI : 10.54563/demeter.108

Abstracts

Pauline Le Boulba revient sur La langue brisée (1) une performance qu’elle crée en septembre 2015 et dans laquelle elle partage avec d’autres spectateur·rice·s la manière dont elle est tombée amoureuse d’une œuvre. À rebrousse-poil d’une pratique critique qui garderait une distance raisonnable avec son objet d’étude, elle préconise l’affect amoureux comme geste critique et opère un geste de renversement dans le rapport œuvre-spectateur·rice.

Pauline Le Boulba gets back to La langue brisée (1) [The broken tongue (1)], a show performance she created in september 2015 where she shares the way she felt in love with a dance piece. Against the grain of a critical practice that keeps a reasonable distance with the subject of its study, she chooses love feelings as a critical gesture and operates a reversal in the dance piece-viewer relation.

Index

Mots-clés

recherche-création, réception performée, critique affectée, danse contemporaine, fiction lesbienne

Text

La langue brisée (1) est le nom d’un solo qui a marqué officiellement le début de mon travail de recherche-création. En 2013, j’obtiens un contrat doctoral au département Danse de Paris 8 et esquisse quelques gestes performatifs avec une amie et collègue Violeta Salvatierra. Au début de l’été 2015, je suis invitée à venir présenter une forme n’excédant pas les 20 minutes pour une soirée partagée à la Ménagerie de Verre qui aura lieu en septembre 2015. J’ai tout l’été pour préparer cela.

Travaillant sur la notion de réception en danse et sur l’émergence de discours autour des œuvres chorégraphiques, je convoque, dans ma recherche, une multitude de pièces de danse. À ce moment-là, celle qui me parle le plus c’est le solo de Jennifer Lacey1, Two discussions of an anterior event (2004), dont j’ai une captation et qui me suit partout dans mon ordinateur. Je fais une description minutieuse de la pièce, j’apprends des séquences parlées et gestuelles. Certains de ses mouvements me sont impossibles à reproduire, alors je tords ses propositions à ma guise. Je prends un certain plaisir à réécrire une partition pour mon propre corps. Dans cette pièce, l’artiste revient sur un solo qu’elle a dansé dans les années 1990 et qu’elle décide de projeter en fond de scène simultanément à d’autres actions au plateau. Un commentaire est rajouté à la vidéo avec un texte auto-critique et humoristique. Son auto-dérision me touche.

Passant de plus en plus de temps à regarder cette vidéo que j’ai dans mon ordinateur, elle devient une sorte de confidente, une amie. Je la personnifie naturellement et me mets à lui parler. Je lui confie mes doutes et mes excès. Je traverse au même moment un épisode amoureux difficile et un questionnement existentiel profond. La vidéo du solo de J. Lacey devient une bouée à laquelle je m’accroche. Mon travail « théorique » semble au plus bas. Mes productions textuelles pour la thèse sont éclatées. J’écris beaucoup et des couches de matériaux textuels viennent se superposer dans le travail. Elles répondent à ma perception de cette pièce cet été-là, dans cet état-là. Le texte projeté employé par J. Lacey devient un outil que je fais mien afin de faire entendre une voix intérieure. Le texte projeté devient un support pour faire advenir une danse, la mienne, en réponse à une autre danse. Le texte projeté me permet de mettre une certaine distance avec cette parole écrite, et paradoxalement m’autorise à employer un vocabulaire érotique, charnel, polysémique, ambigu, que je ne pourrai peut-être pas employer à l’oral. À force de regarder la pièce, c’est à présent elle qui me regarde. Je ne sais plus qui agit l’autre.

Je crois qu’il y a des œuvres qui peuvent sauver des existences, qui nous redonnent du désir, qui nous font surmonter des épreuves, qui colmatent des brèches. Celle de Jennifer Lacey m’a sortie d’une mauvaise passe. Je suis tombée amoureuse de Two discussions of an anterior event.

Pour La langue brisée (1), le texte qui suit était projeté en fond de scène2.

Figure 1

Figure 1

Figure 2

Figure 2

Figure 3

Figure 3

Figure 4

Figure 4

Figure 5

Figure 5

Figure 6

Figure 6

Figure 7

Figure 7

Figure 8

Figure 8

Figure 9

Figure 9

Figure 10

Figure 10

Figure 11

Figure 11

Figure 12

Figure 12

Figure 13

Figure 13

Figure 14

Figure 14

Figure 15

Figure 15

Figure 16

Figure 16

Figure 17

Figure 17

Figure 18

Figure 18

Figure 19

Figure 19

Figure 20

Figure 20

Figure 21

Figure 21

Figure 22

Figure 22

Figure 23

Figure 23

Figure 24

Figure 24

Figure 25

Figure 25

Figure 26

Figure 26

Figure 27

Figure 27

Figure 28

Figure 28

Figure 29

Figure 29

Figure 30

Figure 30

Figure 31

Figure 31

Figure 32

Figure 32

Figure 33

Figure 33

Figure 34

Figure 34

Figure 35

Figure 35

Figure 36

Figure 36

Figure 37

Figure 37

Figure 38

Figure 38

Figure 39

Figure 39

Figure 40

Figure 40

Figure 41

Figure 41

Figure 42

Figure 42

Figure 43

Figure 43

Figure 44

Figure 44

Figure 45

Figure 45

Figure 46

Figure 46

Figure 47

Figure 47

Figure 48

Figure 48

Figure 49

Figure 49

Figure 50

Figure 50

Figure 51

Figure 51

Figure 52

Figure 52

Figure 53

Figure 53

Figure 54

Figure 54

Figure 55

Figure 55

Figure 56

Figure 56

Figure 57

Figure 57

Figure 58

Figure 58

Figure 59

Figure 59

Figure 60

Figure 60

Figure 61

Figure 61

Figure 62

Figure 62

Figure 63

Figure 63

Figure 64

Figure 64

Figure 65

Figure 65

Figure 66

Figure 66

Figure 67

Figure 67

Figure 68

Figure 68

Figure 69

Figure 69

Figure 70

Figure 70

Figure 71

Figure 71

Figure 72

Figure 72

Figure 73

Figure 73

Figure 74

Figure 74

Figure 75

Figure 75

Figure 76

Figure 76

Figure 77

Figure 77

Figure 78

Figure 78

Figure 79

Figure 79

Figure 80

Figure 80

Figure 81

Figure 81

Figure 82

Figure 82

Figure 83

Figure 83

Figure 84

Figure 84

Figure 85

Figure 85

Figure 86

Figure 86

Figure 87

Figure 87

Figure 88

Figure 88

Figure 89

Figure 89

Figure 90

Figure 90

Figure 91

Figure 91

Figure 92

Figure 92

Figure 93

Figure 93

1 Jennifer Lacey est une artiste américaine basée à Paris depuis la fin des années 1990. Elle a collaboré entre autre avec les artistes DD 

2 Une captation (de mauvaise qualité) est disponible sur ce lien : https://vimeo.com/145301315 mot de passe : pour.toi

Notes

1 Jennifer Lacey est une artiste américaine basée à Paris depuis la fin des années 1990. Elle a collaboré entre autre avec les artistes DD Dorvilliers, Loïc Touzé, Latifa Laâbissi et la plasticienne et scénographe Nadia Lauro avec qui elle conçoit $Shot (2000) ou encore Les assistantes (2005).

2 Une captation (de mauvaise qualité) est disponible sur ce lien : https://vimeo.com/145301315 mot de passe : pour.toi

Illustrations

Figure 1
Figure 2
Figure 3
Figure 4
Figure 5
Figure 6
Figure 7
Figure 8
Figure 9
Figure 10
Figure 11
Figure 12
Figure 13
Figure 14
Figure 15
Figure 16
Figure 17
Figure 18
Figure 19
Figure 20
Figure 21
Figure 22
Figure 23
Figure 24
Figure 25
Figure 26
Figure 27
Figure 28
Figure 29
Figure 30
Figure 31
Figure 32
Figure 33
Figure 34
Figure 35
Figure 36
Figure 37
Figure 38
Figure 39
Figure 40
Figure 41
Figure 42
Figure 43
Figure 44
Figure 45
Figure 46
Figure 47
Figure 48
Figure 49
Figure 50
Figure 51
Figure 52
Figure 53
Figure 54
Figure 55
Figure 56
Figure 57
Figure 58
Figure 59
Figure 60
Figure 61
Figure 62
Figure 63
Figure 64
Figure 65
Figure 66
Figure 67
Figure 68
Figure 69
Figure 70
Figure 71
Figure 72
Figure 73
Figure 74
Figure 75
Figure 76
Figure 77
Figure 78
Figure 79
Figure 80
Figure 81
Figure 82
Figure 83
Figure 84
Figure 85
Figure 86
Figure 87
Figure 88
Figure 89
Figure 90
Figure 91
Figure 92
Figure 93

References

Electronic reference

Pauline Le Boulba, « Tomber amoureuse d’une œuvre. Quelques réflexions et matériaux à propos de La langue brisée (1) », Déméter [Online], 5 | Été | 2020, Online since 01 septembre 2020, connection on 16 juin 2024. URL : https://www.peren-revues.fr/demeter/108

Author

Pauline Le Boulba

Pauline Le Boulba est artiste et chercheuse en danse. Elle a soutenu une thèse au département Danse de Paris 8 dans laquelle elle développe le projet La langue brisée (2015-2017) composé de deux solos et d’une pièce collective avec des habitant·e·s d’une ville. Ce triptyque constitue la mise en pratique de ce qu’elle appelle des « réceptions performées ». Mêlant dans ses pièces texte projeté, prise de parole parlée et chantée, partition gestuelle et documents vidéo, elle fabrique un agencement de ces différents médiums pour fabriquer de nouveaux récits. Envisageant les œuvres des autres comme des bords depuis lesquels il est possible de s’appuyer et de délirer, elle s’attache à restituer au plateau une histoire de la danse depuis un point de vue féministe et lesbien. Elle a soutenu en 2019 au département Danse de l’université de Paris 8 une thèse intitulée Les bords de l’œuvre. Réceptions performées et critiques affectées et a publié des articles : « Le regard qui tue », Nioques, n° 20, « Danser/écrire », J.M. Gleizes, C. Sans (dir.), Paris, La Fabrique, 2019 ; « As Buffard As Possible », Journal des Laboratoires d’Aubervilliers, Cahier D, 2017/18 ; « Le bord de l’œuvre. À propos d’Une hypothèse de réinterprétation de Rita Quaglia », in Intermédialités « refaire », n° 28-29, automne 2016-printemps 2017, Montréal-Québec. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/im/2016-n28-29-im03201/ ; et « Lire en levant la tête », in Recherches en danse, Actualités de la recherche. URL : http://journals.openedition.org/danse/1030 [publié le 21 avril2015].

Copyright

CC-BY-NC